La vie à l’île Maurice: 7 choses étonnantes au quotidien (partie 2)

by seayouson

Si vous vous demandez comment est la vie à l’île Maurice, voici quelques éléments de réponse. On vit dans le nord depuis presque 6 mois. Je ne connais pas encore tout mais voici quelques observations…

Vivre à l’île Maurice est une expérience de chaque instant. S’installer sur cette petite île de l’Océan Indien nécessite de mettre certaines de ses habitudes de côté, quand on vient d’Europe. Ça tombe bien: nous, on aime bien être bousculés dans notre petit confort. On cherche le dépaysement en expatriation.

Je vous avais déjà raconté à quoi ressemblait la vie quotidienne à l’île Maurice et en quoi elle était différente de celle que l’on connaît en Europe avec 10 exemples concrets. Me revoici, après près de six mois d’expatriation, avec quelques remarques supplémentaires.

L’île Maurice est un paradis pour qui aiment les plages de sable fin, se baigner dans l’eau turquoise et les cocotiers. Mais si ça vous intéresse de savoir comment on y vit vraiment, voici…

comment est la vie à l'île Maurice

S’habituer aux chiens errants

Je vous en avais parlé dans l’article précédent: vivre à l’île Maurice, c’est s’habituer aux chiens errants. Ils sont partout et notamment… devant chez moi. Trois chiens ont élu dans mon allée.

L’un d’entre eux est devenu agressif, du jour au lendemain, sans raison apparente. Il sortait les crocs quand on le croisait au retour de l’école, et il s’approchait dangereusement de mon fils. J’ai mis ça sur le compte de la faim et de la chaleur.

Face à un chien errant nerveux, tu es un peu démuni. J’ai appelé la police qui m’a demandé si le chien en question avait un propriétaire ou non. Je leur ai dit que je pouvais lui poser la question mais que je n’étais pas certaine qu’il me réponde.

Ils m’ont dirigée vers la Mauritius Society for Animal Welfare. J’ai rempli un questionnaire en ligne et je n’ai jamais eu de réponse. Mon propriétaire s’en est mêlé…

Ils ont fini par se présenter chez moi pour me dire qu’ils allaient emmener le chien. Ils ont refusé de me dire ce qu’ils allaient en faire et j’en ai déduit qu’ils allaient le tuer. Bref, je leur ai finalement dit de ne pas l’embarquer et je fais ce que les Mauriciens font désormais: je marche avec un bâton en main et une bombe à air comprimé dans la poche.

Je n’ai aucune envie d’en faire usage, mais ça me rassure et eux, la simple vue du bâton fait qu’ils ne grognent pas. C’est triste, parce que ça veut dire qu’ils savent très bien à quoi il peut servir…

Quatre chiots viennent de s’ajouter aux trois chiens errants qui squattent mon allée. Parce que c’est tout le problème de la prolifération des cabots ici: ils ne les stérilisent pas. Les chiots sont adorables mais ça promet, d’ici quelques mois, quand ils auront atteint la taille des adultes.

c'est comment la vie à l'île maurice
La vie à l’île Maurice est rythmée par la météo.

Fourmis, margouillats et autres bestioles du quotidien

Avant de s’installer à l’île Maurice, sachez que la météo tropicale amène son lot de petites bestioles inhabituelles dans notre contrée européenne.

Je trouve régulièrement des araignées grandes comme la paume de ma main dans notre maison. Les moustiques sont nombreux et agaçants dès la tombée de la nuit.

Les fourmis sont également présentes en masse. Elles sont minuscules et débarquent par centaines à la moindre miette de pain tombée au sol. Elles sont là dans la seconde: la rapidité de leur intervention me surprend à chaque fois. On ne peut laisser traîner aucune nourriture sur le plan de travail au risque de se faire envahir.

Les croquettes du chat doivent être mises dans un bol rempli d’eau mélangé à du produit de vaisselle. Ça permet de faire barrage aux fourmis.

Autres bestioles avec lesquelles on vit au quotidien: les lézards et margouillats. Ils marchent sur le plafond, sur les murs de la maison… Ils poussent des cris perçants et défèquent partout où ils passent. Je passe ma vie à nettoyer au vinaigre les traces brunâtres visibles sur mes murs blancs.

Les margouillats sont totalement inoffensifs et notre chat se charge de les chasser.

On a aussi déjà croisé quelques cafards. C’est vraiment la bestiole qui me répugne le plus et pourtant, après trois ans dans le désert californien, j’ai eu le temps de m’y habituer.

s'expatrier à l'île Maurice

Les écoles ferment à cause de la pluie (mais pas toujours)

Si vous voulez venir en vacances à l’île Maurice, je vous déconseille très clairement le mois de janvier. Nous sommes le 24 janvier et il pleut sans discontinuer depuis des heures. Il paraît que février est pire encore. Bon à savoir si vous envisagiez un séjour à l’île Maurice en dernière minute. C’est la saison des pluies et la période des cyclones.

Les enfants ont repris le chemin de l’école le 9 janvier et ils ont déjà eu droit à trois jours de fermeture.

J’avoue: je ne m’y attendais pas à une telle incidence du climat tropical sur nos journées. Jeudi et vendredi derniers, il pleuvait dans le centre de l’île du côté de Port-Louis et au Morne, dans le Sud. Nous avons reçu un message de l’école à 7 heures du matin nous annonçant que les écoles étaient fermées.

Nous vivons dans le Nord, il ne pleuvait pas. Mais le gouvernement mauricien ne fait aucune distinction entre les régions: si ça ferme dans le Sud, ça ferme dans le Nord, à plus d’1 heure 30 de route de là. C’est comme ça.

Il n’y a pas de communication officielle. On peut juste suivre les alertes météo d’heure en heure et se rendre sur les comptes Facebook de la presse mauricienne pour espérer avoir l’info. Elle tombe vers 5h du matin, le matin même.

Et encore, ça n’a pas vraiment de logique. Une alerte pluie a été émise hier et aujourd’hui, la même alerte pluie que jeudi et vendredi… Et cette fois, ils ont décidé de garder les écoles ouvertes. Pourquoi? Aucune idée. Mais c’est ainsi que va la vie à l’île Maurice.

Pourquoi les écoles ferment? Parce que la pluie provoquent rapidement des inondations et que ça peut être dangereux. Il y a déjà eu des morts lors d’averses brutales.

Les conditions météo sont tellement instables que les parents peuvent recevoir un message en pleine journée leur annonçant qu’ils doivent venir récupérer leurs enfants dans la journée.

Vous vous demandez comment font les gens qui ont un job à l’extérieur? Aucune idée. On me dit que les enfants, ici, se gardent seuls très tôt. C’est un début de réponse…

la vie à l'île Maurice
La vie à l’île Maurice est très douce et dépaysante par rapport à ce qu’on connaît en Europe.

Tout le monde se connaît

À Bruxelles, on tombe souvent par hasard sur des gens que l’on connaît. À l’île Maurice, c’est encore un autre délire…

TOUT LE MONDE se connaît et vu que les spots nécessaires à la bonne organisation de notre vie quotidienne sont peu nombreux, tu croises tout le monde partout.

Tu tombes sur les parents d’élèves au resto, la directrice de l’école au supermarché… Quand tu rencontres quelqu’un pour la première fois, il a forcément un lien avec des gens avec lesquels tu as déjà sympathisé.

Ici, la virée incognito à la boulangerie avec les cheveux sales est impossible. Tu vas d’office devoir claquer deux bises à quelqu’un, que tu le veuilles ou non. C’est particulier.

Ça a ses avantages: tu ne sens jamais seul. En cas de grosse galère, tu sais que tu as un réseau de gens susceptibles de te dépanner.

Et ça a ses défauts: tu n’as pas intérêt à te disputer avec quelqu’un… Parce que tu seras forcément amené à le revoir et qu’il est probablement en lien avec des gens que tu apprécies.

c'est comment la vie à l'île Maurice

L’eau est brune quand tu allumes le robinet

L’eau du robinet est potable mais il faut la filtrer si on veut la boire. Perso, je ne prends pas le risque: je bois de l’eau en bouteille.

Quand j’allume la douche, l’eau est brunâtre dans les premières secondes. C’est la boue qui stagne au fond de notre réservoir d’eau qui s’échappe à ce moment-là. Ça n’arrive pas à chaque fois mais c’est systématique en cas de mauvais temps.

C’est une habitude à prendre. On allume la douche et puis, on entre dans la cabine. Ça évite les mauvaises surprises.

Trois caisses avant de pouvoir partir avec ton électroménager

J’ai acheté un aspirateur et une imprimante récemment. Et à chaque fois, c’est le même cinéma. Tu choisis ce dont tu as besoin parmi ce qu’il y a en rayon. Ça ne prend jamais longtemps puisqu’il n’y a beaucoup de choix.

Une fois que j’ai choisi ce dont j’avais besoin, ils m’envoient payer à une caisse. Ensuite, je dois aller à une autre caisse pour qu’on me fasse la garantie. Et enfin, à une troisième pour que ce que je viens d’acheter soit testé.

Ils déballent tout devant toi, branchent l’aspirateur sur secteur et le font fonctionner brièvement pour te montrer que c’est ok. Idem si tu achètes une ampoule: ils déballent l’ampoule et te montrent qu’elle fait son job d’ampoule.

Tout prend des plombes mais au moins, quand tu rentres chez toi, tu ne demandes pas si ça va le faire ou pas, comme ça m’arrive parfois quand j’achète un truc chez Médiamarkt.

Trois langues sinon rien

Nous nous sommes installés ici parce qu’on voulait une destination bilingue français – anglais. Généralement, les Mauriciens utilisent l’anglais à l’écrit. C’est la langue administrative. Mais oralement, c’est le français qui prime. Ils tartinent tout ça de créole.

Lors des flashs info à la radio, le récit se fait en français mais si quelqu’un est amené à témoigner, il parle en créole. Idem dans la presse papier: tout le texte est en français mais quand on cite quelqu’un, c’est en créole.

Notons que l’anglais est pratiqué et habituel mais que le niveau est globalement faiblard. C’est de l’anglais basique. Juste ce qu’il faut pour se faire comprendre. Ne comptez pas trop sur l’île Maurice pour vous perfectionner en anglais.

Inscris-toi à la newsletter du dimanche Sea You Sunday et reçois un mail de ma part chaque dimanche. Rejoins-moi sur InstagramFacebookYouTube et Pinterest. Si tu aimes le blog, tu peux aussi me payer un café pour le soutenir. Enfin, tu peux également te procurer mon Guide de la Belgique en famille qui rassemble 100 activités à faire en famille à travers tout le pays et mon livre Journal de Bord d’une maternité décomplexée.

Related Posts

3 comments

PRGR 24 janvier 2023 - 16 04 01 01011

Merci Deborah, c’est hyper intéressant cet article envers du décor !

Reply
Lexie 25 janvier 2023 - 13 01 44 01441

Oh my, tu m’as eu aux insectes même si je me serais doutée, vu le climat 😉 Ça doit être une belle expatriation, réellement dépaysante et dont vous vous souviendrez! De mon côté, probablement pas le pays où je pourrais rester (ceci dit, la Californie et ses cafards me m’attirent pas non plus hahaha)

Reply
seayouson 25 janvier 2023 - 15 03 26 01261

Je n’y resterai pas non plus. On s’était posés la question avant d’arriver mais on sait que ce n’est pas notre destination finale. 🙂

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.