La jalousie d’une mère envers sa fille: ça existe et ça s’explique

by seayouson

Je vous ai parlé de rivalité féminine ici, en axant ce premier article sur la rivalité entre femmes dans la sphère professionnelle et en évoquant les solutions pour en sortir.

Passons maintenant au tabou ultime, traité dans le livre « En finir avec la rivalité féminine« : la jalousie d’une mère envers sa fille.

On peut lire: « Une rivalité peut s’installer lorsque la fille devient adulte, comme s’il n’y avait qu’une femme qui puisse occuper le territoire, comme si, en grandissant, l’enfant poussait sa mère vers la sortie, lui renvoyant sa jeunesse et sa féminité comme un signe qu’il est temps de lui laisser la place. »

jalousie mère fille

Selon Elisabeth Cadoche et Anne De Montarlot, la rivalité des mères s’exprime de façon subtile et cachée, ce qui engendre chez leurs filles « une sensation nébuleuse, confuse. Elles ont du mal à croire que leur mère ne soit pas de leur côté. »

La jalousie d’une mère envers sa fille se traduit souvent par des remarques acerbes, des critiques, des jugements… Une mère avouera rarement franchement à sa fille qu’elle la jalouse.

Pourquoi une mère peut-elle jalouser sa fille?

Les mères sont-elles jalouses des filles qu’elles ont mises au monde parce qu’elles ont été pleines d’elles avant d’en être vides?

« Est-ce cela que les mères ont du mal à pardonner à leurs filles, cet éloignement de la chair qui n’en finit pas de les amputer d’une partie d’elle-mêmes. »

« Ces filles qui, en grandissant, les obligent à renoncer à une forme de toute-puissance, à perdre un statut valorisé par la société. »

Elisabeth analyse: « Une fille qui grandit renvoie sa mère à la ménopause, à son âge et d’une certaine manière, à son inutilité. Il faut faire le deuil de ça. Les enfants, d’une manière générale, nous amputent d’une partie de nous-même. »

« Ma mère était jalouse de moi »

Ophélie, 50 ans, raconte dans le livre l’enfer que sa mère lui a fait vivre dès ses 15 ans. « Après des années de cheveux courts, jeans et baskets, je ressemblais davantage à mon père: grand et mince. »

« Plus je m’épanouissais, plus cela glaçait ma mère: j’ai compris beaucoup plus tard que cela devait la renvoyer à sa propre image, à son manque de confiance en elle, à ses rondeurs qu’elle détestait. »

« Elle n’aimait pas son corps et elle ne pouvait pas accepter que j’aie un corps idéal, selon ses critères. Une différence qui me pénalisait d’avance. »

Pour sortir de la jalousie mère-fille, le père doit prendre sa place

Pour sortir de cette rivalité, il faut « défusionner » avec sa mère. Et pour faciliter les choses, le père doit prendre sa place de père et faire preuve d’un minimum d’autorité.

Il y a des mères qui ne laissent pas leur place au père. On a reçu un témoignage d’une femme qui disait que, à chaque fois qu’elle quittait la maison, sa fille hurlait. Elle ne le faisait pas quand son père partait. »

« Mais en fait, cette maman entretenait ça: sans s’en rendre forcément compte, elle le tenait à distance. Elle ne voulait pas que le père s’approche du bébé, qu’il lui donne le biberon… »

« L’homme doit prendre sa place, mais la femme doit aussi laisser sa place à l’homme. »

Inscris-toi à la newsletter du dimanche Sea You Sunday et reçois un mail de ma part chaque dimanche. Rejoins-moi sur InstagramFacebookYouTube et Pinterest. Si tu aimes le blog, tu peux aussi me payer un café pour le soutenir. Enfin, tu peux également te procurer mon Guide de la Belgique en famille qui rassemble 100 activités à faire en famille à travers tout le pays et mon livre Journal de Bord d’une maternité décomplexée.

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.