...
Famille + Couple

J’ai fait une constellation familiale: tout ce que ça a changé en moi

J’ai les deux pieds joints sur un petit papier déposé au sol. Sur ce papier, un mot, identifiant une partie du problème dont je viens de discuter avec Valérie Bomans. Elle me demande ce que je ressens. Je ne savais pas qu’un petit bout de papier pouvait remuer autant de choses à l’intérieur. Subitement, je me sens oppressée. J’ai envie de le froisser et de le jeter à la poubelle. Je suis en pleine constellation familiale et je sais déjà que ce qui est en train de se passer va faire bouger les lignes et avoir une résonance sur du long terme en moi.

Après la psychothérapie « normale » et l’EMDR, la constellation familiale

Dans ma vie, j’ai déjà fait une psychothérapie traditionnelle. On parle, on parle et face à nous, un expert des rouages intérieurs nous pousse à regarder nos problèmes autrement. J’avais trouvé ça intéressant mais assez peu pertinent dans mon cas : je suis quelqu’un d’assez transparent, je m’auto-analyse assez bien, je n’ai pas appris grand-chose sur moi que je ne savais pas déjà. J’ai également tenté une EMDR, une thérapie en huit séances assez particulière puisqu’elle consiste à évacuer un traumatisme avec un simple mouvement régulier des yeux. Intéressant.

J’ai tenté la constellation familiale. Le hasard m’a mise sur la route de Valérie Bomans, psychothérapeute installée à Uccle. Elle m’explique dans le détail ce qu’est une constellation et à quoi ça sert.

Suivez-moi sur Instagram et Facebook

« Les constellations, c’est accepter l’idée qu’on vit au centre d’un système »

« Les constellations, c’est accepter l’idée qu’on vit au centre d’un système, ça peut être un système familial ou le système qui régit l’entreprise dans laquelle vous travaillez. Imaginez un système solaire. C’est plein de petites planètes qui tournent les unes autour des autres en fonction de lois particulières. Ces lois, ce sont des systèmes de valeurs. Chaque planète a sa loi particulière et son point de vue particulier. La lune a du mal à envisager le point de vue du soleil et l’inverse est vrai aussi.  La constellation permet de mettre ça en 3D en quelque sorte et de prendre conscience de tout ce qui se passe en nous et autour de nous. On prend du recul et on voit les choses représentées. Les constellations, c’est un moyen d’avoir accès à toutes les informations du système. »

On vient en constellation quand on a un blocage

La thérapie « classique » est « comme un feuilleté ». « On vient toutes les semaines, toutes les deux semaines, on met une fine couche sur une fine couche jusqu’à obtenir quelque chose qui produit un changement. » La constellation est plus rapide. On agit sur un problème précis. On vient en constellation quand on est dans une impasse. « On vient consteller parce qu’on a un blocage », détaille Valérie. « Parce qu’on veut un meilleur équilibre. Parce que j’ai un choix professionnel à faire. Le premier travail est de formuler une intention. Ce n’est pas tellement : quel est le problème, mais plutôt: qu’est-ce qu’on veut obtenir? »

Et c’est déjà un travail intéressant. Je me suis rendue que je ne posais pas les bons mots sur le blocage que je pensais avoir. Avec l’aide de Valérie, je l’ai formulé autrement et plus clairement. Rien que le fait de se poser la question sous cette forme différente éclairait déjà dans ma tête le chemin de la solution.

Lisez aussi: Il dit tout ce que les pères ne disent jamais: « Si on fait un choix rationnel, on ne fait pas d’enfant »

La répétition des traumas familiaux

À ceux qui trouveraient la pratique un peu « mystique », sachez que c’était mon cas avant de l’essayer (et de l’adopter). Valérie m’explique que le père de la constellation familiale, Bert Hellinger, était prêtre. Pas étonnant que la constellation familiale soit « empreinte de foi ». Selon Bert Hellinger, on répète en permanence et sans s’en rendre compte des schémas familiaux. Si des choses difficiles ont été vécues par les générations avant nous, notre inconscient les imprègne, on les garde en nous et notre vie s’articule en fonction. « On répète des traumas. On garde des secrets. Parce qu’en famille, on est régi par amour et loyauté », note Valérie. Notre inconscient refuse donc de trahir ceux qui nous ont fait.

On peut consteller trois grandes catégories de choses

Les problèmes familiaux

Les problèmes familiaux, « pour autant qu’ils nous appartiennent », précise Valérie. « On ne constelle pas pour quelqu’un d’autre. Quand un enfant va mal, il faut venir avec lui ou voir ce qu’on peut consteller chez nous, en tant que parents, dans notre histoire personnelle pour mieux cerner le problème actuel. » Un article du magazine Psychologies raconte ici parfaitement bien comme la constellation peut résoudre certains problèmes rencontrés dans les familles recomposées.

Les problèmes dans la vie professionnelle

Les problèmes dans la vie professionnelle. La faillite du père empêchera, par exemple, peut-être inconsciemment l’enfant devenu adulte de réussir dans sa propre vie professionnelle. L’enfant reste loyal à son géniteur. Il n’ose pas réussir au fond de lui pour ne pas blesser, dépasser son père.

Le système familial intérieur

Le système familial intérieur, soit tout ce qu’on a en nous. « On est toutes pluriel, particulièrement les femmes : on est maman, épouse, amoureuse, femme. Il faut arriver à concilier tout ça. Il y a aussi en nous la jeune fille de 20 ans qui a vécu un trauma, celle de 10 ans qui a vécu quelque chose de pas chouette à l’école ou en famille… C’est un peu comme les poupées russes: on contient tous nos âges en nous. Et quand on a vécu quelque chose de difficile à un certain âge, on le garde en nous, dans notre petit sac à dos ou dans notre cœur. À un moment donné, ça vaut la peine de mettre ces différents âges ensemble. »

Choisir celui qui va consteller

La personne qui constelle influence la constellation. Il y a de tout et notamment des constellations chamaniques. « Mais vous allez avoir aussi des personnes ancrées, qui travaillent avec juste ce qui est. On ne commence pas à interpréter. On est plutôt dans l’observation: on décrit ce qui est et on aide la personne à reformuler son intention. Il y a plein de styles de constellateurs, il faut trouver le sien. » Valérie a une analyse de la situation pertinente. Elle met les mots justes sur mes ressentis et très vite, je comprends le mécanisme familial que je reproduis malgré moi, de façon totalement inconsciente. Intérieurement, ça me chamboule déjà. Tout me semble plus clair.

Ensuite, il faut attendre…

Je sors du cabinet plus légère. Valérie me conseille à présent de « ne rien faire ».  « Le temps conseillé entre deux constellations, c’est d’un mois. Pour que ça ait le temps de décanter, de s’installer dans le quotidien, la prise de conscience, le changement. Ça arrive souvent qu’en constellation, on fasse un travail qui est assez lourd, assez symbolique. En une semaine, on ne peut pas passer à autre chose, ça serait complètement contreproductif. J’aime bien ça dans la constellation : c’est quelque chose qui respecte le temps. Il faut prendre le temps », sourit-elle à l’impatiente que je suis.

Je sais qu’elle a raison. « Avec une constellation, on ne résout rien mais on va faire en sorte que les choses soient plus douces. Que le vivant puisse reprendre sa marche. On ne va jamais refaire le passé ou ce qui est. Mais en s’offrant un autre regard, on peut dénouer quelque chose de douloureux. Et quand on dénoue, la vie peut reprendre. » Pour ma part, il était beaucoup question d’ancrage et de structure dans ma constellation. Je sais désormais identifier pourquoi je me crispe dans certaines situations très précises et ce dont j’ai besoin pour continuer à tracer ma route en étant en adéquation avec mes envies et mes besoins profondes.

La constellation peut s’inscrire dans un travail de psychothérapie plus long. Ou pas. Une consultation avec Valérie Bomans vous intéresse? Rendez-vous ici pour toutes les informations.



.

(3 commentaires)

  1. Super intéressant ! Je ne connaissais pas et pourtant suis dans une démarche un peu similaire de compréhension et d’analyse des impacts familiaux, et quand on commence à mettre le doigt dedans c’est assez vertigineux… Je vais creuser ça pour voir si ça se pratique dans ma région (j’imagine que oui). Merci en tout de partager ton expérience !

  2. C’est très intéressant. Mon frère a participé, un peu par hasard, à une constellation de groupe et m’a dit que c’était passionnant et qu’il avait pris conscience de certaines choses, connues mais pas prises en compte. Cela m’intéresserait mais je ne veux pas le faire en allemand. Peut-être un jour…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :