Ezra aime ça Un an en Californie Voyage en famille

La tradition de Noël trop mignonne à voler d’urgence aux Américains

Ce qu’il y a de chouette quand on s’expatrie, c’est qu’on peut choisir de piocher dans les traditions de son pays d’origine mais aussi dans celles de son pays d’adoption. On peut même en laisser tomber quelques-unes. On fait son marché, quoi! Et on ne garde que les choses qui nous font marrer. Cette année, je fais le grand écart entre la Belgique et l’Amérique. Je garde Saint-Nicolas et j’ai adopté un petit elfe de Noël. C’est de ça que je veux vous parler aujourd’hui. J’ai découvert la tradition du Elf on the Shelf, soit l’elfe sur l’étagère et je trouve ça trop craquant. L’elfe a vu le jour en 2005, lors de la sortie du livre du même nom de Carol Aebersold. J’ai commandé le livre qui raconte tout le principe: il est livré avec un petit elfe à bonnet rouge.

L’elfe est un envoyé spécial du Père Noël. Il vient surveiller les enfants dans le courant du mois de décembre. Dès son arrivée à la maison, il faut lui donner un nom et déclarer son adoption sur le site Internet dédié. Chez nous, il s’appelle Twinkle (qu’on peut traduire par scintillement) en référence à la chanson Twinkle Twinkle Litte Star qu’on chante en anglais sur l’air de Ah, vous dirais-je maman! Chaque soir, le petit lutin retourne au Pôle Nord jouer avec ses copains et faire son rapport au Père Noël. Il est de retour avant le réveil de l’enfant. Il y a plusieurs règles à respecter. On ne peut pas toucher l’elfe sinon il perdrait toute sa magie et il serait incapable de traverser la nuit noire pour aller papoter avec le grand Barbu. « Il penserait alors que tu l’as oublié… » L’elfe a l’interdiction de parler. Mais par contre, il écoute tout ce que l’enfant lui raconte. Dans le livre, il l’encourage à lui confier ses rêves et ses espoirs. L’elfe disparaît à la veille de Noël pour laisser place au Père Noël et à sa distribution de cadeaux. Il promet de revenir l’année prochaine.

View this post on Instagram

Ok, tout est en place. Let the magic begin! ✨✨✨ Le sapin est acheté et décoré. Le calendrier de l’Avent est fermé. Et le petit elfe du Père Noël attend Ezra de pied ferme. C’est une tradition américaine (qui s’appelle Elf on the Shelf) que je viens de découvrir et que je trouve super chouette. Le petit lutin vient surveiller les enfants à la maison et il rentre tous les soirs au Pôle Nord pour raconter au Père Noël qui a été sage… Ou non. Chaque matin, l’elfe change de place (les parents sont invités à faire preuve d’imagination). Attention, il est interdit de toucher l’elfe: il perdrait ses pouvoirs magiques. Par contre, on peut lui confier nos secrets, nos espoirs… Sur les ordres du Père Noël, il doit garder la bouche cousue. 😉 Bref, trop bonne idée pour faire rêver les mômes, mettre de la magie dans le quotidien, et pousser l’enfant à bien se comporter. 😅 L’elfe disparaît la veille de Noël. Et il reviendra l’année prochaine… 🎄 ———————————————————— #elfontheshelf #america #usa #palmsprings #christmas #tradition #adventcalendar #gifts #christmastree #momlife #mommy #motherhood #family #familyfirst

A post shared by Deb (@seayouson) on

Pourquoi j’adore cette tradition? Parce que l’elfe est trop mignon, déjà, avec son petit sourire en coin, et que chaque matin, c’est désormais la première question qu’on se pose: « Mais où est installé Twinkle aujourd’hui? » Le petit jeu de cache-cache est sympa. Ce matin, Ezra a crié quand il l’a croisé dans la salle de bain. Il n’est là que depuis le 1er décembre, on l’a joué soft le temps qu’Ezra comprenne le principe. Il était sur le dossier du canapé lors de sa première visite, assis dans le sapin le deuxième jour et là, il est sur le porte-serviette de bain dans la salle de bain d’Ezra. (Oui, il y a souvent deux salles de bain dans les apparts californiens. Celle des parents et celle des invités ou des enfants.) Les parents sont évidemment priés de faire preuve d’inventivité. Des comptes Instagram sont dédiés aux péripéties de tous les elfes des Etats-Unis. C’est assez marrant.

Vous pouvez acheter l’Elf on the Shelf et le faire livrer chez vous. Je l’ai trouvé sur Amazon ici. Vous pouvez évidemment ne pas acheter le bouquin et opter pour un petit elfe de votre choix. N’importe quel petit lutin fera l’affaire. A vous d’expliquer l’histoire à vos enfants, pas besoin du livre pour que la magie opère. Si vous le faites en Belgique ou en France, vous me le dites sur Instagram?

Le site Internet de l’Elf on the shelf est super complet et propose des réponses aux questions qui ne manqueront pas de se poser en cas de petits incidents. Exemple: « Mamannnn, au secouuuurs, j’ai touché Twinkle sans faire exprès… » Que faire, dès lors, pour rendre sa magie au lutin? Le site Internet propose dans ses FAQ d’écrire une lettre au Père Noël, de disperser un peu de cannelle près de lui (elle agit comme des vitamines) ou de lui chanter une chanson. Si les parents oublient de déplacer l’elfe le soir avant d’aller dormir (honnêtement, ça a failli déjà m’arriver le deuxième jour), voici les réponses possibles: l’elfe s’est remis au même endroit parce que c’est son spot préféré dans la maison. Il n’a pas bougé parce qu’il a mangé trop de cookies pendant la nuit au Pôle Nord et il était tellement crevé à son retour à cause de la digestion qu’il s’est mis là où il était la veille parce qu’il n’avait pas assez d’énergie pour trouver une autre cachette. Ou encore: parce qu’il a entendu quelqu’un arriver alors il s’est arrêté de bouger… Il y a plein de réponses qui expliqueraient l’oubli des parents. Trop d’indulgence, j’adore.

Bon, désolée pour ceux qui « refusent de mentir à leurs enfants » sur les légendes de Saint-Nicolas et de Père Noël mais moi, je baratine à mort et j’adore ça. Ca fait partie de mes meilleurs souvenirs d’enfance, je ne me souviens pas de ma déception quand j’ai appris que l’un ou l’autre n’existait pas. Je n’ai pas été traumatisée. On est généralement assez grand pour comprendre la révélation quand elle survient et pour se réjouir des cadeaux sous le sapin même si ce n’est pas un vieil homme à barbe blanche qui les apportent. Et désolée aussi à ceux qui pratiquent l’éducation bienveillante: je mens à mon enfant et en plus l’elfe m’aide à lui mettre un petit coup de pression quand il est infernal. « N’oublie pas que Twinkle voit tout et qu’il en parlera au Père Noël cette nuit. » Gnark gnark. L’efficacité de cette petite phrase est bluffante.

twas.jpg

Tiens, vous saviez que Saint-Nicolas et Père Noël sont en fait une seule et même personne aux Etats-Unis? Je vous la fait brève (lisez le déroulé historique sur le site du Figaro ici) mais ce sont les Hollandais qui ont importé Sinterclaes aux States. Sinterclaes est devenu Santa Claus en anglais. Fou, hein? Le mythe du Père Noël est né à la suite d’un poème publié anonymement en 1823 et baptisé « A visit from St Nicolas » devenu depuis « The night before Christmas ». J’ai acheté ce livre sans savoir ce qui se cachait derrière pour Ezra, il fera partie de ses cadeaux de Saint-Nicolas, je vous montrerai ça sur Instagram. L’histoire est celle de Saint-Nicolas qui descend du ciel dans un traineau tiré par huit rennes et chargé de cadeaux pour les enfants sages. La première fois que j’ai lu l’histoire, j’ai cru que j’avais bu tellement les deux personnages que je connais pour être née en Belgique ne font qu’un ici. Coca-Cola a achevé de dessiner le portrait de Père Noël en 1931, en lui faisant le look qu’on lui connaît aujourd’hui: habits rouges et barbe blanche. L’Amérique a laissé tomber Saint-Nicolas au profit de Père Noël. En Europe, on n’a jamais lâché Saint-Nicolas et on s’est mis à célébrer Père Noël aussi à la fin de la seconde guerre mondiale. Ça faisait partie de l’American Dream.

noel.jpg

L’histoire a son importance pour la tradition des chaussettes de Noël qu’on fait pendre à la cheminée aux Etats-Unis. La légende veut que le généreux Saint-Nicholas ait un jour rempli d’or les chaussettes de trois jeunes filles qui venaient de perdre leur mère et qui se retrouvaient dans une extrême pauvreté. Les chaussettes séchaient près de la cheminée… Et hop, la tradition était née. J’aimerais bien la faire mienne cette année aussi même si je n’ai pas de cheminée. J’y réfléchis encore. Avec les années et l’arrivée de l’imposant sapin de Noël dans les chaumières, la tradition, de toute façon, s’égare un peu: on dépose le plus souvent les cadeaux à ses pieds. Parmi mes projets de Noël, j’ai une envie de Christmas Crakers en Do It Yourself. Cette tradition-là vient d’Angleterre. On se sert où on veut, j’ai dit! Ces petites papillotes sont généralement remplies de confettis, d’une blague, d’un petit cadeau. On les dispose dans les assiettes et on les « craque » avec l’aide du voisin. Chacun doit tiré un côté de la papillotte. Généralement, il y a un petit pétard à l’intérieur qui surprend l’assemblée au moment de l’ouverture du paquet. On en reparle sur les réseaux sociaux le jour J.

Publicités

(8 commentaires)

  1. Dans la même veine, nous avons reçu un tout petit livre des « Mini pères Fouettard » il y a deux ans, tout simplement savoureux ! Même principe : les mini pères Fouettard s’envolent aux quatre coins du monde pour recueillir les confidences des enfants et voir qui est sage ou non… avant de venir en témoigner auprès de saint Nicolas.
    J’ai trouvé le blog ci-dessous qui traite du sujet :

    http://nounoublog.canalblog.com/archives/2014/12/02/31077092.html

  2. Merci de l’histoire ! On a immigre au Canada il y a quelques années, un ti d’homme est ne ici et cette annee on va commence l’histoire de l’elfe également !

    On n’avait pas encore vu cette « tradition » qui est, parait il très nouvelle… Une collègue américaine ne la faisait pas quand elle était petite 🙂
    Les enfants vont adorer ca 🙂

  3. Alors, déjà, merci pour cet article c’est super intéressant d’en savoir un peu plus sur la véritable origine du père Noël; donc non ce n’est pas (que) Coca 😉 Et j’adore l’histoire de l’elf ! En lisant ton texte je me disais « ooh ça, ça ne va pas plaire aux aficionados de l’éducation « bienveillante-je-ne-mens-pas (sauf da

  4. (oups appui trop rapide), bref donc oui, ceux qui ne font pas croire au père noël sous prétexte que l’on ne ment pas (enfin ça doit dépendre des cas j’imagine ^^) Et j’ai du coup bien aimé ton petit paragraphe sur le sujet, je partage tout à fait ton point de vue (et tes pratiques ahaha). Par contre j’aurai un peu peur que mon 4 ans ne croit pas trop à l’histoire de la statuette qui prend vie la nuit… Je testerai bien mais j’ai peur que cela lui mette la puce à l’oreille et que du coup il doute de l’existence du Père Noël (ce qui serait un drame pour moi !!). Bon cela dit, j’ai bien réussi à lui faire croire que j’avais réussi à faire apparaitre un nouveau chocolat dans une case déjà ouverte du calendrier alors bon 😛 Il a quel âge déjà Ezra ? Il y croit sans problème ??

    1. 3 ans ce mois ci… Il ne se pose pas trop de questions. L’elfe est apparu du jour au lendemain et j’avais posé le livre à côté de lui… donc on l’a pu plusieurs fois… il n’a pas l’air de douter. Par contre on a vu père noël à l’école samedi et il n’a pas l’air non plus de s interroger sur sa présence ou non présence. Difficile de savoir ce qui se passe dans sa petite tête 😅

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.