...
Jeux + Activités

Je n’ai plus de télé mais un projecteur et je ne ferais marche arrière pour rien au monde

Les cinémas sont fermés à Bruxelles (pas encore en Wallonie) mais ça n’empêche heureusement pas de se faire une toile. Depuis plusieurs années, je n’ai plus de télévision mais j’ai un projecteur en guise d’écran. Et je ne reviendrais en arrière pour rien au monde.

Je n’ai plus d’écran de télévision mais je n’ai plus non plus le câble. J’aime l’idée d’être maître de mon temps, de ne pas subir de publicités intempestives ou des programmes généralement pas très malins. Ce que je veux voir à la télé est généralement disponibles en ligne sur les sites des chaînes concernées. Je vois ça quand ça me chante, au jour et à l’heure qui me conviennent.

Les avantages du projecteur

Gain de place et salon convivial

Le salon est généralement organisé autour de l’écran de télévision, installé sur un meuble télé qui prend de la place et qui est souvent rempli de DVD qui prennent la poussière depuis le succès de Netflix et compagnie. Chez nous, les canapés se font face, une table basse est installée au centre, c’est propice à la discussion. Et quel gain de place! On n’a rien installé: on projette directement sur le mur blanc du salon.

Suivez-moi sur Instagram et Facebook

Pas de tentation inutile

Avec une télé, l’écran trône bien en vue dans la pièce. On est donc beaucoup plus tenté d’allumer la télé et de s’affaler devant puisqu’on la voit. Les enfants sont également beaucoup plus susceptibles de demander à la regarder, puisqu’elle les nargue. Le projecteur est plus discret. L’écran n’apparaît que si on le décide. Et idéalement, il faut qu’il commence à faire sombre. Ça a toujours été notre règle à la maison: Ezra peut regarder un dessin animé de temps en temps en fin de journée « quand le soleil commence à se coucher » et qu’on a fait des choses intéressantes avant. Avec un projecteur, on enfonce un peu le clou: on ne voit bien l’image que lorsque la pièce est plongée dans une certaine obscurité. En soirée donc. Ou lorsqu’il fait nuageux et pluvieux dehors. Pour les aprèm d’hiver, on est bon aussi.

Dans le salon, dans la chambre ou dehors?

On peut le déplacer facilement. J’ai choisi un projecteur nomade: je le regarde donc d’où je veux. Dans le salon ou dans ma chambre. Il n’y a qu’une prise à brancher ou débrancher. Et encore, celui que j’ai actuellement fonctionne sans secteur, le temps d’un film. Il peut donc aussi être utilisé à l’extérieur, mais il faut alors acheter un écran pour projeter l’image. Un drap blanc peut faire l’affaire si vous n’avez pas envie d’investir.

Comment le choisir?

Je ne vais pas vous mentir: je me fie aux commentaires sur les sites de vente en ligne pour me faire ma propre opinion et au prix que je suis prête à investir. Certains projecteurs coûtent plus de 1000 euros et sont techniquement probablement plus au point que celui que j’ai choisi. Mais si j’ai certaines exigences, je ne suis pas assez puriste que pour dépenser tant d’argent en technologie. Je vous laisse lire cet article et celui-là, ça vous donnera une idée des choses auxquelles il faut prêter attention en général.

Mes exigences personnelles

Mes exigences personnelles étaient simples: je voulais un bruit de ventilation supportable, une batterie autonome si besoin (histoire que je ne doive pas tout déplacer si je veux le regarder dans une autre pièce), une prise me permettant de relier mon baffle (je trouve les connexions Bluetooth moins efficaces) et je voulais que les applis Netflix, YouTube, Disney+ et compagnie soient immédiatement disponibles sur l’écran.

Le PicoPix de Philips, notre tout premier projecteur, qui a rendu l’âme fin 2019 après plusieurs années de très bons et loyaux services. On était content mais on chipotait beaucoup avec nos câbles pour y brancher nos ordinateurs. C’était un peu pénible. Lors de ses derniers mois de vie, il s’éteignait au bout de 30 minutes pour cause de surchauffe.

Le projecteur que j’ai acheté

J’ai fait le tour des magasins d’électro belges. Aucun ne disposait de pico projecteurs (nomade, facilement transportable). Je me suis rabattue sur Amazon, je n’ai pas eu d’autres choix parce que les autres boutiques en ligne proposaient plutôt des projecteurs destinés au travail de bureau ou bien des appareils hors de prix, et j’ai trouvé mon bonheur ici. Il n’est pas aussi petit que le Philips, il est même plutôt assez grand par rapport à ce que j’imaginais, mais il reste facilement transportable. Il est livré avec une housse.

projecteur nomade Vamvo test avantages

Netflix & co sont disponibles grâce au Amazon Fire Stick que j’ai acheté en même temps. Cette clé permet de rendre n’importe quel TV « intelligente » et donc dotée de toutes les applications de streaming récentes. Ça marche aussi pour les projecteurs. Quand on allume le projecteur, on se connecte au WiFi de la maison. Ensuite, on met l’Amazon Fire Stick dans la prise HDMI du projecteur, on se connecte à notre compte Amazon, et c’est parti. Évidemment, ça me semble logique mais je le précise quand même: vous ne pourrez profiter du catalogue Netflix ou autre que si vous avez un abonnement en règle.

On peut également brancher son ordinateur et projeter l’image en miroir sur le mur. Parfait pour les présentations de travail ou pour les films qu’on a téléchargés directement sur notre appareil.

amazon fire stick à mettre dans la prise HDMI du projecteur

Après un mois d’utilisation, je peux désormais vous dire qu’utiliser ce projo est aussi simple que de regarder la télé. Il m’a coûté 200 euros et c’est un achat hyper rentable: on est tous prié de rester chez nous, avoir un projecteur occupe bien nos soirées.


.
projecteur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :