fbpx
Californie

Bombay Beach: comment cette plage de rêve a-t-elle pu virer à l’enfer?

À Bombay Beach, le soleil brûle la rétine et la peau comme il a cramé les ambitions et les espoirs de ceux qui y vivent depuis toujours. Les carcasses de bagnoles côtoient les maisons délabrées. Les portes sont défoncées, l’air chaud s’engouffre par les fenêtres dont il ne reste que le chambranle. Le silence est aussi écrasant que la chaleur. On entend un oiseau, planqué entre deux lattes dont le bois a été grignoté par le temps et le manque d’entretien. Et puis, nos pieds qui trébuchent sur les débris qui jonchent le sol: tuyaux, fil électrique, éclats de verre.

La plage dégueulasse qui n’a rien de la Californie de carte postale

Difficile de croire qu’il y avait une vie avant, à Bombay Beach, des rires, du golf, des après-midis de baignade dans la Salton Sea. Avant, c’était hier: à Bombay Beach, l’activité battait son plein dans les années 50-60. Une poignée d’années plus tard, le coin n’a plus rien de la Californie de carte postale. Le paradis a viré à l’enfer dès la fin des années 70. Ça pue l’essence, le sel, la mort. Le long du rivage, on marche sur les carcasses de poissons vidées de toute leur sève par un soleil intraitable. Les pieds glissent sur des nappes de kérosène. Les habitants, ceux qui en avaient les moyens financiers, ont déserté les lieux. Ceux qui sont restés meurent à petit feu.

Lisez aussi: « Bodie, ghost town californienne: la ville fantôme où les âmes rodent encore

La Salton Sea est née sur un (mal)heureux hasard. Le Colorado a pénétré dans le désert, creusant ses digues à la force de ses courants. Il a fallu deux ans pour voir apparaître cette mer inespérée dans un environnement d’une rare aridité. Oiseaux et poissons ont pris leurs aises et les promoteurs immobiliers ont flairé la bonne affaire. Hôtels, clubs nautiques, maisons, écoles se sont mis à fleurir. Personne n’a pris garde au danger qui menaçait.

Carte postale de Bombay Beach en Californie quand c'était encore un paradis.

De l’air vicié plein les poumons

Les eaux gorgées de pesticides arrosant les cultures des fermes voisines ont peu à peu remplacé celles de la Salton Sea, qui s’évaporent sous le soleil du désert. L’eau, en circuit fermé, est devenue plus salée que l’océan. Des milliers de poissons sont morts, leurs restes jonchent le rivage. L’eau est un poison pour des milliers d’oiseaux migrateurs. Les émanations toxiques s’attaquent désormais à la santé des 200 habitants vivant encore à Bombay Beach. Mais pas seulement: le vent entraîne cet air immonde sur des centaines de kilomètres aux alentours. Les enfants de la région immédiate ont les niveaux d’asthme les plus élevés de toute la Californie.

Dans la ville de Bombay Beach en Californie
Dans le bloc des maisons abandonnées.

Lisez aussi: Je ne me remets pas de ce que j’ai vu en Arizona

50 degrés l’été dans ce village apocalyptique

Bombay Beach est aujourd’hui une ville fantôme, qui a une résonance terrifiante pour qui la visite. Les températures atteignent près de 50 degrés l’été. L’hôpital le plus proche est à 45 minutes en voiture. Au milieu du village, un drapeau de pirates noir se dresse dans le ciel, comme s’il était annonciateur du pire. Ce monde apocalyptique, c’est celui qui sera le nôtre si les gouvernements ne prennent pas la mesure des choses à changer pour que l’air reste respirable.

L’Amérique sait que ce coin est une catastrophe écologique et ne fait absolument rien pour régler le problème. À une heure de là, les nantis jouent au golf sur des terrains d’un vert impeccable sans une pensée pour leurs voisins. Pourquoi on ne s’en occupe pas? Parce que les habitants de cet endroit aride sont pauvres, évidemment.

Le désastre sur Instagram

De façon ironique et déprimante, (et à l’image de ce lac turquoise toxique en Sibérie) des gens viennent du monde entier pour voir de leurs yeux et à travers leur propre téléphone ce désastre écologique. Ils prennent de l’air vicié plein les poumons le temps d’une photo pour Instagram avant de laisser les habitants des lieux se démerder avec leurs problèmes.

L’autre manière de voir les choses

Il y a une autre façon de voir les choses. Des artistes ont envahi les lieux et redonnent vie aux maisons abandonnées et aux bagnoles éventrées à coup de tags et d’imagination. Si l’absurde est à tous les coins de rue, cette poésie des temps modernes est aussi un signal d’espoir. Oui, le beau peut naître du pire et on peut reconstruire sur le néant.

Cette porte plantée au milieu de la plage désolée de Bombay Beach rappelle de façon symbolique qu’il ne tient qu’à nous de l’ouvrir sur un monde meilleur. Celui qu’on laissera à nos mômes. Je vous jure que voir son enfant sautiller sur ce sable qui n’a de sable que l’apparence, ça fait vraiment réfléchir…

Vous trouverez un petit plan des choses à voir dans les rues de Bombay Beach ici.

Drive-In, le cinéma en plein air de Bombay Beach
Dans l'une des voitures du cinéma en plein air de Bombay Beach en Californie.
Publicités

(14 commentaires)

  1. Merci pour cet article! J’y suis passée il y a de cela 4 semaines, nous y avons vu un projet immobilier avec un hôtel futuriste. Cela se trouvait à l’entrée de la ville, je ne sais pas si vous l’avez vu? Vu les problèmes écologiques, cela semble un être un projet un peu fou…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :