Ezra aime ça Ses livres d'enfant validés par maman

Le livre pour enfants choquant que je n’aurais pas dû acheter

Vous savez l’importance que j’accorde à la lecture. Avec Ezra, on se blottit épaule contre épaule et j’enchaîne les lectures. Il n’y a pas vraiment de rituel: ça peut être le soir avant d’aller dormir mais aussi en journée ou même le matin avant d’aller à l’école. Il n’est pas rare d’ailleurs qu’il quitte la maison avec un livre dans la main. Afin de le feuilleter en voiture ou dans le chariot du vélo. Bref, j’espère lui inculquer le goût de la lecture et je ne ménage pas mes efforts. Je prends un plaisir fou à arpenter les rayons jeunesse en Belgique comme en Californie. Mais ici, j’ai moins d’affection pour les dessins, trop doux, trop neuneu à mon goût souvent mis en avant aux Etats-Unis. J’aime bien les couleurs vives, les traits de crayon francs, les illustrations concrètes. J’ai récemment fait une commande quelques livres en français sur Amazon. J’ai fait ma sélection en ligne, en lisant les commentaires des gens, en feuilletant les PDF. J’y ai mis du temps et j’étais aussi excitée qu’Ezra quand les bouquins sont arrivés à notre porte. Parmi eux, quelques chouettes trouvailles dont je vous parle dans les stories à la Une sur Instagram mais un livre, qui m’a laissée bouche bée.

« Et pourquoi? signé Michel Van Zeveren et sorti chez L’école des loisirs est une version corrigée du Petit Chaperon Rouge. La petite fille tombe nez-à-nez avec le grand méchant loup qui lui annonce son intention de la manger toute crue. Au lieu de s’enfuir à toutes jambes, elle interroge: « Et pourquoi? » Interloqué, il lui répond: « Comment ça, pourquoi? Parce que j’ai faim, tiens. » A chaque réponse du loup, le Petit Chaperon Rouge rétorque: « Et pourquoi? » Je pensais qu’il s’agissait d’une lecture parfaite pour mon petit garçon curieux, jamais le dernier pour me poser des colles. Effectivement, je tournais les pages et découvrais l’histoire avec lui et il souriait à chaque « Et pourquoiiii? » La fin par contre est d’une maladresse incroyable. Je ne comprends d’ailleurs pas qu’on puisse éditer ça et jurer que c’est adapté au 3-6 ans. Le loup, éreinté par les questions de la petite fille, l’avale tout rond, sans la croquer. Dans son ventre, elle continue à l’interroger: « Et pourquoi? » A bout de nerfs, le loup se rend chez le chasseur. Pourquoi? Je cite: « Pour lui prendre son couteau. » « Et pourquoi? » « Pour m’ouvrir le ventre. » On voit donc le loup s’éventrer avec le couteau pointu du chasseur et s’effondrer. Le Petit Chaperon Rouge sort alors du ventre du loup qui git sur le sol, yeux fermés et langue sortant de sa bouche, l’arme à côté de lui.

En découvrant en live cette fin tragique, ni drôle, ni instructive, je n’espérais qu’une chose, c’est qu’Ezra ne me demande pas pourquoi le loup était subitement couché par terre. Je lisais pour le distraire, pas pour parler de la mort, encore moins du suicide. J’ai beaucoup d’humour et je ne suis jamais contre une grosse louche d’humour noir mais franchement, à 3 ans? Il est, en plus, à l’âge où il répète et copie tout ce qu’il entend et voit. Et ne croyez pas que j’exagère. Lundi, il a écouté l’histoire de « Boucle d’or » lu par Henri Dès (ouais, parfois, je délègue…) et à un moment, la petite fille se plaint que la soupe de l’ours est bouillante. Le soir-même, sans qu’on soit en train de reparler de l’histoire, Ezra a grimacé à la première cuillère de soupe et a crié: « C’est brûlant » alors que ça ne l’était pas du tout. Vous comprendez donc que je trouve que montrer quelqu’un, même si c’est un vilain loup, s’ouvrir le bide n’est pas une bonne idée…

Vous l’avez lu? Et vous en avez d’autres des livres pour enfants que vous regrettez d’avoir acheté parce que l’histoire n’était pas du tout adaptée? Dites moi tout.

(23 commentaires)

  1. Ah ouais ça craint… On croirait une mauvaise blague. C’est qui cet auteur ? Il doit être complètement désillusionné pour avoir écrit ce bouquin ! Et je doute qu’il ait des enfants… Et à l’école des loisirs ils font des trucs bien normalement non ?

    1. Mais oui. L’auteur je le connais pas du tout et j’avais lu quelques commentaires sur Amazon de parents qui trouvaient la fin un peu trash mais sans vraiment s’exciter à ce sujet. J’ai pensé: bon il est côté 4/5, c’est que ça doit pas l’être tant que ça… 😅 visiblement peu de gens ont été choqués. Mais on est d’accord que c’est un peu violent non? Venant de l’école des loisirs qui plus est…

  2. Mais c’est super flippant cette fin, je suis choquée ! Moi j’avais acheté un livre de petit ours brun dans une brocante sans regarder la fin, c’était l’histoire de petit ours brun qui fait des bêtises. Il s’ennuie donc il prend les crayons de couleurs et dessine sur les murs, les meubles, etc. Sa maman arrive, elle n’est pas contente, elle le gronde et lui mais une claque. Fin. Aucune morale, le petit se prend une baffe et c’est tout. ça ne m’a pas plu du tout, je l’ai revendu ^^.

      1. Moi j’ai banni les petits ours bruns depuis que ledit petit ours se balade avec son pot plein de pipi pour aller à la rencontre de sa maman, juste après avoir à peu près tout fait sur ce maudit pot, y compris manger. Bref les parents passent du laxisme le plus total à la fessée, parfait lol!

  3. Je ne comprends pas non plus… Je t’en parlais sur IG mais Tess a reçu aussi une histoire du petit chaperon rouge dans son magazine. Elle en a fait des cauchemars de ce loup qui mange le chaperon rouge et la grand mère et qui finit éventré par le chasseur… Je ne comprends pas qu’on mette ce genre de chose dans des livres à partir de 2 ans…

  4. Curieusement j’ai deux trois histoires impliquant des loups qui sont assez dures aussi. Je te conseille Maman Ours, de Ryan Higgins, aussi drôle pour les parents que pour les enfants. Et Boucle d’Ours, juste parfait sur le sujet « on peut s’habiller comme on veut, même comme une fille ». Il est vraiment vraiment super et « éducatif » celui ci. Les filles l’ont lu petites et ensuite, dès qu’elles faisaient face à une réflexion genrée sur le vêtement elles avaient tendance à répondre « on fait comme on veut! »

  5. Je suis un peu déroutée par les livres de la série « Les petites bêtes ». Nous avons Antonin le petit poussin et acheté récemment Roméo le crapaud. Célestin adore les animaux. Ca me semblait une jolie manière d’apprendre le nom des petites bêtes qu’il connait moins (le loir ou les punaises par exemple).. Déjà, le style est particulier : on passe de phrases complexes avec des termes peu utilisés à des dialogues très familiers. Soit, Célestin ne comprend pas tout mais écouter des textes un peu plus compliqués ne doit pas être mauvais pour lui.. L’histoire d’Antonin est encore mignonne, même si la fin est un peu trop abrupte pour des petits. Il rentre chez lui après s’être perdu, un peu brutalement par rapport au reste de l’histoire, soit. Mais l’histoire de Roméo, c’est autre chose : c’est un crapaud qui perd la boule et qui croit qu’il est un prince. Il y a l’intervention d’une sorcière (qui fait peur), puis d’un lutin et d’un médecin moustique qu’il agasse (il tape sur le système de sa femme aussi d’ailleurs.. en gros, il saoule tout le monde). Une luciole le change ensuite en un prince super laid. Il ne veut donc plus qu’une chose, redevenir un crapaud… En tant qu’adulte, on peut essayer de faire un parallèle avec les histoires du prince qui est transformé en crapaud et on peut – éventuellement – apprécier la vision inédite de l’histoire, mais zut à la fin (!) c’est un livre pour enfants (plutôt petits d’ailleurs).. Ils ne vont pas essayer de comprendre le style, ils vont juste absorber le plus moche de l’histoire à savoir la sorcière et Romeo dont plus personne ne veut car il est bizarre..

    Bref, même quand ils n’ont que deux ans, on doit déjà trier la lecture de nos enfants..

  6. En effet il n’a pas l’air adapté ce livre !! :O
    J’ai déjà lu des livres en crèche aux enfants sans les avoir feuilleté en amont… J’ai parfois regretté ! Je ne trouvais pas du tout le message adapté aux enfants qui écoutaient ! Et du coup, il faut trouver une solution !!!!

  7. Mais quelle idée?! Oui ça m’est arrivée une fois d’emprunter une BD conçu pour enfants… enfin normalement!
    Papa Fripouille lisait à voix haute, il a commencé à me donner un coup de coude pour que je regarde le livre et à continué à «  lire » le livre en remplaçant les textes qui étaient vraiment déplacés!!

  8. Euh… en tant que bibliothécaire j’avoue ne pas comprendre la polémique. Je ne suis pas spécialement fan de Van Zeveren, mais ça tient plus au fait que ses dessins ne me plaisent pas plus que ça… concernant cet album, je dois dire que je ne vois pas où est le problème. D’une façon générale, ce sont les parents qui projettent leur propre malaise et/ou interprétation sur les livres, pas les enfants, qui sont rarement choqués par eux-même de ce qu’on leur raconte. Et quand bien même c’est le cas, à cet âge-là, un livre n’étant pas lu seul, c’est le parent qui fait le médiateur et peut dédramatiser ou expliquer à l’enfant l’élément perturbateur… encore faut-il ne pas être perturbé soi-même par le sujet (d’où l’intérêt de feuilleter le livre avant de le partager avec l’enfant, ça évite les mauvaises surprises!). Concernant la mort, c’est jamais une partie de plaisir que d’aborder le sujet, j’en conviens, mais enfin bon ça fait partie de la vie aussi, je ne vois pas pourquoi il faudrait préserver l’enfant absolument de ce genre de thème, c’est quelque chose auquel il sera forcément confronté un jour ou l’autre, alors autant en parler avant, de façon sereine. Pour conclure, je dirai, car je le constate dans mon travail au quotidien, que les parents sont souvent critiques sur certains livres, peut-être parce qu’ils sont concernés directement par leur lecture, alors qu’ils sont beaucoup plus « laxistes » sur ce que regardent leurs enfants (Télé, DVD, le nombre de fois où je tique quand je vois ce qu’empruntent certains parents, pourtant très concernés par leur rôle, hein), pourtant quand un enfant regarde un dessin animé ou autre, il a beaucoup moins de recul que quand il voit ou entend une histoire, surtout que souvent il est seul devant la télé et que du coup le parent n’est pas là pour faire le médiateur. Bref, aucun jugement de ma part hein dans cette longue tartine de commentaire, mais juste, la bib en moi ne pouvait pas laisser passer ça !

    1. J’admets que j’aurais du feuilleter le livre avant mais le monsieur d’Amazon est arrivé quand Ezra était là, et on a tout dévoré d’une traite, en découvrant les bouquins ensemble. Pour le thème je ne suis pas contre de l’aborder quand j’estimerai ça nécessaire, ou pertinent. Quand il se posera des questions quoi… et qu’il sera prêt à entendre les réponses. 😅 Mais bon pas vraiment de polémique, plutôt un choc de ma part. Pcq même après coup, je ne comprends tjs pas comment le loup peut s’ouvrir le ventre de façon aussi « graphique ». Il aurait tout aussi bien pu s’enfuir, éreinté par les questions de la petite fille, et ne pas la dévorer… pour la télé, ça prête à réfléchir. Je fais très attention à ce qu’il regarde. Mais il y a peut être des choses qui m’échappent, tu as raison…

  9. Voyons le côté positif, avec cette lecture on peut introduire le concept de sepukku, voire de césarienne, à garder sous le coude en cas de numérobis… (- comment il/elle est né/e mon/ma petit/e frère/soeur? – va me chercher le bouquin avec le petite chaperon rouge qui dit « et pourquoi » et je te montre chéri… 😉 ) Bonnes prochaines lectures en tout cas !

  10. Je rejoins tout à fait A Song of salt & pepper. En tant que libraire cette fois, et justement à la sortie d’une animation-lecture de ce titre qui a bien plu, mais avec des enfants un tout petit peu plus âgés : 3.5/4 ans.

    Après, personnellement, je ne le trouve pas plus choquant que la version où le loup avale tant la grand-mère que le petit Chaperon rouge et qui se fait avoir par le chasseur… Ou l’originale (bien oublié), où il les croque et basta. L’approche est différente, certes, mais à prendre au second degré sans doute 😉 . Ce qui est d’ailleurs la marque de fabrique de Michel Van Zeveren, quand on connait un peu son œuvre.

    Et puis, les contes, à l’origine, servent à ça : instruire et provoquer le débat. Ce qui est finalement plutôt réussi non ? 🙂

    Je vo!us souhaite en tout cas beaucoup de bonheur dans les livres, au vu de la richesse de la littérature de jeunesse. Au passage, un petit conseil : Le Bondivore Géant (disponible aussi en anglais VO) et « La princesse, le loup, le chevalier et le dragon », un régal !

  11. Bonsoir,
    Mon fils avait emprunté « Et pourquoi ? » à la bibliothèque l’année dernière (il avait 6 ans), on l’avait lu plusieurs fois et le côté répétitif et énervant du « et pourquoi » du petit chaperon rouge l’avait bien fait rire et la fin ne nous avait pas particulièrement choqués. Je comprends que vous soyez décontenancés mais ça reste assez proche de l’histoire du chaperon rouge. Les contes, en général, comportent des personnages terrifiants ou commettant des actes horribles. Si je me souviens bien de mes lectures de philo (au siècle dernier…), Bruno Bettelheim expliquait dans « Psychanalyse des contes de fées » que les contes et leurs personnages horribles permettent de répondre aux peurs des enfants par rapport au fait de devenir grand et aux questions existentielles qu’ils peuvent se poser.
    Parmi les commentaires, « Boucle d’ours » est vraiment très bien : mes enfants adorent, surtout ma moyenne. Quant aux « Petit ours brun », je déteste, je les trouve ennuyeux et assez machos (papa au travail, maman à la maison) et je les ai tous revendus.
    Bonne soirée et bonne lecture !

    1. A 6 ans je peux comprendre. Mais le livre est destiné aux enfants à partir de 3 ans. Du coup 3 ans je trouve ça hyper tôt. Petit ours brun et Tchoupi, je peux pas les encadrer! 😄

      1. Je ne suis pas choquée non plus car mon fils adorait ce livre quand il avait 3 ou 4 ans, je ne sais plus, à sa période des « pourquoi » en tout cas, il faut dire qu’il me faisait beaucoup rire donc je le lisais avec un ton très humoristique et en dédramatisant complètement par l’intonation. La tranche d’âge indiquée sur les livres est simplement une aide et après ça dépend de l’enfant, de ses envies, ses questions et du parent, comment il ressent le livre du coup je comprends aussi votre sentiment, ça ne vous convient pas mais à mon sens, ça ne veut pas dire que le livre est horrible ou mauvais, tout est question d’interprétation et de ressenti. Le thème de notre école polyvalent cette année c’est la mythologie et j’ai des petits/grands et la mythologie ce n’est pas édulcoré pourtant ils adorent, ça répond vraiment à leurs premiers questionnements intérieurs et ça les passionne. Pour faire comprendre à mes grands la différence entre conte et mythe, on a fait des parallèles entre les deux et notamment entre le mythe de Pandore et le conte de Barbe Bleue, mes petits ont entendu l’histoire de Barbe Bleue et l’ont tous réclamé à nouveau, ils étaient morts de rire, parce que j’ai choisi mes mots, j’ai mis en scène, j’ai créé des attentes et puis ça se finissait bien et c’est surtout ça qu’ils ont retenu. On a ensuite fait un petit débat philo sur la curiosité pour essayer de voir ce qu’il y a avait de positif à être curieux ou de moins positif et c’était super intéressant 🙂 Bref tout ça pour dire qu’effectivement c’est souvent nos peurs à nous que l’on transpose mais qu’il y a des tas de manières d’adapter les choses. Tout est possible mais évidemment, s’il faut se faire violence, ce n’est pas la peine, pour moi le principal c’est que ça soit toujours du plaisir 🙂

  12. Moi je trouve ce livre ni choquant, ni inadapté! Ma maman, bobliothéquaire, l’a lu des dizaines de fois à chacun de mes 3 enfants… et aucun n’a jamais été choqué, traumatisé ou quoi ce soit! Ils l’ont tous adorés!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.