L'école buissonnière d'Ezra

Enfin un parc d’attractions pour enfants qui ne se moque pas des parents

Vous l’avez compris en lisant cet article: Disneyland en Californie ne m’a franchement pas convaincue. Les parcs d’attractions qui s’adressent aux enfants mais qui ne font qu’énerver les parents, très peu pour moi. Mais je suis têtue et je n’aime pas m’arrêter sur une défaite: j’ai donc pris mon fils sous le bras (ou en tout cas par la main) et on a fait valider nos tickets, lui fièrement, moi dubitative, mon mari sans avis, à l’entrée du parc Legoland de Carlsbad. Je vous la fais courte: j’ai bien fait de persévérer. Je vous la fais longue ci-dessous.

La météo était maussade et c’est bien la seule fois au cours des dix mois qu’on a passés en Californie que je n’ai pas pesté à ce sujet. Les Californiens sont frileux: un ciel gris et quelques ondées passagères sont un doux prétexte à une journée matage de série. Ça m’allait très bien: le parking était quasi vide à notre arrivée et le parc, désert. J’imagine que mon expérience aurait été bien différente en cas de soleil infernal et de files aux attractions. Mais je ne vais pas commencer à chipoter. Dès la première attraction, j’étais conquise.

Legoland Duplo

On a fait un stop au Safari Trek qui comme son nom l’indique est un safari au milieu des animaux construits en Lego. Pour patienter, la meilleure idée de l’année, que tous les parcs d’attractions attirant de jeunes enfants devraient exploiter: un endroit dédié au jeu. Il y avait un coin, une sorte de file parallèle, qui proposait des Duplo. On a joué aux cubes avec Ezra pendant que son papa faisait la file pour nous trois. Une fois qu’il est arrivé sur le quai, prêt à embarquer, on a pu le rejoindre directement. Les jeunes enfants ne voient donc pas le temps passer, les adultes ne deviennent pas fous furieux en entendant les voix stridentes monter en puissance. Tout le monde est content.

Legoland Trois petits cochons

J’ai adoré Legoland parce qu’il y avait plein de petites attractions sans taille ou âge requis. On n’est pas resté le nez sur le plan pour savoir où aller, il y avait toujours une activité pour lui (ça tombe bien en même temps, je ne comprends jamais les cartes des parcs d’attraction). Ezra s’est éclaté et a parfois eu gentiment peur. C’était mignon à voir. Il a trouillé dans le petit bateau qui nous a fait visiter les contes qu’on connaît tous par coeur, des Trois Petits Cochons au Petit Chaperon Rouge tous recréés avec les petits blocs colorés. Il a eu ses premiers guilis à l’estomac dans le petit avion du Cargo Ace.

Autre bon point: c’est un parc qui ne propose pas que des attractions passives. On participe, on se bouge, on échange. Par exemple, à la Fun Town Police et Fire Academy, on est monté dans un camion de pompier à trois. Les adultes ou les grands enfants doivent activer une pompe rapidement pour faire avancer le camion. Les petits, eux, s’installent au volant (il est juste là pour la déco mais ils ont l’impression de conduire réellement puisque ça avance). On s’arrête devant la maison en feu (pour du faux, je précise), on sort la lance à incendie, on asperge la façade d’eau et on repart dans l’autre sens quand le signal retentit. C’était marrant et surtout on était tous les trois impliqués.

IMG_0575

Legoland propose aussi des plaines de jeux épatantes pour tous les âges. On a cru qu’Ezra ne voudrait plus jamais quitter la Duplo Playtown. Toboggans, petites maisons, espace de cache-cache, des blocs partout, il a pris son pied comme jamais. Je l’ai entendu crier des « tutuuuut » et des « wouhou » depuis le banc où j’observais les fillettes assister au concert donné dans la zone Lego Friends. Avant de quitter le parc, on a encore fait un stop au Mini Europe local (les Belges savent de quoi je parle). On a pu découvrir New York, Las Vegas ou encore la Maison Blanche à Washington en miniature. Mais surtout on a construit des petites voitures Lego Technic pour leur faire dévaler un circuit. Un gros kiff pour mon petit garçon fana de tous les engins qui roulent.

En pénétrant dans la boutique installée juste avant la sortie, j’ai VRAIMENT eu envie de lui acheter un truc. Je n’ai pas eu l’impression qu’on m’avait prise pour une vache à lait pendant la journée: je n’ai pas croisé de magasins à tous les coins du parc, je ne me suis pas sentie obligée. Ça fait du bien. Ezra est ressorti avec l’aéroport Duplo, l’avion qu’on allait prendre pour la Belgique quelques jours plus tard étant alors son obsession.

Legoland

Sans conviction, j’ai pris alors le chemin de l’aquarium Sealife, à deux pas de Legoland. On était en possession d’un ticket permettant l’entrée aux deux endroits (c’est une option lors de l’achat en ligne). Les poissons, y a rien à faire, ça m’ennuie vite, mais qu’est-ce que je ne ferais pas pour mon enfant. Mais là encore, quelle belle surprise! C’était organisé de sorte qu’on ne soit pas 10.000 devant une vitre: ils font rentrer des groupes de gens petit à petit pour que l’expérience soit agréable. Au-delà des aquariums « traditionnels », il y avait des passages un peu magiques.

IMG_0618

Je pense notamment à la pièce qui déroulait les vagues sous nos pieds avec le bruit de l’écume inclus. Ce n’était que du son et de la lumière et on se serait cru sur une île déserte à la tombée de la nuit.

Il y avait aussi un aquarium plein d’étoiles de mer: on pouvait y plonger la main pour toucher les étranges créatures aquatiques. Surprenant. L’immersion dans les galeries, remplies d’eau et de requins, valaient bien à elles seules le prix d’entrée. C’était une jolie façon de finir la journée. L’aquarium est grand juste comme il faut: on a le temps de faire retomber l’excitation de Legoland mais on ne s’y ennuie pas pour autant. Bref, je ne pensais pas que ça allait me plaire et notre descente à Carlsbad m’a vraiment convaincue.

IMG_0697

Je vous conseille, si vous vous y rendez un jour, de faire un stop dans ce petit village à front d’océan. C’est charmant et détendu. Et de remonter la mythique Pacific Highway, qui déroule son bitume tout au long de la côte. Ce n’est pas le passage le plus beau mais c’est déjà quelque chose.

Legoland n’est pas installé qu’en Californie. On trouve des parcs au Danemark, à Dubai, à New York ou encore en Allemagne. Toutes les infos sont ici. En Cali, comptez 80 euros pour un ticket d’entrée adulte. Pour Sealife, pas besoin d’aller bien loin: il en existe un à Blankenberge et un autre à Paris.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s