Enfant, etc

Un resto interdit les enfants : est-ce vraiment si scandaleux?

C’est la petite information qui agite la Belgique en cette fin de semaine: un restaurateur de la côte a décidé d’interdire son établissement aux enfants. A lire ici, ici ou encore ici. Une maman accompagnée de sa progéniture n’a pas pu prendre place dans le resto en question récemment, elle a posté un message virulent à l’adresse du restaurateur, avec des photos de son établissement. Le scandale était né. Le restaurateur s’est défendu dans la presse avec une honnêteté et une transparence qui me laissent admirative. Il faut oser. Et il  assume ses choix.

Il met ainsi le doigt sur une certaine réalité difficile à avaler pour les parents: « Dans le temps, les enfants étaient sages. Ils venaient au restaurant avec un livre de coloriage et se taisaient parce que les adultes parlaient. Mais les temps ont énormément changé », regrette-t-il. Bon, dis comme ça, c’est un peu brutal, mais c’est vrai que la tendance éducative est un peu moins restrictive qu’avant. Je ne jette la pierre à personne: il y a des choses que je laisse faire à Ezra que mes parents ne m’auraient jamais permis. Le restaurateur explique qu’il en a marre de voir des enfants sauter sur ses chaises à 420 euros pièce avec des chaussures sales. (Ca, je vous rassure, je ne laisse pas faire…) Il lâche: « Ce n’est pas la glace et le coca qui vont me permettre de récupérer l’argent. » On ne pourra en tout cas pas lui reprocher sa franchise: « Cela m’est même arrivé d’être agressé parce que j’ai demandé à ces enfants d’être un peu respectueux. En plus, les enfants sont si bruyants qu’ils font fuir ma clientèle. Je vise un public plus âgé et ils m’apportent beaucoup plus que ces enfants. » Le monsieur n’a pas ouvert son restaurant pour faire dans le social. Il est là pour faire du business. Et ce n’est effectivement pas les mômes avec les trois frites qu’ils vont piquer dans l’assiette de leurs parents qui font tourner son établissement.

Le restaurateur ne dit pas qu’il n’aime pas les enfants. Il en a d’ailleurs peut-être, l’histoire ne le dit pas… C’est plutôt les parents qui ont les yeux sur leur smartphone au lieu de surveiller leurs mômes qui l’agacent. « Ne me comprenez pas mal: ce n’est pas la faute des enfants. Ils sont parfois très bruyants, mais les parents ne font plus attention à eux et sont toujours occupés avec leur smartphone. Des familles se promènent toute la journée sur la digue et leurs enfants sont crevés. C’est normal qu’ils deviennent difficiles au restaurant. Mais ce n’est pas pour ça que je dois l’accepter. » 

Je sais que de nombreux parents vont trouver ça scandaleux mais je fais partie des gens qui comprennent en grande partie sa décision. Je précise quand même d’emblée que je ne trouve pas ça très malin de sa part de stigmatiser les parents: un enfant infernal n’est pas toujours la faute d’un parent qui checke son fil d’actualité Facebook. C’est parfois le cas, mais pas toujours. Ce n’est en tout cas pas le premier à le faire: ça existe déjà dans d’autres pays. A Monterey, la région californienne très aisée où se déroule la série « Big Little Lies », un restaurant n’interdit pas les enfants mais avertit: « Pas de poussettes, pas de chaises hautes, pas de sièges bébé. Les enfants qui pleurent ou font du bruit perturbent le dîner des autres et ne sont donc pas tolérés ». La politique a été mise en place en 2011. Le restaurateur explique que les enfants ne sont pas bannis mais doivent respecter les règles de la maison. Si beaucoup sont choqués, le restaurateur a admis que son chiffre d’affaires avait grimpé lorsqu’il avait imposé sa nouvelle règle. Si les familles ont peur de passer la porte, des couples sans enfants, des couples qui ont payé une baby-sitter cher et vilain, des amis qui ont quelque chose à fêter viennent pour manger en paix, prendre le temps, avoir des conversation d’adulte et dépenser des sous, donc.

Je fais partie des gens qui ont été soulés comme jamais par les enfants des autres dans certains lieux publics que je fréquentais justement pour leur calme. Je n’en avais pas et je ne vois pas pourquoi je devais les subir. Aujourd’hui, j’en ai un et je ne vois pas non plus pourquoi les autres doivent le subir quand il est infernal. Déjà, moi, j’ai du mal… J’attends des autres qu’ils respectent mon fils et qu’ils me respectent également. Mais ils sont en droit d’attendre qu’on les respecte aussi. Ce n’est pas parce qu’on a un enfant qu’on a plus de droits que ceux qui n’en ont pas. L’inverse est vrai également.

Si quand j’arrive dans un restaurant ou dans un avion et que la simple présence d’Ezra, alors calme et poli, fait soupirer ceux qui m’entourent, ça m’énerve. L’enfant a le droit d’exister, de s’exprimer, ou en tout cas, au moins, de respirer. Je m’estime dès lors en droit de remettre ces gens qui aimeraient visiblement être seuls sur terre à leur place si nécessaire. Mais s’il est intenable, bruyant et capricieux, c’est à moi de m’excuser auprès de ceux qui m’entourent et qui n’ont rien demandé.

Pour en arriver là, je suppose que le restaurateur a dû être confronté régulièrement à des parents sans-gêne et des enfants qui se croient tout permis. Je compatis. Je trouve que la maman qui s’énerve sur Facebook n’est pas tout à fait honnête: le restaurateur a affiché une pancarte à l’entrée du restaurant. Elle stipule très clairement: « Adults only ». Je comprends qu’on trouve ça discutable, mais on ne peut pas dire qu’on n’a pas été prévenu. Si je vois une telle affiche, je n’essaie pas d’y aller quand même… Respect, je disais.

Qui plus est, c’est loin d’être le seul établissement de la digue de Nieuport. Ceux qui râlent ont tout le loisir d’aller s’asseoir ailleurs. Parce que oui, il existe des restaurants anti-enfants et d’autres qui les accueillent à bras ouverts en proposant des espaces de jeux dédiés pour que les parents puissent manger tranquille. Trop peu, et c’est probablement aussi ça le problème dans ce cas-ci. Je comprends vraiment les parents frustrés de ne plus pouvoir sortir avec leurs enfants parce que rien n’est pensé, adapté pour eux. Ma présence en Californie n’est pas étrangère à cette problématique. Il faut que ça change, absolument. J’ai quand même quelques exemples sous le coude en Belgique de restos kids-friendly, je vous en fais un post bientôt. Mais pour en revenir à nos moutons… Il y a des restaurants marocains, italiens, gastronomiques, financièrement accessibles, cosy où on chuchote, industriel où les rires résonnent, il y a des restos végétariens, des restos spécialisés dans la bidoche, des restos avec des nappes blanches qu’on a peur de salir, d’autres où on laisse son plateau sur la table…

Il y en a pour tout le monde, et tant que les restos kids non-admis ne deviennent pas une généralité (parce que pour apprendre la vie en société à nos enfants, il faut quand même pouvoir s’y mêler, à cette société), ça ne me dérange pas plus que ça. Et vous?

 

 

(25 commentaires)

  1. En tant que maman de trois charmants petits garçons ça ne me choque pas vraiment. Faire des enfants est aujourd’hui, dans la plupart des cas, un choix. On a pas à imposer les conséquences de choix aux autres. Un enfant ça fait du bruit et ça peut être vraiment désagréable faut pas se le cacher.Le bruit de mes enfants ne me dérange pas car ce sont mes amours que j’aime et que j’ai désiré. Mais pour les gens de la table d’à côté c’est autre chose …

    Oui les enfants ont le droit de se manifester, mais pour autant je peux tout à fait comprendre que les adultes aient envie d’avoir un break et/ou de dîner tranquillement. Je trouve bien plus respectueux des personnes pour qui les cris des enfants sont insupportables d’aller dans un resto dédié plutôt que de faire les gros yeux et des remarques sèches aux parents dans les restos classiques.

  2. Je suis plutôt d’accord avec ce monsieur, si on veut donner du standing à son resto, on peut ne pas autoriser les enfants.
    C’est simplement un resto qui n’est pas familiale et qui se veut calme.
    Je comprends tout à fait et ça ne me choque pas du tout !

  3. Exactement! Je suis tout à fait de ton avis. C’est vrai que pour beaucoup, avoir un enfant te donne comme plus de droits…euuuhhh bah non. Rien que le fait de faire choisir les salariés parents pour les vacances et donc d’imposer ce qui reste aux autres … super!^^

    1. Ah ça par contre… je comprends l agacement quand on n’a pas d’enfant mais rien n’est fait pour qu’on puisse faire autrement malheureusement. Tu ne peux pas rater l’école durant l’année scolaire à partir de 6 ans (bientôt 5), et c’est normal de vouloir passer ses vacances avec ceux qu’on aime non? Crois moi, plein de parents préféreraient clairement partir en vacances à n importe quel autre moment de l’année où les hôtels, resto et les routes ne sont pas blindés. Et où tout coûte 4 fois le prix… D’ailleurs quand on n’a pas d’enfant (et qu on n’est pas prof ou autre, bref quand on a encore le
      Choix), pourquoi partir en juillet août ? 😅 si la société était mieux aménagée… c’est un vrai problème de fond ça.

  4. Honnêtement, je peux comprendre ce restaurateur pour tous les arguments qu’il évoque. Quant aux clients, la couleur est annoncée, pas de mauvaise surprise. Après tout, chacun fait ses choix en fonction du menu, du lieu, du prix alors pourquoi pas aussi en fonction des clients.

    1. J espère quand même qu il a été poli en le disant à la dame. Parce que je me suis dit qu il avait peut être être agressif et que ça expliquait l’agacement de la maman… je ne sais pas évidemment, je n’étais pas là.😅

  5. Je pense vraiment qu’il y a deux catégories de restaurants et que le tri se fait tout seul: quand je vais manger dans un très bon établissement avec mon conjoint, je n’y vois jamais d’enfants, et il ne me viendrait d’ailleurs pas à l’idée d’y traîner les miens. Concernant ce monsieur, je ne suis absolument pas choquée par sa démarche, qui rejoint celle des hôtels « adults only ». En revanche je nuancerai son propos: cet été, nous avons mangé très souvent au restaurant avec nos enfants et force est de constater que la très grande majorité des bambins que j’y ai vus étaient (très) sages. Bien-sûr, je ne parle pas des bébés, mais des enfants capables de se tenir un minimum à table.

    1. Je pense qu il a eu des expériences très précises et je suis d’accord avec toi, il fait une bonne grosse généralité avec des cas personnels. Mais bon je pense qu il y a des familles qui vont au resto, se disent qu’ils sont là pr se détendre, et du coup lache la bride pr les enfants qui font bcp trop de bruit. C’est clair qu il y a des endroits adaptés et d autres non en tout cas. Et je ne vais pas dans un resto kids friendly quand je suis seule avec une copine ou mon mec. 😅

  6. je ne suis pas choquée non plus : je n’ose même pas aller au resto avec mes enfants tellement ils sont turbulents, alors je ne me vois pas les imposer aux autres clients. De toute façon je trouve qu’en dessous d’un certain âge (environ 5 à 7 ans), il n’y a aucun intérêt à emmener des enfants au restaurant.

    1. Ahaha bah parfois pas le choix. Aux states t’as pas vraiment le principe de sandwich à emporter. Et j’ai pas envie de manger des fast foods tous les jours. Mais bon, les resto sont kids friendly, on choisit des endroits adaptés où on prend à emporter et on mange sur un banc. 😅

      1. Oui bien sûr, on n’a pas forcément le choix, évidemment. Après tout dépend du resto : quand on va dans un resto de bon niveau en amoureux, on n’a pas trop envie d’avoir des petits qui s’agitent à côté, aussi mignons soient-ils ! Chez MacDo en revanche ça ne me pose aucun problème 😀

  7. Bonjour Deb, je suis totalement d’accord avec votre point de vue, très pertinent.
    Je constate malheureusement qu’on revient toujours au même problème de respect. Respect de l’autre, respect de ses choix, … Et ce respect passe par l’éducation.
    Pourquoi ce restaurateur doit être stigmatisé pour le choix qu’il fait pour son établissement ? Sa cliente a-t-elle tous les droits parce qu’elle a des enfants ?
    De plus, je ne me souviens pas avoir vu une levée de bouclier quand sont apparus les hôtels « adults only ».

  8. Encore une histoire qui montre que les enfants dérangent. Je ne suis pas d’accord sur le principe mais je peux comprendre le ressenti de ce monsieur qui tient un commerce.

  9. Moi je suis d’accord avec lui. Mais déjà précisons que je suis du coté de la barrière de ceux qui n’ont pas d’enfant. J’aime les enfants, ne croyez pas l’inverse. Mais prenons l’exemple de mon dernier vol long courrier. Ok, peut être que les parents n’avaient pas le choix. Mais sincèrement faire 12h de vols avec un bout qui a je pense moins d’un an, je trouve que c’est totalement idiot. J’ai dû supporter, après déjà un vol de 4h, plus 3h d’attente, un autre vol de 12h avec un bébé qui hurlaiiiiiit toute les 10 minutes. Je n’ai pas dormi du vol … je suis arrivée a Paris j’ai du prendre un train pour rentrer chez moi. Je me suis retrouvé entre 2 enfants, dont l’un hurlait aussi tout le temps, l’autre s’y ai mis vers la fin du trajet, qui dure environ 4h. Ok, je comprend que les parents veulent se déplacer avec leur enfants et tout ça. Mais bon sang, j’avais des envies de meurtre a la fin quoi ! JAMAIS mes parents ne m’ont laissé faire des caprices pareil, enfin, non quoi. On me filait du coloriage en effet, un livre si j’étais plus agé, etc, bref, je la fermais quoi. Et surtout je ne hurlais pas … C’est insupportable pour les autres quand même. Je subis relativement, quotidiennement, dans le train, le métro, les avions etc … les enfants des autres … et franchement je vois pas pourquoi je dois l’accepter. Les gens font des enfants par choix, j’ai pas a subir cela.

    Donc oui, je suis d’accord avec le restaurateur, et si la tendance éducation était pas aussi mauvaise (de mon point de vue et c’est une généralité, tous les parents n’ont pas a se sentir visés) et ben on en serait pas la.

    1. C’est marrant de venir poster ce commentaire sur l’avion chez moi alors que je suis belge, que je suis en Californie…. et que j’ai un enfant en bas âge. Tu imagines bien que je ne suis pas venue à la nage.😅 j’ai pris un vol long courrier plusieurs fois avec mon petit garçon. J’ai la chance qu’il soit calme. Crois moi les parents sont déjà bien assez flippes quand ils montent dans un avion avec leur petit, de peur qu’il ennuie tout le monde pr qu’on en rajoute… je comprends que le bruit puisse être penible. Mais il n’y a pas d’alternative… je ne connais pas encore d’avion spécialement réservé aux familles. 😅 dans un avion ce ne sont pas forcément des caprices. Personne ne prend plaisir à voir son enfant s’exciter pr rien mais 12h de vol c est chiant pour un adulte. L’adulte sait prendre sur lui. Pour un enfant aussi et il ne sait pas s’exprimer autrement qu en pleurant… avoir un enfant ne doit pas dire qu’on doit rester cloîtré chez nous, jusqu’à ce qu’il ait 15 ans. C’est déjà assez difficile comme ça… je dis dans mon post que je veux bien respecter ceux qui n’ont pas d’enfant mais j’attends aussi du respect de ceux qui n’en ont pas. Les parents ont autant le droit de se déplacer que toi. 🤓

      1. Ahah tu dis ça comme si je t’avais forcée… mais tu sais bien que je prône l’équité et les mêmes droits pour tous, avec ou sans enfants, mais y a des trucs quand même, on sait pas faire autrement 😅

  10. Je suis carrément pour, c’est quoi l’adresse du restaurant? De toute façon quand on est parent de jeunes enfants on préfère généralement les restos familiaux car on sait que les enfants y sont «attendus». C’est déjà assez compliqué sans ça d’aller au resto. Ça pourrait être une bonne idée, par contre, pour les restos gastronomiques comme ça de faire des lunchs «family only» avec des menus gastronomiques adaptés aux enfants. J’avais lu l’avis d’un chef qui donnait le conseil aux parents de commander plutôt un plat adulte en petite portion dans un restaurant (ou une entrée) qu’un plat spécial enfant avec des frites pis du poulet frit. Ça donnait selon lui à l’enfant la possibilité de découvrir de nouvelles saveurs plutôt que de le priver de l’expérience «restaurant». Accueillir le temps d’un midi des familles et servir les enfants comme les premiers convives (et non des pièces rapportées), c’est sûr j’irais. Quant au sujet de départ – j’ai digressé – ma fille cadette est un véritable marsupilami, elle grimpe et rebondit partout. Je ne la pense pas mal élevée, seulement son corps bouge tout le temps. Et je comprends que ce soit énervant pour les autres (ça l’est pour moi!). De manière générale ce ne sont pas les gamins qui m’énervent mais le laisser faire de leurs parents. Genre le gamin qui est debout sur son siège d’avion et qui te fait des grimaces, ou celui qui laboure ton siège de coups de pied pendant 8h de vol. J’ai pris l’avion plusieurs fois avec les filles, ce n’était pas toujours facile (le marsupilami, de retour) et systématiquement il y a eu une ou plusieurs personnes à la fin de chaque vol pour me (nous) dire «bravo, vous êtes de bons parents», ou «je suis admiratif, vous n’avez rien lâché» lol. Quand tu passes 7h de vol debout dans les allées ou près de la porte des toilettes à chanter des comptines, les gens savent que tu fais de ton mieux. C’est l’inaction et l’indifférence qui sont pénibles.

  11. Moi, je suis d’accord avec « enfancejoyeuse ». Je comprends les arguments du monsieur mais je vois aussi très clairement que les enfants dérangent…C’est une question d’éducation, peut-être (pas toujours) mais c’est aussi une question de culture. Jusque-là, en Méditerranée, je ne suis pas aussi stressée quand je vais manger avec mon fils qu’ici, en Belgique. Même si je suis d’accord que l’éducation qu’on donne à nos enfants a fort changé, je trouve que le monde est de moins en moins adapté aux enfants. Il faut sans cesse courir, que tout soit parfait, que rien ne dépasse parce qu’on n’a plus le temps et que le temps, c’est de l’argent. Je trouve qu’on a tendance à humaniser l’animal et à mépriser l’enfant mais c’est encore un autre débat.

  12. J’adore cet article… Parce que finalement, c’est exactement ce que je ressens.

    J’ai d’abord eu une réaction reflex genre « mais où va-t-on ? »… Ms ca n’a duré que 30 secondes. Parce que qd mes minis font les canailles en société j’ai tjs trouvé normal de m’excuser .. Car moi aussi il m’arrive qd je suis de sortie d’avoir un peu la paix et de passer un bon moment entre adultes.. Du coup puis je en vouloir aux autres…

    Et comme vous dites il y a tellement de resto sur la côte belge qu’en laisser un aux adultes c’est pas la mer à boire lol

  13. Je suis totalement en accord avec ce monsieur. Quand nous aurons un enfant, j’attendrais qu’il soit suffisamment sage avant de partir au restaurant avec. Je ne comprends pas cet égoïsme d’en faire pâtir les autres. ☺️

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.