Ezra aime ça

Le meilleur achat que j’ai fait pour mon fils depuis sa naissance

Les enfants californiens ont une passion pour les petites voiturettes électriques. Je pensais que c’était seulement destiné aux gens riches qui ne savaient plus quoi offrir à leur progéniture mais les mini-Cayenne sont en vente au supermarché du coin et notre petite voisine du même âge que mon fils en a une. Elle est décapotable et rose. Bien entendu. Ça va très bien avec la semelle de ses baskets fushia qui clignotent quand elle marche. Quand je la vois se pointer dans l’allée avec son engin infernal, je fais généralement paravent et pousse Ezra à l’intérieur en inventant n’importe quel prétexte, pourvu qu’il ne la voit pas. J’ai engendré un vrai petit garçon. Sans l’avoir aiguillé dans ce sens, il a une passion pour les volants, les roues, les routes, les rails, les wagons. Vous imaginez aisément la lueur d’envie qui brille dans ses yeux quand il voit ce type de bagnole. Mais moi, vivante, jamais. C’est moche, cher et c’est un truc de fainéant.

Pendant que la voisine fait des allers-retours dans un bruit de tondeuse à gazon, Ezra, lui, a les petits mollets qui chauffent. En juillet dernier, lors de notre arrivée en Californie, alors qu’on n’avait pas encore récupéré nos bagages, égarés par la compagnie aérienne, on lui avait déjà acheté une draisienne, également appelée un « balance bike », soit un vélo d’équilibre selon la traduction au premier degré. Oui, on a le sens des priorités dans la famille…

velo3

Sa petite bécane n’a pas de pédale et sa roue arrière est un peu plus épaisse que celles d’un vélo traditionnel pour faciliter la pratique. De façon curieuse, puisqu’on l’a achetée ici et qu’on l’a trouvée assez facilement, la draisienne d’Ezra suscite, en rue, toujours un sourire ou une interpellation. À moins que ça ne soit Ezra sur sa draisienne qui pousse les gens à s’arrêter sur le trottoir? C’est possible: le plaisir qu’il prend à manier son deux roues est contagieux. Beaucoup me disent n’avoir « jamais vu » ce type de locomotion pour un gamin de cet âge… Ils ont pourtant beaucoup d’imagination.

J’ai vu ici des enfants se déplacer dans le centre commercial sur un (faux) poney à roulettes automatique que les parents louent pour pouvoir faire ce que l’Américain fait de mieux après mangé: shopper. J’ai vu des tricycles à paillettes, avec une portière, des floches, des rose bonbon, tous dotés d’une canne à l’arrière: l’enfant n’est pas maître de son destin (ou en tout cas de son chemin), c’est maman qui décide. J’ai aussi vu des petits trains sur lesquels le gamin s’assied comme sur un cheval et qui avancent grâce à une pression sur le guidon, comme un scooter. Tout semble bon tant qu’il ne faut pas trop se fatiguer.

J’ai lu pas mal de choses sur le sujet avant de me décider pour sa draisienne et il l’utilise depuis huit mois avec une agilité qui me dépasse complètement. Je pense donc pouvoir vous donner les avantages de ce type de bécane en toute connaissance de cause. Je le revois appréhender son petit vélo sur la terrasse du Airbnb dans lequel on logeait. Il avait 18 mois, un air interrogatif, des petits pas hésitants, un cuissot dodu de chaque côté du ‘balance bike »… Je me disais que ce n’était pas gagné. 48 heures plus tard, l’aisance dont il faisait preuve sur ce même vélo bleu était épatante. Et aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir donné naissance à un bébé avec deux roues à la place des pieds et qu’on ne me l’a pas dit pour ne pas m’effrayer.

La rapidité avec laquelle il a compris le fonctionnement du truc démontre que c’est un geste naturel. Ça faisait partie de mes attentes. La position de l’enfant sur un tricyle – les jambes en avant – n’est pas « normale » physiologiquement. C’est très moyen pour les hanches, les abdos, le dos. Pour que la position soit la plus naturelle possible, choisissez une draisienne avec une selle qui se règle en fonction de la taille de votre petit, c’est l’idéal. Le tricycle semble avoir l’avantage d’être plus stable. Mais justement, c’est trop facile: l’enfant ne travaille absolument pas son équilibre. Du coup, quand il apprendra à rouler en vélo, il partira de zéro, il faudra tout lui apprendre. La draisienne permet de comprendre le mécanisme du corps. Je vois souvent Ezra replier ses jambes sur le cadre après avoir pris un peu d’élan et se laisser porter, nez au vent. Sans le savoir, il sait comment garder son équilibre. Il en a d’ailleurs plus en deux roues que sur ses deux pieds… Et croyez-moi, je ne dis pas ça juste pour la formule.

velo

La draisienne demande un effort physique: encore un bon point en sa faveur, elle garde mon fils actif dans une époque où la tentation de lui envoyer devant l’iPad trente minutes « le temps de finir quelque chose » est énorme. Ezra a également gagné en autonomie. On voit à quel point il aime la sensation de liberté que son vélo lui donne. C’est lui qui gère sa vitesse (avec moi derrière qui répète: « ralentis ») et lui qui décide du chemin (du moins quand papa veut bien). La draisienne qu’on lui a achetée n’a pas de frein mais certains modèles en ont. Ezra freine avec ses pieds, je ne vous raconte pas l’état de ses chaussures.

Je le vois se diriger consciemment vers les creux et les bosses du trottoir, traverser un petit terrain sablonneux, essayer son deux roues sur l’herbe à la plaine de jeux. La bécane est tout terrain, il se cherche des sensations, il zigzague, fait des marches arrières et manipule son guidon avec une assurance qui ne cesse de me surprendre. Après un tour en vélo, Ezra a les joues rougies de bonheur et de grand air, les cheveux en bataille et un sourire jusqu’aux oreilles. Et une bonne fatigue. De celle qui envoie au lit sans discuter.

velo7.jpg

La draisienne rentrera avec nous en Belgique même si j’ai l’impression qu’il ne tardera pas trop à demander « un vrai vélo ». Je regrette déjà les trottoirs au béton lisse sans accrocs de Palm Desert, les sentiers aménagés dans tous les parcs: Ezra va découvrir les pavés mal fixés des trottoirs bruxellois et les graviers du chemin qui traverse le parc en haut de notre rue. J’ai déjà un peu mal au coeur pour lui même si d’ici là, il lui reste encore quelques kilomètres de bitume américain à avaler.

La draisienne est vraiment un achat que je vous conseille même si évidemment, on ne cessera jamais de le répéter, un enfant n’est pas l’autre. Certains petits bouchons auront peut-être une passion pour la trottinette. C’est chouette aussi. Le vélo d’Ezra est de la marque Yvelo, vous pouvez le trouver ici et vous trouverez toutes les infos techniques sur le site officiel ici. Sinon j’en ai repéré quelques-uns sympa chez Decathlon. Je ne connais pas la marque mais ça a l’air d’être du même acabit. Dernier conseil: quitte à investir, choisissez un matériau solide: une fois que l’enfant a compris comment s’en servir, la draisienne n’est pas toujours traitée avec délicatesse. Allez, roulez jeunesse!

velo6

(5 commentaires)

  1. Zoey a demandé « un vélo » au père Noël, une draisienne décathlon avec frein mais je crois qu’on avait réglé la selle trop haut et que c’est vraiment un des points de vigilance ! Pour le moment elle préfère sa trottinette mais elle commence à mieux apprivoiser lé vélo !! Vivement cet été 🙂 Ezra est vraiment un as des deux roues, il est trop chouuuu !!!

    J'aime

  2. Ahaha tu m’as fait rire avec la description de la petite voisine. C’est le modèle américain par excellence. Le même que tu retrouves vingt ans plus tard prenant sa voiture pour faire 300m….
    Ma Louloutte de deux ans ne jure que par sa trottinette Globber. C’est un modèle évolutif qui lui permet soit d’être poussée comme une draisienne, soit de la faire avancer avec ses jambes comme Ezra.

    J'aime

  3. La draisienne n’a jamais « pris » avec mes deux grands, mais te lire me donne super envie de reessayer avec notre petite Miss qui sera bientot du bon age. Ezra a l’air de vraiment s’eclater sur son bolide. Ca fait plaisir a voir 🙂

    J'aime

    1. Oui, lui, ça a tout de suite été une évidence. Tout petit, il marchait à peine, il piquait déjà les vélos des plus grands dans le couloir de la crèche. Tu me diras si ça marche avec ta fille… Enfin, si ça roule plutôt. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s