News

La chose à faire quand quelqu’un critique l’éducation que vous donnez à vos enfants

La critique est facile quand il s’agit d’éducation. Les trolls sont partout et font parfois même partie de notre cercle de connaissances ou d’amis plus ou moins proches. Ils sont particulièrement virulents sur les réseaux sociaux quand il s’agit de grossesse, de maternité ou d’éducation. Ils nous envoient leurs avis à la figure alors qu’on ne leur a rien demandé et à force, on en vient parfois à douter.

Je propose qu’on prenne toutes exemple sur Pink qui a réduit au silence les indésirables. Il est désormais impossible de réagir sous les photos qu’elle poste sur Instagram. « Juste un rappel amical à ceux qui en ont besoin: il n’y aura plus de commentaires sur cette page », a-t-elle écrit sous une photo de son mari dans la piscine, en accompagnant sa phrase d’un émoji majeur tendu. Les dernières critiques reçues sur l’éducation qu’elle donne à ses enfants ont eu raison de son sang-froid.

Lisez aussi: (Ne pas) avoir de vergetures sur le corps ne fait pas de nous des mères moins légitimes

Sa décision fait suite aux commentaires reçus sous une photo montrant ses enfants de 8 et 2 ans en train de courir dans le Mémorial pour les juifs assassinés d’Europe à Berlin. On lui a dit que l’endroit n’avait rien d’un jeu de cache-cache pour les enfants. On lui suggérait « la prochaine fois » de ne pas prendre ses enfants dans ce genre d’endroit. Mais comment les éduquer et leur apprendre que le pire existe si on les tient à l’écart? Pink a répondu: « Ces deux enfants sont juifs en réalité. Tout comme moi et toute la famille de ma mère. La personne même qui l’a construit croyait que les enfants devaient être des enfants. Pour moi, c’est une célébration de la vie après la mort. Gardez votre haine et vos jugements pour vous. »

Berlin, I love you. #holocaustmemorial #panamarestaurant #cocktailclasses #history #herstory #worldtour and for all of the comments; these two children are in actuality Jewish, as am I and the entirety of my mothers family. The very person who constructed this believed in children being children, and to me this is a celebration of life after death. Please keep your hatred and judgment to yourselves.

347.6k Likes, 5,718 Comments – P!NK (@pink) on Instagram: « Berlin, I love you. #holocaustmemorial #panamarestaurant #cocktailclasses #history #herstory… »

Lisez aussi: 20 activités gratuites à faire avec des enfants en été

Difficile de rester zen quand on critique l’éducation de nos enfants

Les trolls des réseaux sociaux utiliseront les mêmes arguments que d’habitude à savoir que « vu qu’elle s’expose, elle doit assumer les critiques » et qu’on a « le droit de s’exprimer quand même, on est en démocratie ». Mais comme le disait cette semaine Charlotte, mère de cinq enfants et suivie par 53.600 personnes: « Une personne qui ne fait pas comme vous , n’est pas CONTRE vous. »

Elle dit encore: « Ce que j’écris n’est pas le problème, le problème vient du fait que certaines s’octroient le droit d’interpréter mes dires, se permettent de traduire mes pensées et ce de manière complètement insensée. » Je vous laisse lire (et likez) son post très pertinent ci-dessous. Stop à la critique insensée sur l’éducation de nos enfants.

Vous êtes ici chez moi… . Quand je décide de partager avec vous, cela signifie que je met à disposition à travers certaines situations, mes expériences, mes questionnements et réflexions … Bref je partage surtout un petit bout de moi, un mode de vie. Il va de soit que tout ne fera pas l’unanimité, nous avons des parcours différents, des histoires différentes, des vies différentes , NOUS SOMMES DIFFÉRENTS. Differents mais néanmoins avec des multiples points communs.La maternité chacun la vie comme il l’entend, elle nous est propre. Mais notre envie de bien faire devrait l’emporter et être fédérateur et non diviser, cessons d’étiqueter les gens, une personne qui ne fait pas comme vous , n’est pas CONTRE vous (cf: délire de persécution). Vous êtes évidement libres de penser ce que vous voulez, d’exposer vos points de vues, d’en discuter. Mais merci de ne pas parler en mon nom, merci de ne pas voir le mal là où il n’y en a pas, merci de ne pas me prêter des intentions qui ne sont pas les miennes. J’ai eu beaucoup de mal à avaler le fait que des commentaires aussi malveillants ont été écrit sous une photo de mon fils. Il aurait été si simple de la retirer, mais je me suis ravisée. Ce que j’écris n’est pas le problème, le problème vient du fait que certaines s’octroient le droit d’interpréter mes dires , se permettent de traduire mes pensées et ce de manière complètement insensée. Me prêtant une image qui est bien loin de la mienne. Le jugement, c’est exactement ce que je combat, si certains se délectent de ces animosités ce n’est absolument pas mon cas. Vous êtes ici chez-moi, ma porte est ouverte à tous, merci respecter les lieux et de ne pas les salir. . Je ne tolère pas les phrases toutes faites « tu es en public, tu t’exposes, c’est le jeu  » . Je suis en public OUI . NON je ne m’expose pas ( ce mot m’a toujours horripilé, on expose des tableaux ou des objets… pas des personnes ),je me rends visible OUI, et NON être pris pour cible n’est pas un jeu. . Vous avez le droit de ne pas être d’accord mais j’ai le devoir de faire en sorte que ça ne se passe sans jugement de valeur et sans animosité. . CORDIALEMENT . #jsuispasvenuelapoursouffrirokay

11.3k Likes, 694 Comments – Charlotte (@lalottes) on Instagram: « Vous êtes ici chez moi… . Quand je décide de partager avec vous, cela signifie que je met à… »

Et si, comme Pink, on se disait qu’on n’a pas besoin des commentaires de gens qu’on ne connait pas pour tracer notre route? Elle est suivie par plusieurs millions de personnes, elle ne peut donc pas filtrer un par un les haters. Mais nous, on peut. N’ayez aucun scrupule à virer les commentaires agressifs inutiles. Acceptez la critique, qu’elle concerne l’éducation ou non, constructive et le dialogue.

Refusez les insultes, les jugements hâtifs et définitifs, ne perdez pas votre temps à vous justifier, à expliquer votre point de vue à des gens qui vous ont démontré dès le premier commentaire qu’ils n’étaient pas là pour discuter mais pour vous atomiser. Ils iront cracher leur haine ailleurs et peut-être qu’à force d’être réduits au silence, ils se tairont enfin parce qu’ils comprendront que leur opinion n’a pas plus de poids qu’une autre, qui dit exactement l’inverse.

Publicités

(3 commentaires)

  1. ah, les « réseaux » dits sociaux. Evidemment, il est plus « courageux » d’y déverser sa bile (et même sa méchanceté) qu’en face de l’intéressé…je me trompe ? Bon, faut pas généraliser non plus. Je me demande si les accros peuvent imaginer qu’on peut s’en passer. :-))

  2. C’est vrai que c’est un constat que beaucoup de parents font : les critiques lancées sur leur propre manière de penser l’éducation. Et je pense que les réseaux sociaux entretiennent parfois ce phénomène car, comme dit dans le commentaire précédent, plus facile à faire derrière un écran ! Et je trouve ça révoltant ! Chacun fait comme il veut ! Et heureusement ! Sinon on serait tous pareil ! Chacun fait comme il le ressent, avec ses valeurs, et si ça ne plait pas aux autres, tant pis !

  3. Ton texte donne à réfléchir. C’est vrai que spontanément pour reprendre l’exemple des enfants de Pink, j’aurais pensé qu’il faut empêcher les enfants de courir dans un mémorial. Mais son explication est tellement sensée que j’ai immédiatement changé d’avis. Donc c’était bien que ce soit écrit, pour ouvrir les esprits, notamment le mien . Mais ça c’est un avis, pas du trollage il me semble. C’est pas méchant d’être choqué et de l’écrire. Quoiqu’on fasse, on est jugé, et les réseaux augmentent tout. Après je pense quand même que plus on s’expose, plus on est regardé, lu, plus on fait réagir. Ça fait partie des risques d’exposer sa vie au public inconnu et pas toujours bienvaillant. Du coup je me demande ce qui pousse un parent à dévoiler quotidiennement sa vie, celle de son enfant au risque de s’en prendre plein la figure. Ne crains tu pas un jour un reproche de ton enfant ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.