« Dys et célèbres »: le livre qui va faire un bien fou aux enfants dyslexiques

by seayouson

Thomas Legrand est journaliste à France Inter et il est dyslexique. Il signe la préface de « Dys et célèbres », un livre destiné aux enfants à partir de 8 ans dans lequel sont rassemblés les portraits de 24 personnes dyslexiques, talentueuses et célèbres.

Thomas veut faire comprendre aux jeunes dyslexiques et à leurs proches que si elle complique un peu la vie et qu’elle peut parfois être une souffrance, la dyslexie n’empêche pas de réaliser ses rêves.

C’est quoi la dyslexie?

Un enfant dyslexique a des difficultés de lecture, il confond les mots qui se ressemblent (comme « aime » et « amie ») et il lit, souvent lentement. Vous pouvez retrouver la liste des symptômes des enfants dyslexiques ici. Mais dans la préface de ce livre signé Guillemette Faure et Mikankey, Thomas Legrand rappelle qu’il n’y a pas une dyslexie ou un dyslexique. Chaque parcours est unique. Certains sont diagnostiqués dès le plus jeune âge, d’autres étaient adultes quand un mot a été mis sur leurs difficultés d’apprentissage.

Selon le Larousse, la dyslexie est « la difficulté d’apprentissage de la lecture et de l’orthographe, en dehors de toute déficience intellectuelle et sensorielle, et de tout trouble psychiatrique. »

« Dys et célèbres »: 24 personnalités dyslexiques et célèbres

Parmi les portraits de ce livre, on trouve ceux de Mohamed Ali, champion de boxe, qui a toujours dit que sa dyslexie lui avait donné un avantage sur ceux qu’il devait affronter. Selon lui, ça a développé « une capacité exceptionnelle à repérer des indices visuels chez ses adversaires : un mouvement de sourcil ou un déplacement d’épaule de son rival lui permettent d’anticiper les coups ».

L’acteur Orlando Bloom a été diagnostiqué dyslexique à l’âge de 7 ans. Encore aujourd’hui, il a du mal à mémoriser ses répliques. Avec le temps, il a trouvé une technique d’apprentissage qui lui convient et ça lui a permis d’être à l’affiche du « Seigneur des anneaux » et de « Pirates des Caraïbes ».

On apprend aussi que Richard Branson, dyslexique, entrepreneur et milliardaire, n’a jamais bien compris les résultats financiers de sa société. Thomas Legrand écrit: « Même passé 50 ans, il arrivait encore que des collaborateurs lui fassent de petits dessins pour l’aider à comprendre des concepts ». Un autre exemple de réussite malgré la dyslexie: celui de Stéphane De Groodt qui manie les mots comme personne. Ses phrases alambiquées, ses jeux de mots font son succès. « Ma faiblesse est devenue une force », dit-il.

Un livre pour tous les enfants dyslexiques et leurs proches

Le livre « Dys et célèbres » est coloré, enthousiasmant, résolument positif. Ça donnera un vrai coup de pouce aux enfants cassés dans leur élan par des professionnels de la santé ou certains enseignants qui leur ont fait croire que leur dyslexie les limitera.

Informations et extraits de « Dys et célèbres » sur le site de Casterman ici.

Inscris-toi à la newsletter du dimanche Sea You Sunday et reçois un mail de ma part chaque dimanche. Rejoins-moi sur InstagramFacebookYouTube et Pinterest. Si tu aimes le blog, tu peux aussi me payer un café pour le soutenir. Enfin, tu peux également te procurer mon Guide de la Belgique en famille qui rassemble 100 activités à faire en famille à travers tout le pays et mon livre Journal de Bord d’une maternité décomplexée.

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.