Concours

Les choses que les Belges font mieux que les Américains (+ concours)

C’est la fête nationale belge ce dimanche 21 juillet. L’occasion de comparer le pays d’où je viens avec l’État américain où je vis. Voici les choses que les Belges font mieux que les Américains, selon moi, et qui me rendent fière d’être originaire du plat pays (même si ici, personne n’arrive à le situer sur une carte).

Les soins de santé.

En Belgique, on ne craint pas d’être ruiné quand on se casse une jambe. Les soins de santé sont accessibles à tous. Bien sûr, il y a des assurances privées qui couvrent plus de choses mais la mutuelle de base déjà, suffit à être pris en charge en cas de pépin de santé. Aux États-Unis, si on n’a pas d’argent, on n’est pas soigné. C’est rude. Être malade est un luxe. L’assurance médicale est souvent considérée comme un réel atout quand on se fait engager quelque part. La collectivité, ça n’existe pas. On ne cotise pas pour le bien de son voisin.

Manger.

J’aime la variété de nos spécialités, on ose les assaisonnements et les mélanges de saveurs. La cuisine belge a deux facettes: celle qu’on mange en brasserie « à la bonne franquette » avec des frites qui croustillent et qui ont du goût grâce à nos bonnes pommes de terre, et la cuisine plus raffinée. On peut en plus se faire plaisir avec de bonnes tables sans y laisser un rein.

Photo prise lors de mon passage au Brinz’l à Uccle.

Aux États-Unis, la bouffe est servie dans des quantités astronomique mais le menu est très monocorde quand on a un budget raisonnable. Hamburgers, pizzas, tacos, salade César, mac’n’cheese sont servis dans quasi tous les établissements. Dès qu’on veut manger un vrai plat, c’est super cher… et pas pour autant très fins. Les Américains sont ceux qui passent également le moins de temps assis à table alors que le Belge peut traîner devant son assiette pendant des heures. Du moins tant qu’il y a du vin… Cette indolence me manque régulièrement.

Les bières.

Il y a des micro-brasseries à San Diego mais ça n’arrivera jamais à la cheville des merveilles de mon petit pays. D’ailleurs, les bières « Belgian style » pullulent dans les supermarchés: c’est bien la preuve qu’on est une référence.

La fête.

Un jour, j’ai expliqué à une copine américaine qu’il n’était pas rare qu’on « danse sur les tables » dans certains bars. Big Up aux Bruxellois qui ont déjà poussé la porte du café Le Corbeau dans le centre… Elle a tout de suite pensé à du table dance… En Californie, les boîtes de nuit ferment très tôt, les soirées s’arrêtent pour la plupart à 2 heures du matin. À Bruxelles, je n’ai pas compté les nuits où je rejoignais mon lit après le lever du soleil (avant d’avoir Ezra). Je me souviens de mes matins comateux avec émotion. Désormais, je suis de sortie à 18 heures et dans mon lit, démaquillée, à 23 heures.

La vue des toits depuis chez moi, à Bruxelles.

L’autodérision.

Les Belges ne sont jamais les derniers à rire d’eux-mêmes. Mais ici, si je me moque de ma propre tronche, on me dit que je me dévalorise. Peut-être mais parfois, les Américains prennent les choses beaucoup trop au sérieux, et parfois eux-mêmes, à mon goût.

La capacité à prendre la vie comme elle vient.

Les Belges n’ont pas de gouvernement pendant plusieurs mois: ils haussent les épaules et continuent à vivre comme si c’était normal. Et puis, le Belge débarque parfois les mains vides chez des gens parce qu’il n’a « pas eu le temps » mais annonce qu’il « va vite au night shop » chercher de quoi boire. Les Américains sont bien plus organisés à ce niveau-là. Ils auront toujours de quoi vous abreuver et vous nourrir si vous allez chez eux et ils arriveront toujours avec beaucoup trop à manger et à boire si c’est chez vous.

La capacité à se détendre.

Les Américains nous voient probablement comme des fainéants mais les Belges n’ont pas de scrupules à déconnecter et à profiter de la vie. On trinque dans les parcs, on s’offre des grasses matinées dès que c’est possible, on mange quand on a faim. Le Belge réussit très bien à mettre son cerveau sur pause. C’est moins le cas de mes camarades californiens qui ont toujours une nouvelle idée à exploiter, un truc à faire, des obligations ou du travail.

Concours

À l’occasion de la fête nationale belge, je vous offre un bon d’achat dans les boutiques de votre choix au Maasmechelen Village, le seul village outlet de Belgique (je vous en avais déjà parlé ici). La campagne « Proud to be Belgian » bat son plein. Jusqu’au 30 septembre, vous verrez du noir-jaune-rouge un peu partout dans le village qui a été repensé par Charles Kaisin. À gagner:

  • un bon de 150 euros à dépenser selon vos envies dans les boutiques de Maasmechelen Village
  • un repas pour deux au café pop-up Made in Belgium avec des plats bien de chez nous au menu
  • vous pourrez également accéder à la piscine à boules noir-jaune-rouge pour adultes (on y accède normalement sur réservation): pour une bonne tranche de rire dans un décor 100% surréaliste
  • et vous aurez accès toute la journée au lounge VIP pour vous reposer ou déposer vos achats trop encombrants

Pour jouer, rendez-vous sur mon compte Instagram. Tirage au sort du ou de la gagnant(e) le 29 juillet. Le gagnant ou la gagnante sera annoncé(e) en story et avertit en MP. Vous aurez jusqu’au 30 septembre pour vous rendre à Maasmechelen Village et profiter de vos gains. Après, le cadeau sera perdu. Bonne chance!

Jusqu’au 30 septembre, le Maasmechelen Village est aux couleurs de la Belgique.
La piscine à boules du Maasmechelen Village pour les adultes.
Publicités

(6 commentaires)

  1. J’ai déjà participé sur Instagram et Facebook alors que je ne sais même pas où se situe Maasmechelen Village lol. Pas grave, le GPS m’y conduira (enfin si je gagne).
    En lisant ton article, je me suis rappelée qu’effectivement, la Belgique n’avait plus eu de de gouvernement pendant plusieurs mois. C’était quand même un peu dingo cette histoire^^.

  2. On sent une petite pointe de nostalgie dans ton article,non?

    c’est vrai qu’on est pas mal en Belgique… mais on a aussi nos mauvais cotés. comme partout en faite…

    1. Un article suivra qui dira ce que les américains font mieux que les belges. Je prends le bon des deux côtés. Et je rejette le pire des deux côtés aussi.

  3. N’oublions pas que nous sommes toujours le con d’un autre.

    Ce que nous relatons comme différences, un autre peut nous le reprocher.
    Il ne faut pas traverser l’Atlantique pour voir des différences, prenons simplement le Thalys ou l’Eurostar pour voir des choses différentes.
    Une heure et demie de Thalys vers la gauche et l’auto- dérision est un crime de lèse-majesté.
    Une heure et demie de Thalys vers la droite et en rue il est autorisé de fumer des cigarettes qui font rire.
    Deux heures d’Eurostar et on ne peut rentrer dans un pub avec un bébé! …

    Cultivons nos différences cela fait nos richesses.
    Rien ne vaut les séjours en auberges eee jeunesse poir rencontrer des gens aux coutumes différentes.

    1. Un article suivra sur ce que les américains font mieux que les belges! Je ne prends personne pr un con. Je vis en Californie par choix. J’avais envie de mettre les choses que je trouve bien en belgique en valeur pr la fête nationale. C’est tout! 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.