...
Famille + Couple

Conseils de mère décomplexée pour une rentrée des classes pas trop compliquée

2020 est une année pleine de défis. Prochain saut d’obstacle: la rentrée scolaire après un confinement et des vacances d’été où les familles ont renoué des liens et où les enfants ont été collés à leurs parents comme des moules à leurs rochers. J’ai pris un peu d’avance sur vous: Ezra est rentré à l’école la semaine passée. Et on peut dire que ça ne s’est pas mal passé: il a déjà fait trois jours d’école et il n’a jamais pleuré le matin. Voici mes conseils pour que la rentrée des classes se passe bien.

Ne le déposez pas le matin si vous pouvez

Les enfants ont un truc avec les mamans. Ils savent probablement qu’elles sont plus susceptibles de flancher, du coup ils en profitent. Voilà une bonne raison pour ne surtout pas aller déposer les petits à l’école. Évidemment, je rêve d’y aller. J’aimerais voir où il range ses affaires, comment il s’organise, la tête de ses potes. Je n’ai absolument aucun feed-back sur l’organisation pratique de sa journée quand c’est son papa qui y va. Mais tant pis, c’est quand même lui qui s’y colle le matin. Parce que c’est beaucoup plus simple quand c’est lui.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

Quand c’est moi, Ezra a tendance à pleurer comme si j’allais mourir dans la journée. Ou comme s’il allait mourir dans la journée. Ce n’est bon pour personne. Ça lui met les nerfs à fleur de peau pour débuter sa journée, ça me met en retard en plus de me fendre le cœur et je plains la prof qui doit tenter de rattraper le coup alors qu’elle a d’autres enfants autour d’elle. Donc le matin, je ne le conduis pas. Sauf quand je n’ai pas le choix. Et ça se passe bien mieux comme ça.

Si vous y allez, ne vous éternisez pas

Si vous le conduisez malgré tout, ne vous éternisez pas, par pitié. Plus longtemps vous resterez à sa portée, plus la séparation sera difficile. Un petit bisou, une petite caresse sur la tête, et un petit: « Hé regarde, c’est pas ton copain là-bas? » et on s’en va. Ne lui laissez pas le temps de réfléchir et de s’appesantir. Détournez son attention et si vous voyez ses yeux s’embuer, confiez-le à la maitresse et partez sans vous retourner. Il ne pleurera pas toute la journée. À peine aurez-vous disparu de son champ de vision qu’il aura séché ses larmes. Moins il vous voit dans le cadre de l’école, mieux il se porte.

Je lui dis qu’il a le droit de ne pas penser à moi

Parmi mes autres conseils pour une rentrée des classes sans souci? Je lui dis qu’il a le droit de m’oublier! Eh oui… Mon fils me répète toujours que je vais lui manquer. Ce que je comprends évidemment. Mais pour la première fois, avant cette rentrée un peu spéciale, je me suis demandée s’il me disait ça pour se rassurer ou bien pour me rassurer. La différence est de taille. J’ai eu l’impression qu’il me le répétait pour que je sois rassurée sur l’amour qu’il me portait. Je lui ai dit un soir qu’il avait tout à fait le droit de s’amuser sans penser à moi. Que ce qui me rend le plus heureuse c’est de savoir qu’il s’éclate avec ses copains et sa maîtresse quand je ne suis pas là. Qu’il a le droit de m’oublier un peu. Et moi aussi d’ailleurs, ça ne me fait pas moins l’aimer. Et je lui ai dit plusieurs fois que papa et moi on serait toujours toujours là pour le prendre dans mes bras à la sortie de l’école. J’ai l’impression que depuis, il a l’esprit plus tranquille. Il me fait un gros câlin le matin, un dernier signe de la main avant de me perdre de vue et il file à l’école sans se retourner.

Un dessin sur le poignet

Parmi les conseils pour une rentrée des classes sans souci, il y a un truc connu. Que j’applique. Je lui fais un dessin sur le poignet tous les matins avant de partir. Il a le droit de choisir. Parfois, c’est un cœur mais souvent c’est à peu près n’importe quoi: une voiture, un animal, un train… Je me fais le même dessin et je lui dis que chaque fois que je le verrai pendant la journée je penserai à lui en train de s’amuser et d’apprendre plein de trucs super à l’école.

Il se souvient de l’ennui du confinement

Le confinement a fait qu’Ezra nous a beaucoup vu travailler à la maison. Il nous tournait souvent autour et on lui demandait de s’occuper « un peu tout seul ». Ce n’était pas toujours très amusant pour lui. Du coup, pour éviter qu’il ne fantasme sur nos activités de la journée, je lui dis qu’on travaille. « Et tu sais que quand on travaille, malheureusement, on ne sait pas s’occuper de toi. Donc autant que tu ailles à l’école, tu vas mieux t’amuser là-bas. » Il ne discute pas ce que je lui raconte: maintenant, IL SAIT. Et il est d’accord: il se marre mieux ailleurs que dans mes pieds quand je travaille. Rappelez à vos enfants que vous n’allez pas à Walibi pendant qu’ils usent leur culotte sur les bancs de l’école… Ça paraît bête mais on ne sait jamais ce qu’ils s’imaginent.

Ce confinement aura permis à nos enfants de se rendre compte que traîner à la maison sans rien faire, ça va cinq minutes. Aller à l’école est une chance: de nombreux enfants n’auront pas cette chance. Aux USA, c’est encore l’enseignement à distance qui prime. Dans les pays en voie de développement, les écoles n’existent pas et les enfants travaillent pour subvenir aux besoins de leur famille dès leur plus jeune âge. Rappelez à vos enfants à quel point l’école et le contact avec les autres sont importants pour bien grandir. À force de leur répéter, ça devrait rentrer…

Et vous, quels sont vos conseils pour que la rentrée des classes se passe bien?


Tu as aimé? Paie-moi un caféTu as aimé? Paie-moi un café
.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :