J’ai vu le film Cruella: la méchante de Disney ne l’est finalement pas tant que ça

film Cruella Emma Stone - CRUELLA

Après des mois d’enfermement, je ne cache pas ma joie d’aller m’enfermer bientôt de mon plein gré dans une salle obscure. Les cinémas rouvrent le mercredi 9 juin en Belgique. Le film Cruella de Disney sera à l’affiche (et il sortira simultanément sur Disney+). Je l’ai vu, voici mon avis.

Cruella raconte l’histoire de la méchante des 101 Dalmatiens, grand classique des studios Disney, et nous la rend presque sympathique. Disney nous explique pendant 2h14 que la vilaine a des raisons de l’être.

Le film retrace l’enfance de Cruella

Ce long métrage des studios Disney, – il s’agit bien d’un film en prises de vues réelles et non pas d’un dessin animé -, s’adresse aux 10 ans et plus. Le film se déroule à Londres dans les années 70. Estella est une gamine à problèmes aux cheveux bicolores. C’est une enfant compliquée, qui ne voit aucun intérêt à rentrer dans le moule imposé par la société. Sa mère aimante essaie tant bien que mal de la faire filer droit mais la fillette prend un malin plaisir à se laisser guider par ses pires instincts. Elle surnomme cette partie d’elle-même Cruella. Après une série d’événements tragiques, Estella se retrouve orpheline et doit apprendre à survivre seule, dans les rues de Londres.

Quelques années plus tard, Estella a grandi et vit avec ses amis Horace et Jasper . Ensemble, ils volent les plus nantis et vivent de leurs petits et gros larcins. Mais Estella s’ennuie. Jusqu’au jour où elle décroche un job de styliste pour la Baronne von Hellman, reine de la haute-couture, à la tête de la marque de mode la plus prestigieuse de Londres. Très vite, Estella va laisser s’exprimer son alter ego refoulé et déchaîné. Cruella a grandi et est plus enragée que jamais.

Je vous laisse découvrir un aperçu de l’histoire dans la bande-annonce du film.

Deux Emma pour un duo au sommet

Au casting du film Cruella, réalisé par Craig Gillespie, le même réalisateur que « Moi, Tonya », deux Emma (et trois Oscars à elles deux) s’affrontent: Emma Stone et Emma Thompson. Leur duo fonctionne du tonnerre. Il y a un petit côté « Le diable s’habille en Prada » au début du film. Emma Thompson, qui incarne le rôle de la Baronne, a vraiment des petits airs de Miranda Priestly tandis que la garde-robe d’Estella-Cruella est épatante au point parfois de lui voler la vedette.

Emma Thompson dans le film Cruella de Disney
La sortie du film Cruella au cinéma est prévue pour le 9 juin.

Emma Stone s’amuse et ça se voit. Elle enchaîne les coups bas et les manigances. Je vous rassure tout de suite: on ne la voit pas dépecer des chiens pour s’en faire des manteaux. C’est un film d’aventure et d’action divertissant.

Une méchante pas aussi méchante qu’elle aurait dû/pu l’être

Le petit souci? Le méchant des dessins animés Disney est généralement un vrai méchant. On ne connait pas son passé et on s’en moque à vrai dire. Il est détestable et donc on le déteste. Dans ce film en prises de vues réelles, Cruella a ses côtés sympathiques. On lui trouve des circonstances atténuantes. La vraie méchante, c’est la Baronne. A part cette petite confusion scénaristique et le fait que le film aurait pu être 20 minutes plus court, Cruella est très sympa à regarder.

Emma Stone en Cruella dans le dernier film en live action de Disney
Disney adapte ses films d’animation en prises de vues réelles. Il y a eu Mulan en 2020, Maléfique avec Angelina Jolie ou encore Le Roi Lion, carton au box-office. Ce n’est jamais raté mais on se demande parfois si c’est bien nécessaire. Avec Cruella, dernier film en date, la réponse est un grand oui!

S’il n’a que 5 ans et demi et qu’il n’est donc pas le public du film, Ezra a bien aimé et n’a pas eu peur, comme il le craignait. J’ai personnellement adoré la bande son: on peut entendre du Rolling Stones, les Clash, Blondie, les Doors, l’énergie punk qui se dégage de l’attitude et des fringues de Cruella. Ses apparitions aux fêtes guindées de la Baronne sont jouissives.

Un très bon moment

Les critiques du public américain sont extrêmement positives: le film obtient 97% sur Rotten Tomatoes, référence dans l’industrie du cinéma aux Etats-Unis. Le film a fait un carton sur Disney + et au box office. Selon le Hollywood Reporter, un deuxième opus est déjà sur la table. Je serai au rendez-vous s’il y a bel et bien une suite. On a tous les trois (oui, même mon mari, jamais vraiment emballé par les live-action Disney) passé un très bon moment. A voir au ciné dès mercredi.

Lisez aussi: Disneyland en Californie: bien plus cher que Paris donc forcément mieux?

Ou encore: J’ai visité les bâtiments Pixar: pourquoi les entreprises américaines me vendent du rêve

Inscris-toi à la newsletter du dimanche Sea You Sunday et reçois un mail de ma part chaque dimanche. Rejoins-moi sur InstagramFacebookYouTube et Pinterest. Si tu aimes le blog, tu peux aussi me payer un café pour le soutenir. Enfin, tu peux également te procurer mon Guide de la Belgique en famille qui rassemble 100 activités à faire en famille à travers tout le pays.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.