Le sexe après la grossesse, ce tabou absolu: l’avis et les conseils d’une experte

sexe après la grossesse couple sexe

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais eu de discussions franches au sujet du sexe avec mes copines. Il y a des blagues, des allusions. Mais on ne parle jamais de nos pratiques, de nos fantasmes. On évoque éventuellement et du bout des lèvres, la fréquence de nos rapports. Et encore… Le sujet est d’autant plus tabou depuis qu’on est toutes devenues mères. Comme si devenir mère nous interdisait les pensées salaces. J’y consacre d’ailleurs un chapitre complet sur le sexe après la grossesse dans mon livre Journal de bord d’une maternité décomplexée.

« Pourquoi la question du sexe gêne autant? »

C’est un peu étrange de se citer, mais voilà ce que j’écris au sujet du sexe après la grossesse: « Je me demande pourquoi la question du sexe gêne autant: tout le monde sait quand même comment a été conçu l’enfant à venir, non? Et pourtant, personne ne dit clairement à quel point les relations sexuelles sont bouleversées quand on vient d’avoir un bébé. Et les prises de tête, les frustrations et la culpabilité que ça génère. »

Déjà, ce n’est pas facile d’avoir envie de sexe pendant la grossesse. Mais alors après… C’est pas facile de retrouver l’envie après avoir perdu des caillots de sang et porté une culotte en treillis et des serviettes hygiéniques aussi épaisses que celles destinées à l’incontinence pendant des jours. Pas facile de se trouver sexy quand on a encore le ventre ramolli, de penser à la bagatelle quand on sait qu’on sera immanquablement réveillée trois fois pendant la nuit, de lâcher prise alors qu’on ne cesse de s’inquiéter pour ce petit être sans défense qu’on entend téter dans le vide, dans son sommeil…

Ce qui est normal…

Laura Berlingo, gynécologue-obstétricienne à la Pitié Salpêtrière, parle, entre autres, du sexe après la grossesse dans son livre « Une sexualité à soi« . Elle détaille une infinité de scénarios possibles et arrive à la conclusion suivante: « Reprendre une activité sexuelle au bout de trois semaines ou d’un an après l’accouchement, les deux scénarios sont possibles et l’un n’est pas plus normal que l’autre. » C’est important de se mettre ça dans la tête.

Reprendre une activité sexuelle au bout de trois semaines ou d’un an après l’accouchement, les deux scénarios sont possibles et l’un n’est pas plus normal que l’autre.

Laura Berlingo, auteure de « Une sexualité à soi

« Il n’y a aucune règle », me disait-elle récemment par téléphone. « Certaines personnes reprennent rapidement une activité sexuelle. Il y a des femmes qui se sentent dépossédées de leur propre corps pendant une grossesse. Reprendre un contact charnel avec l’autre, c’est partir à la reconquête de leur corps. » Elle précise cependant que « faire l’amour » ne veut pas pour autant dire que la pénétration est obligatoire. « Après un accouchement, on n’a pas forcément envie d’avoir tout de suite un pénis dans son vagin », note-t-elle. On ne va pas lui donner tort. « Mais ça peut être des caresses et le fait de prendre du plaisir. »

sexe après la grossesse une sexualité à soi cover laura berlingo

« D’autres femmes vont être en symbiose avec leur bébé. Elles ont la tête partout, sauf à ça. Il y a mille raisons de ne pas avoir envie de reprendre une activité sexuelle après avoir accouché. Ce n’est pas grave mais il faut savoir en parler. Sinon, ça devient un truc qui génère de la souffrance… Ça peut être une période de vie où on se dit: bon, ce n’est pas notre truc pour le moment, on reprendra plus tard… Mais ça peut aussi révéler des problèmes profonds. Ça chamboule un couple d’avoir un bébé. Ça rabat les cartes. Ça fait ressortir des choses qu’on avait cachées sous le tapis. »

En parler

Et même si la femme a tous les droits quand il s’agit de sa sexualité et de sa maternité, Laura estime qu’il ne faut pas oublier pour autant la personne avec laquelle on l’a fait ce bébé. Avant d’être une famille, on est un couple. « Il faut réagir aussi si ça génère de la souffrance pour un homme. C’est aussi un chamboulement pour eux d’être avec une personne qu’on a l’impression de ne pas connaître. Voir une femme devenir mère, c’est particulier. Il a aussi le droit de s’exprimer, d’en parler, même s’il comprend et qu’il accepte. »

Sexe après la grossesse: les conseils

Elle donne quelques conseils judicieux pour se « remettre en jambe » après un accouchement. J’adore le premier: « Se lâcher la grappe. » Elle conseille d’être indulgente avec soi-même et d’accepter de vivre « un moment hors du temps ». Laissez-vous du temps pour apprivoiser votre nouveau corps « sans pression ». Avoir des relations sexuelles ne doit pas forcément passer par la pénétration. Elle conseille de privilégier les caresses, les baisers, la tendresse.

Le sexe, ce n’est pas que la pénétration

Laura aimerait d’ailleurs qu’on « décentre » la pénétration dans nos rapports sexuels. « Est-ce que c’est si important que ça la pénétration pour les hommes? », me dit-elle. « On leur fout ça dans le crâne, on leur dit que c’est ça le rapport sexuel mais ils adorent les fellations, la masturbation. Ils peuvent aussi jouir facilement autrement. Je crois qu’on devrait arrêter d’appeler les préliminaires préliminaires. C’est tellement triste comme terme. Les préliminaires, ça dit bien ce que ça veut dire: c’est quelque chose qui se déroule avant le fait principal. C’est très réducteur. »

Se regarder

Autre conseil de la gynéco: « Se regarder dans un miroir. Le corps et le sexe. N’ayez pas peur, c’est vraiment moins terrible que ce que vous imaginez. » Et si vous avez l’impression qu’un train vous a roulé dessus ou de n’être plus qu’un trou béant après la naissance, « c’est normal et cela ne va pas durer », vous garantit Laura. Je confirme.

Allaitement

Si vous allaitez, il est possible que la prolactine, l’hormone qui provoque en vous cette sensation de bien-être intense, « décale le désir de reprendre une sexualité active ». On ne peut pas être au four et au moulin. Mais si vous allaitez longtemps, votre corps va s’y habituer et ça ne vous empêchera pas d’avoir envie de sexe. En théorie du moins. Parce qu’il est aussi possible que l’allaitement n’ait aucun impact sur votre libido.

Lubrifiant

Quand vous remettez le couvert, peu importe le timing, n’hésitez pas à utiliser un lubrifiant. Si vous n’avez jamais dû y avoir recours, expliquez à votre conjoint que ce n’est pas parce que vous ne « mouillez pas » que vous n’avez pas envie. Le corps et la tête ne fonctionnent pas toujours de concert. « Le taux d’œstrogènes chute durant le post-partum » et ça provoque une sécheresse vaginale, « pire ennemie d’une sexualité épanouie », souligne Laura. Donc lubrifiez.

Consultez si ça ne va pas

Si vous avez repris le sexe après la grossesse mais que vous avez mal ou que vous sentez que quelque chose ne va pas, consultez. « Ne restez pas seule avec ça et ne vous dites pas que vous êtes une chochotte », insiste Laura Berlingo.

Je trouve que les conseils de Laura Berlingo sont très agréables à lire. Elle dit bien qu’il n’y a pas de normalité, qu’une femme n’est pas l’autre, et qu’un couple n’est pas l’autre. On fait ce qu’on veut, comme on peut, quand on veut sous la couette. Le seul rythme qui compte, c’est le vôtre. Et c’est vachement important à lire quand on vient d’accoucher parce que c’est un moment où on est particulièrement vulnérable et sous pression.

Les articles à lire aussi

Le merchandising Montessori et l’arnaque Céline Alvarez: la vérité sur ces pédagogies que vous croyez connaître

« Une mère ne se remet jamais de voir son dernier enfant quitter la maison »

Pourquoi j’ai été émue par le premier mensonge de mon enfant

Avoir 5 ans, 14 ans, 36 ans en 2021



.
sexe après la grossesse

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.