...
Famille + Couple

Pourquoi j’ai inscrit mon fils dans une école internationale en Belgique

La rentrée a sonné pour Ezra. Mercredi matin, on lui a enfilé son polo blanc, son pantalon bleu marine et son gilet et on l’a laissé s’avancer vers l’impressionnant bâtiment de l’école Bogaerts du Domaine de Latour de Freins à Uccle. Il a fallu trancher: on passera la fin de l’année 2020 et probablement l’année scolaire complète en Belgique.

La situation en Californie est instable pour le moment, les frontières sont toujours fermées, les écoles aussi. Au moins, ici, Ezra pourra côtoyer d’autres enfants et gagner en autonomie en passant la journée loin de moi. Pour lui, c’est ce qu’il y avait de mieux à faire. Pour nous, c’est le plus raisonnable. On en profite pour travailler sur notre processus de green card, c’est en cours.

L’école internationale plutôt que l’immersion

Après une longue réflexion, nous avons décidé de l’inscrire dans une école internationale à Bruxelles. Ezra sera scolarisé à Bogaerts en anglais, sur un modèle scolaire inspiré du système britannique et américain. J’ai évidemment envisagé l’immersion en anglais dans une école publique et j’avais trouvé quelques pistes intéressantes. Mais en Belgique, l’immersion débute en 3e maternelle.

Il aurait donc réappris les basiques (présentation, couleurs, etc) sans forcément améliorer ses connaissances. Dans notre cas précis, je ne trouvais pas ça suffisant. Ezra a fait sa première et sa deuxième maternelle en anglais à Palm Springs. Il connaît les bases. Il sait entretenir une conversation. On voulait qu’il garde ça, qu’il entretienne ses acquis et qu’il s’améliore aussi au passage.

Entretenir son anglais

L’idée est de repartir à moyen terme en Californie. Même si on nous répète que l’anglais, « ça reviendra », ce que je crois également, on n’a pas envie qu’il perde tout ce qu’il a appris et qu’il se sente démuni le jour où on l’enverra dans le système scolaire publique aux USA. Oui, parce qu’un jour, j’ai dans l’idée d’arrêter de payer l’école de mon fils… C’est déjà assez perturbant que de déménager d’un pays à un autre comme on le fait, autant lui faciliter la vie quand on le peut.

View this post on Instagram

Ceux qui sont abonnés au Sea You Sunday (lien en bio) ont eu l’info hier: on ne prendra pas l’avion pour la Californie en septembre comme espéré. Les frontières sont encore fermées, les écoles aussi, le système de santé reste ce qu’il est… On devrait travailler H24 avec Ezra à la maison. On le fait depuis mars. Sur la longueur, c’est difficilement tenable. Et vu qu’on a le choix… 🤷🏻‍♀️ L’idée est de repartir dès que possible mais 2020 étant ce qu’elle est, on va attendre 2021, hein! 🙄 En Belgique, au moins, il aura la chance de voir des petits copains en vrai. Et parce qu’on voulait qu’il continue à pratiquer l’anglais, pour être au top le jour où on repartira, on l’a inscrit dans une école internationale. Il rentre mercredi (oui, déjà! 😱) à la @bogaertsinternationalschool. En uniforme. Ça va le changer du bac à sable de son école à Palm Springs. A 4 ans, il a déjà eu plusieurs vies en une. Une crèche à Bruxelles, deux ans de maternelle dans le désert californien et une troisième mat’ dans l’école d’Harry Potter (ça ressemble un peu non?). 😂 Ca sera un nouveau chapitre de notre aventure. Le rebondissement que l’auteur lui-même n’attendait pas. 😅 Mais on va rendre cette année constructive, bosser cette green card au mieux, essayer de se marrer malgré tout. ✌️Vous serez là pour vivre ça avec nous? ————–————— #bogaertsinternationalschool #backtoschool #bruxelles #belgianblogger #blogueusebelge #expatlife #viedexpat #école #rentreedesclasses #seayousonecole #viedemaman #maviedemaman #momlife #maman #instamaman #etremaman #parentslife #parentalité #positiveattitude #parentalitepositive #parentalitebienveillante

A post shared by Déborah (@seayouson) on

Pourquoi Bogaerts dans le détail

En attendant, on a opté pour une école internationale et Bogaerts pour son cadre, notamment, absolument fou. Ce n’est pas le sable et les palmiers de son école de Palm Springs mais Bogaerts est installée dans un domaine boisé de 9 hectares. C’est la campagne en ville.

Je vous avais montré la cour de récréation sur Instagram cet été, en profitant de l’événement pop-up La Pause, sans savoir encore que j’y inscrirais mon enfant. On a visité les classes. C’est mignon, propre, lumineux.

Pour des matinées plus faciles

Pour ceux qui connaissent l’enfer de la mobilité bruxelloise: on peut se garer devant Bogaerts. Il y a vraiment de l’espace. Après quasi trois ans à me la couler douce en voiture à Palm Springs, je ne voulais plus m’énerver chaque matin dans les embouteillages. J’ai l’agacement facile au volant. C’était du coup un critère pas négligeable. Et puis, on a trouvé sans forcer un appart à 10 minutes de là. Ça a pesé dans la balance sur le côté pratique.

Les enfants sont en uniforme, c’est reposant

Comme je vous le disais en début d’article, les enfants sont en uniforme et même si c’est tout nouveau pour nous, je trouve ça pas mal du tout. Plus de prise de tête le matin pour savoir comment on doit l’habiller. Ça sera tous les jours la même chose. Pas de surprise, juste un peu d’organisation pour que tout soit propre.

Ses camarades de classes

Il y a aussi quelque chose qui m’attirait dans l’idée de l’école internationale: elle est fréquentée par des gens qui voyagent souvent, qui quittent parfois le cursus scolaire en cours d’année. Des gens qui comprennent certaines de nos interrogations peut-être plus facilement que d’autres. J’écris ça sans jugement. Mais les parcours de vie similaires, forcément ça rapproche.

J’ai aussi bon espoir que le mélange de nationalités le tire vers le haut. Il y a des enfants de tous les horizons dans sa classe, des Indiens, des Chinois, des Belges, une petite fille d’Europe de l’Est… Vous allez me dire: ok, mais il y a ça aussi dans les écoles publiques. C’est vrai mais de mon expérience personnelle, l’étranger restera toujours l’étranger dans une cour de récré. Ici, tout le monde ou presque est étranger ou a vécu à l’étranger, ça change un peu la donne.

Mon espoir

Chacun parle sa langue et l’anglais. La nationalité de chacun est respectée et célébrée. À la petite soirée d’accueil, il y avait des drapeaux du monde entier dans la cour. J’ai envie de croire que dans cette école, les particularités culturelles de chacun sont utilisées comme des atouts. C’est en tout cas toujours intéressant de rencontrer des gens qui viennent d’ailleurs. Ça stimule la curiosité. On avait en tout cas bien aimé ça en Californie: ce melting pot de culture hyper assumé. L’une des profs d’Ezra lui parlait en espagnol et ça ne choquait personne. Ici, quand je parle français à Halle, je sens bien qu’il y a parfois un malaise chez mes camarades néerlandophones…

View this post on Instagram

Ce soir, c’était la petite fête de rentrée à la nouvelle école belge d’Ezra. Il y avait des fanions, des ballons, des bulles, un château gonflable, ça parlait anglais (beaucoup), français (un peu), et un tas d’autres langues non identifiées. On a pu rencontrer son institutrice, s’asseoir dans sa classe. C’était joyeux, une petite ambiance américaine qui n’était pas pour me déplaire. On s’est sentis accueillis et je suis sereine quant à mon choix d’école pour les mois à venir. Ezra, lui, commence doucement à flipper: il m’a répété 10 fois en 20 minutes que j’allais lui manquer demain. ❤️ Je rassure, je câline, je caresse, je répète qu’il a le droit de se faire des amis, de s’amuser, sans penser à moi, que ca n’empêche pas l’amour, mais il ne fait aucun doute que la transition confinement-vacances-école va secouer un peu. ———————— #backtoschool #ecole #rentreedesclasses #enfant #petiteenfance #privateschool #expatlife #viedexpat #enfanceheureuse #maviedemaman #viedemaman #viedeparents #etremaman #belgianblogger #blogueusebelge #mamanblogueuse

A post shared by Déborah (@seayouson) on

Même si l’école est tenue par des francophones, la langue de référence de Bogaerts est l’anglais. Les communications avec les parents se font donc en anglais. Ça nous poussera aussi à ne pas nous reposer sur nos lauriers. C’est challenging et c’est ça qui est intéressant. On veut faire quelque chose de constructif de cette année de pause, je crois qu’on va être servi.

L’école est payante

Vous avez été nombreuses à réagir sur Instagram au fait que Bogaerts est une école privée donc payante. Les prix sont affichés sur le site, je ne vais pas faire de secret ici: on paie 9000 euros pour son année. Alors oui, c’est beaucoup. C’est à peu près ce qu’on payait à Palm Springs. Je n’avais jamais imaginé un jour débourser de l’argent pour scolariser mon fils en maternelle en Belgique.

Je regrette qu’il n’y ait pas eu une école proposant un vrai cursus scolaire en anglais, moins cher. Mais c’est comme ça. On devait normalement payer une année supplémentaire de preschool en Californie. Pourquoi ne pas le faire en Belgique?

C’est notre choix, fait en fonction de notre parcours personnel

On fait le choix de dépenser notre argent dans l’éducation d’Ezra. On n’a qu’un seul enfant, ça aussi c’est un choix, et c’est déjà moins cher qu’en avoir deux ou trois. Ça aide. Je m’achèterai moins de vêtements cette année et je travaillerai un peu plus. C’est un choix, c’est le nôtre. Il a été fait en fonction de notre parcours personnel.

Je vous expliquerai régulièrement les activités et ses apprentissages sur Instagram ou ici. Vous avez déjà eu un aperçu de Bogaerts mardi soir sur Instagram.

Let the school year begins…



Tu as aimé, paie-moi un caféTu as aimé, paie-moi un café
.

(1 commentaire)

  1. Alors, oui, ça a un coût et on peut regretter que ce genre de cursus ne soit pas accessible à tous… mais c’est votre choix, cohérent avec votre parcours de vie. Bonne année scolaire à Ezra ! j’espère qu’il s’habituera vite à sa nouvelle école.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :