« J’ai soif, j’ai peur »: 9 conseils pour mettre fin aux mises au lit difficiles

by seayouson

« J’ai soif, j’ai peur, je dois faire pipi, un dernier câlin »: je n’en pouvais plus des mises au lit difficiles donc j’ai réfléchi aux solutions que je pouvais apporter.

Pas toujours simple de convaincre un enfant d’aller dormir. L’exercice peut se transformer en parcours du combattant. Ici, pendant plusieurs interminables semaines, Ezra ne s’endormait que deux ou trois heures après sa mise au lit.

Il avait des cernes jusqu’au menton mais il luttait contre le sommeil. Il pouvait revenir 18 fois pour nous dire quelque chose (de la plus grande importance évidemment), demander à boire ou nous expliquer que son coussin n’était « pas assez froid ».

Le reste du temps, il restait dans son lit, sans pleurer, sans râler, mais on l’entendait gesticuler, chantonner ou se raconter des histoires. Il se réveillait, évidemment, fatigué.

La phase est passée. Il s’endort généralement tranquillement et rapidement. Je ne pense pas avoir trouvé la recette miracle.

J’ai lu plein de choses, j’en ai expérimenté d’autres. Voici, en vrac, les conseils pas si bêtes glanés çà et là. Chacun mettra en pratique ce qui lui sied le mieux. Un enfant n’est pas l’autre, les besoins seront donc différents.

9 conseils pour mettre fin aux mises au lit difficiles.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

Pour arrêter les mises au lit difficiles, il faut mettre une routine en place

Mettre une routine en place. Plus les enfants sont jeunes, mieux ça fonctionne sur la longueur. Idéalement, l’heure du coucher doit être la même tous les soirs.

Chez nous, l’heure est à peu près la même les soirs de semaine mais on lâche du lest sur le week-end. Pour la routine, faites simple. Afin de pouvoir la refaire partout : en vacances, chez les grands-parents…

À partir d’une certaine heure, on dit non

Mettre un enfant au lit tous les soirs à la même heure, ça veut dire devoir refuser tout un tas de choses à partir d’une certaine heure. Mais à force, l’enfant saura qu’il doit être prévoyant et avancer ses petites activités.

enfant qui lit dans son lit

Changer de vocabulaire

Si les mises au lit sont difficiles, ne dites pas à votre enfant qu’il doit « aller dormir » mais dites-lui que vous voulez qu’il reste dans son lit. Parfois, une utilisation de mots légèrement différents donne une autre perspective. C’est valable pour les enfants comme pour les adultes.

Autoriser l’enfant à écouter sa boîte à histoires

Autoriser l’enfant à écouter quelques histoires sur son appareil Lunii ou à feuilleter quelques livres.

Ici, on lui laisse 15-20 minutes supplémentaires pour « vaquer à ses occupations » après l’histoire du soir. Il s’endort généralement très vite.

Lisez aussi: Je n’aurai qu’un seul enfant: éloge de l’enfant unique

Essayer de le mettre au lit plus tôt

Quand un enfant n’arrive pas à dormir alors que l’heure est passée depuis longtemps, on pourrait avoir tendance à le mettre au lit plus tard. Il faudrait en fait essayer de le mettre au lit… plus tôt.

Quand on n’arrive pas à dormir, c’est en effet peut-être parce qu’on est trop fatigué. Ça engendre une certaine nervosité. Rappelez-vous que le sommeil appelle le sommeil.

Plus tôt ils se couchent, plus longtemps ils devraient dormir. Le sommeil sera, en plus, plus profond.

Des questions, toujours les mêmes

Quand l’enfant grandit, la routine du soir peut se finir par quelques questions, identiques à chaque fois. Par exemple: qu’as-tu préféré dans ta journée aujourd’hui? Qu’aurais-tu envie de faire demain?

Ca permet de délier les langues, d’évacuer les inquiétudes et angoisses et de penser à des choses agréables avant de dormir.

Mettre une alarme et avertir

Autre conseil: mettre une alarme et avertir. « Dans cinq minutes, quand la sonnerie retentit, on se brosse les dents, on enfile le pyjama et on va se coucher ». Le fait de laisser l’alarme mettre fin au moment de jeu est beaucoup plus « neutre » que si c’est maman ou papa qui le fait. Quand on sort cette cartouche-là, Ezra est beaucoup plus réceptif.

Lisez aussi: Se ruiner pour l’anniversaire de son enfant, c’est la nouvelle normalité

Ne pas mettre tous les enfants au lit en même temps

Pour les parents de plusieurs enfants, j’ai lu un conseil pas si bête: pour éviter les mises au lit difficiles, il faut échelonner l’heure du coucher. Chacun a ainsi son moment dans la salle de bain et son tête-à-tête parental.

Autre conseil: acheter plusieurs tubes de dentifrice pour éviter les disputes idiotes à ce sujet.

Dernier appel pour un verre d’eau

Enfin, pour éviter les « maman, j’ai soif », on peut faire « un dernier appel » dans la cuisine pour un dernier verre d’eau environ 30 minutes avant l’heure de coucher. Ça devrait évacuer le problème et faire dormir l’enfant plus vite. On peut toujours essayer, en tout cas.

Inscris-toi à la newsletter du dimanche Sea You Sunday et reçois un mail de ma part chaque dimanche. Rejoins-moi sur InstagramFacebookYouTube et Pinterest. Si tu aimes le blog, tu peux aussi me payer un café pour le soutenir. Enfin, tu peux également te procurer mon Guide de la Belgique en famille qui rassemble 100 activités à faire en famille à travers tout le pays et mon livre Journal de Bord d’une maternité décomplexée.


Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.