...
Working Mum

En télétravail avec deux enfants en bas âge, elle se fait virer pour une raison ignoble

Virée alors qu’elle est en télétravail avec des enfants à la maison et qu’elle assure sur tous les fronts? Oui, c’est possible. La preuve.

Une femme vivant à San Diego travaillait à temps plein dans le secteur financier lorsque la pandémie de coronavirus a mis le monde sur pause. Comme beaucoup de gens ici ou là-bas, Dris Wallace a été contrainte de travailler à la maison, avec ses deux enfants dans les parages puisque les crèches et les écoles avaient fermé leurs portes. Elle n’a pas été autorisée à prendre des congés payés.

Comme si ce n’était pas assez la galère, son manager lui a envoyé un mail pour lui demander de « trouver un moyen de faire taire ses enfants » pendant leurs conférences téléphoniques. Dris Wallace s’est adressée au service des ressources humaines. Une semaine plus tard, elle a été licenciée.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

Elle refuse d’accepter son sort sans rien dire. Elle a posté une photo sur Instagram où elle pose avec ses enfants. Sa fille aînée tient une pancarte sur laquelle on peut lire: « Ma mère a été licenciée parce que son patron ne voulait pas m’entendre en arrière-plan. »

View this post on Instagram

| 28 days ago I finally had enough of the 𝗱𝗶𝘀𝗰𝗿𝗶𝗺𝗶𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 that my boss was giving me for him not being okay with hearing my kids in the background on calls.|😭😡😖💔 . He wanted me to figure out a way to keep the kids quiet 😣. I went to Human Resources with proof of what was going for the last 3 months and 7 days later AFTER that 𝗜 𝗴𝗼𝘁 𝗳𝗶𝗿𝗲𝗱!!!! 😭 They told me that I should be happy that the outcome to my career there could have been worse. I’m crying as I type this…😭 I was told I had a bright future. That I was doing very well in my position! 💔💔💔😭💔😭 . The last 3 months I have worked around the clock from home while watching my two toddlers😭. I have met all the deadlines they have asked me for, even the unrealistic ones. The situation that I had endured the last 3 months is beyond stressful😭. How does a company that says that they understand and will work around the schedule of parents do the complete opposite with their actions? 😭 I’m devastated. I have poured hours, tears, sweats, delayed giving my child a snack when he wanted one because my boss needed me to do something right away. And what did I get in return? 𝗙𝗜𝗥𝗘𝗗!!! 😭😭😭😭😭 😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭 . They can keep the 𝗵𝘂𝘀𝗵 money they offered to not bring this up🚫🛑✋! No working mother should be discriminated against , especially during these times for not being able to keep my 𝟭 𝘆𝗲𝗮𝗿 𝗼𝗹𝗱 𝗾𝘂𝗶𝗲𝘁 for a business call 😡For not being able to turn something around in 5 minutes when my baby wants a snack😡. We are in tough times right now. This situation would have been temporary. None of my clients had issues with my kids in the background. 𝗜’𝗺 𝗴𝗼𝗶𝗻𝗴 𝘁𝗼 𝗳𝗶𝗴𝗵𝘁 𝗳𝗼𝗿 𝗲𝘃𝗲𝗿𝘆 𝗺𝗼𝗺 𝘁𝗵𝗮𝘁 𝗵𝗮𝘀 𝗴𝗼𝗻𝗲 𝘁𝗵𝗿𝗼𝘂𝗴𝗵 𝘁𝗵𝗶𝘀 ! 𝗜𝘁’𝘀 𝗻𝗼𝘁 𝗼𝗸𝗮𝘆!!!💪. IT’S NOT OKAY to have to feel that your boss is making you pick your work over your kids during these times!!!𝗜𝘁’𝘀 𝗡𝗢𝗧 𝗢𝗞𝗔𝗬!!! #justice

A post shared by Hi, I’m 𝗗𝗿𝗶𝘀| MODERN CALI MOM (@moderncalimom) on

« On m’a dit que j’avais un avenir brillant, que je m’en sortais bien dans mon travail », explique Dris sur Instagram. « Ces trois derniers mois, j’ai travaillé depuis chez moi en m’occupant de mes deux jeunes enfants. J’ai respecté tous les détails demandés, même les plus irréalistes. La situation a été plus que stressante. Comment une entreprise qui dit qu’elle comprend l’emploi du temps des parents et qu’elle fera en fonction peut-elle faire exactement le contraire? Je suis dévastée », dit-elle encore. « J’ai retardé le moment où mon enfant a voulu un goûter parce que mon patron avait besoin que je fasse quelque chose tout de suite. Résultat? J’ai été virée. »

Lisez aussi: Travailler à la maison avec un enfant: les trucs qui fonctionnent vraiment

« Aucune mère ne devrait être discriminée, surtout pendant cette période, parce qu’elle ne peut pas faire taire son enfant d’un an le temps d’un appel professionnel. Il n’est pas acceptable d’avoir l’impression que votre patron vous oblige à choisir votre travail plutôt que vos enfants pendant une période comme celle-ci. »

Elle a engagé une avocate qui a déposé sept plaintes contre la société pour discrimination sexuelle et représailles. L’avocate se veut rassurante: la loi est de leur côté et « justice sera rendue », promet-elle.


Soutiens-moi, paie-moi un caféSoutiens-moi, paie-moi un café
.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :