Enfant, etc

Mon fils ira à l’école en Californie: trois choses que vous n’imaginez pas

L’année scolaire touche à sa fin. C’est l’heure des examens, des crayons qu’on mâchouille devant une page blanche, de la concentration qu’on a du mal à trouver à cause des matchs de Coupe du Monde, du cartable qui colle dans le dos à cause de la chaleur un peu moite qui nous dit que les vacances ne sont plus très loin. Je pense déjà à la rentrée. La première de mon fiston. Elle se fera sous le soleil californien, dans une langue qui n’est pas la sienne et avec des coutumes et des habitudes qui ne sont pas les nôtres. On a visité quelques établissements scolaires dans la région de Palm Springs avant de rentrer passer l’été en Belgique. Quand je raconte spontanément ce que j’y ai vu, les gens sont souvent interpellés. Voici les différences que j’ai constatées.

Pour les considérations pratiques, sachez d’abord qu’Ezra entrera en preschool et non pas à l’école maternelle, qui n’existe pas aux Etats-Unis. Il s’agit d’une structure privée, l’école n’étant obligatoire en Californie qu’à l’âge de 5 ans. Privée donc payante: dans la Coachella Valley où on est installé, il faut compter 600 euros à peu près pour un enfant inscrit à temps plein. Il est possible d’opter pour trois jours par semaine de présence et même deux (c’est le minimum) pour réduire les frais, ce qu’on fera très certainement. Dans un premier temps, Ezra ira à l’école trois jours par semaine. La preschool ressemble à une école maternelle belge dans sa structure quotidienne: les enfants sont généralement séparés en petits groupes selon leur âge, il y a des jouets partout et plein de dessins aux murs. Maintenant que le décor est installé, passons aux détails marquants des écoles visitées.

***

La température des enfants est prise tous les matins avant qu’ils puissent entrer dans leurs classes respectives. On ne les touche pas, elle est prise avec un thermomètre électronique. J’ai évidemment été un peu surprise. On m’a expliqué que « vous vous rendez compte ? Il y a des parents qui osent envoyer leurs enfants à l’école avec de la température ! » J’ai tenté de prendre une face innocente, moi la mère qui a parfois envoyé son fils à la crèche avec un petit 38,2°C parce que je n’avais pas d’autres possibilités et qu’il fallait que je bosse. Pas sûre d’avoir convaincu.

***

Les enfants ont un exercice terrifiant par semaine : on leur apprend où se cacher et comment réagir en cas de fusillade ou de tremblement de terre. Je n’ai pas demandé si les deux étaient possibles en même temps : mon cerveau a gelé un instant. Je vais donc devoir expliquer à mon petit innocent de deux ans qui croit qu’on est fâché quand on crie parce que les Belges ont marqué contre le Panama qu’il y a des méchants qui tuent des enfants sans raison. J’étais pas prête. On ne l’est jamais. Mais j’étais pas prête du tout. Bien sûr, les tueries dans les écoles rythment l’actualité américaine et oui, je me souviens très bien avoir couvert l’innommable tuerie de la petite école de Newton, près de New York, dans le cadre de mon travail de journaliste. Mais j’étais déjà flippée rien qu’à l’idée qu’Ezra n’arrive pas à ouvrir sa boîte à tartines tout seul et ne sache pas demander à ce qu’on l’aide puisqu’il se fait comprendre en français mais pas encore en anglais… Disons que mon niveau d’inquiétude maternelle est monté d’un cran. Concernant les tremblements de terre, ils sont, eux aussi, fréquents en Californie et la faille de San Andreas peut s’ouvrir à tout instant. Il vaut mieux, je suppose, apprendre aux enfants à être alerte. Mais quand même: brrr…

IMG_8617

***

Je parlais de boîte à tartines, mais c’est pour l’image : le pain est dégueulasse aux Etats-Unis, il va falloir trouver des alternatives alimentaires pour le lunch. Le repas chaud ? On m’a présenté le menu de la cantine de cette école très bien évaluée sur Internet (chose extrêmement importante aux USA), j’ai cru faire un infarctus dans le couloir. Le lundi, c’est hot-dog ; le mardi, c’est cheesburger-frites du McDonalds, le jeudi burrito, le vendredi, Domino’s Pizza livre des Pepperoni pour tout le monde et le mercredi, je ne me souviens plus mais croyez-moi, ce n’était pas brillant non plus. Ceci n’est pas une pipe mais ce n’est pas une blague non plus. L’Américain moyen mange mal. Ceux qui ne sont pas en surpoids sont accros aux salles de fitness. L’Américain moyen mange encore plus mal que vous l’imaginez. Ca mériterait un post séparé mais je vous ferai ça quand j’arrêterai d’être dégoûtée par les quantités astronomiques de nourriture jetées tous les jours par des gens qui ont pourtant un cerveau développé comme le mien.

Il est assez évident qu’Ezra ne mangera pas à la cantine même si je ne vois pas encore très bien comment lui expliquer qu’il doit boire une soupe pendant que son copain John s’empiffre de french fries noyées dans le ketchup. Il aime bien la soupe mais il n’est pas non plus complètement idiot… Si c’est trop compliqué, peut-être qu’on le laissera manger de temps en temps sur place en s’assurant qu’il a sa dose de fruits et de légumes à la maison. Moi qui avais déjà développé une angoisse nutritive, l’Amérique n’ayant absolument pas les mêmes standards et contrôles que nous, ça ne va pas s’arranger…

***

Au rayon différences sympa, je ne peux pas ne pas vous parler de la cour de récré. Evidemment, notre coin vend du rêve. On vit dans un décor de carte postale. Le sable remplace le béton et les palmiers, les pommiers. Des plaines de jeux sont installées à l’extérieur et il n’y a pas de file au toboggan : elles sont gigantesques. Des vélos et des jeux de bac à sable sont proposés aux gamins… Pendant notre visite, les petits jouaient dehors, pieds nus, et le nez luisant de crème solaire. Rien à voir avec la Belgique… Autre détail qui me réjouit : la possibilité d’amener son enfant à l’heure souhaitée. Si on veut qu’il apprenne quelque chose, c’est mieux de l’amener vers 9 heures mais si on décide en dernière minute de le conduire à l’école à 11 heures, on peut aussi. La souplesse des horaires est bluffante : l’école est ouverte de 6h30 à 18h30. Troisième nuance qui a son importance et qui met un peu moins la pression : les enfants ne sont pas obligés d’être propres. Pas de problème s’ils portent encore des couches à 2 ans et demi, 3 ans. Je ne suis plus vraiment concernée par la question : Ezra est propre en journée. Si quelques accidents sont encore possibles, je suis sûre qu’ils seront définitivement derrière nous à la rentrée. Mais je pense à ceux qui rament pour faire comprendre à leur enfant qu’à partir du 1er septembre, c’est pipi dans le pot ou petit moment d’humiliation en classe… Ca les soulagerait grandement.

***

Voilà pour la théorie. On passe à la pratique dans quelques semaines. Et on en reparle !

IMG_8632

(15 commentaires)

  1. J’adore la fenêtre concrète que tu nous ouvres sur les US…Pour les repas, ça ne m’étonne pas! Pour le thermomètre, j’hallucine. Pour les horaires flexibles, je suis conquise. Et pour les exercices attentat et cie: on est passé à 3 par an minimum en France, pour les mêmes raisons…et oui, il est difficile de trouver les mots face à des tout-petits.

    J'aime

  2. J’avais déjà réagi à ta story sur Insta par rapport aux menus mais ça me fait encore halluciner de relire ça. Si c’est pas du lobbying, coupez-moi la langue sur le champ. Comment veux-tu qu’un pays comme les US sorte de l’obésité et de la malbouffe ?
    Pour ce qui est de la prise de température chaque matin, je suis sur les fesses car j’ignorais cette pratique. Décidément, ce pays que j’adore malgré tout ne cessera jamais de me surprendre… 😉

    J'aime

  3. Big up pour le fait d’accepter les enfants pas encore propres. On prend vraiment en compte leur rythme et ça c’est top. Mais le coup de la température c’est juste de la folie ! On peut très bien avoir un petit rhume (donc 38) et aller plutot bien ! Surtout les enfants qui nous bluffent de ce coté la.

    La cantine mon dieu !!! Et aucun parent ne réagit ? On doit passer pour des intégristes en France avec nos repas approuvés par des diététiciens

    J'aime

  4. Je me souviens bien des menus que tu nous avais présenté… J’étais choquée et je le suis toujours… Le contraste total avec la prise de température chaque matin… Ils savent qu’ils se rendent malades en mangeant comme ça??
    Sinon, dur le coup des fusillades… J’avoue que je préfèrerais pouvoir préserver Tess de tout ça encore le plus longtemps possible. Je ne me vois pas lui expliquer toutes les horreurs que l’Homme peut faire…
    Par contre, c’est vraiment super la cour de récré et l’adaptabilité à l’enfant pour les horaires et la propreté!!
    J’ai hâte que tu viennes nous raconter la mise en application 🙂

    J'aime

  5. Le décor donne envie mais c’est vrai que ces exercices font froids dans le dos. Ils arrivent aussi en France avec le risque terroriste … Quel monde.

    Quand à la cantine, je reste bouche bée devant ce repas qui en dis long ! Michelle Obama n’avait pas lancé un programme en faveur de la nutrition et de la santé des enfants ?

    J'aime

  6. On n’empêche pas les parents d’envoyer leurs enfants à l’école avec leur repas.
    Et oui, les Etats Unis ne sont pas l’Europe – Chaque culture a ses avantages et ses inconvénients. J’espère que les commentaires ne seront pas que négatifs.

    J'aime

    1. Bien entendu que chaque culture a des avantages et inconvénients. Je parle des deux dans l’article. 🙂 J’adore la Californie. Sinon je n’y serais pas… et d’autres papiers ici en témoignent. 🙂 Bon week end

      J'aime

  7. Je ne comprends pas que tout le monde soit choqué pour la prise de température. Moi en Belgique je trouve qu’il y a un laxisme total de ce côté là. J’ai eu une longue période difficile car mes jumelles allaient à la maternelle et elles tombaient tout le temps malades. Moi je les gardais à la maison jusqu’à leur guérison totale et quand elles revenaient à l’école il y avait des enfants qui avaient (excusez-moi le terme) la morve au nez jusqu’a la bouche et de la fièvre. Et donc c’était rebelote. Moi à l’inverse de vous toutes ici je trouve cela un manque de respect d’emmener ses enfants avec de la température à l’école. Désolée mais c’est super égoïste. Non seulement pour les autres mais aussi pour l’enfant lui-même. Vous imaginez tenir le rythme des cours de récré etc sous fièvre! Voilà. C’est mon opinion et j’ai bien vu que trop peu de monde la partage de nos jours. C’est bien de travailler etc mais si on fait des enfants faut s’en occuper correctement. Pareil pour les poux. Les parents font semblant de rien et hop épidémies! Moi j’estime que si un enfant a des poux il doit rester à la maison jusqu’à la fin du traitement. Voilà désolée d’avoir été à contre courant. En espérant que votre enfant n’aura jamais à mettre en pratique les exercices anti fusillades etc. Bonne chance pour la rentrée. Carla

    J'aime

    1. Je comprends ce que vous dites mais je parlais surtout, sans l’avoir précisé dans le post, de la fièvre liée à une poussée dentaire. Normale et absolument pas contagieuse. Je n’ai jamais amené mon fils malade malade. Je suis bien consciente de la transmission de microbes. Après, de la à prendre la température TOUS les matins… je ne sais pas… merci pour votre avis!

      J'aime

      1. Ha oui là je comprends mieux alors! Par contre pour les repas c’est absolument choquant ce qu’ils proposent!!!! Ici on parle de plus en plus de mieux manger etc… dans les cantines on tend même vers les repas et fruits bio. Et là c’est carrément de la malbouffe quotidienne!!! Il va vous falloir trouver des petits repas froids à faire (salades de pâtes aux légumes, omelette aux légumes, riz, …) ce genre de choses! Merci d’avoir répondu! Bonne chance pour tout! Carla de Bruxelles

        J'aime

      2. On va lui faire des petites quiches, des pâtes (ils proposent de réchauffer si besoin)… je ne suis pas anti anti mc do etc mais je préfère avoir un œil sur ce qu’il mange vu que tout est gras ou sucré. 🙂

        J'aime

  8. Et quand il fera 45° (à l’ombre) en septembre ou en juin ils seront encore dehors les petits bouts ? Parce que bon, Palm Spring c’est sympa l’hiver mais l’été c’est invivable et complètement déserté.

    J'aime

  9. Je ne suis pas du tout étonnée par le menu proposé vu que c’est les aliments mangés par énormément d’américains qui s’ils ne finissent pas obèses sont alors accro à leur salle de gym. Il suffit de regarder les restaurants de malbouffe à chaque coin de rue.
    Par contre, en Belgique, les enfants ne doivent pas nécessairement être propre à deux ans et demi. L’école que fréquente mon fils accepte les enfants en accueil et première maternelle avant qu’ils en soient propres. Une puéricultrice est présente pour les changer.
    J’adore la flexibilité qui permet de ne pas courir tout le temps. La prise de température est peut être excessive mais je rejoins un autre avis, marre des parents qui déposent les enfants malades à l’école et qui refilent les microbes à tout les autres. L’école n’est pas une garderie.
    Je vous souhaite que les exercices d’urgence ne servent jamais mais il vaut mieux les intégrer. Je ne pense que pas que les enfants de 2 ans comprendront réellement la finalité.

    J'aime

  10. Article très intéressant et c’est vrai que j’imaginais quelques différences par rapport à nous européens mais pas tant que cela…. Et moi aussi je flipperais à l idée que mes enfants fassent des exercices par rapport à une fusillade et/ou un tremblement de terre…. (ici ils font des exercices de confinements depuis les attenants en France et rien que ça, ça me glace le sang.)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s