fbpx
Famille + Couple

Je n’aurai qu’un seul enfant: éloge de l’enfant unique

Un jour, une copine m’a dit, alors qu’elle venait de donner naissance à son deuxième enfant qu’ils formaient « enfin une vraie famille ». Mon fils avait une petite année. J’ai souri face à tant de maladresse. Enceinte déjà, je me disais que je ne ferais probablement qu’un seul enfant. Ezra met du soleil dans ma vie depuis quatre ans et je n’ai pas changé d’avis: je crois franchement qu’il restera enfant unique. Vous savez quoi ? On n’est pas obligé d’avoir des enfants avec deux ans d’écart pour être une famille « comme il faut » et on n’est d’ailleurs même pas obligé d’en faire plusieurs pour être considérés comme une famille tout court. Voici mes arguments en faveur de l’enfant unique. Je précise que ça ne veut pas dire que je critique ceux qui en ont fait plusieurs. Je comprends parfaitement qu’on ait d’autres envies.

J’ai du temps pour moi

En tout cas plus que les mamans qui ont plusieurs enfants. Comme tous les parents, on manque de temps pour s’épanouir individuellement et en couple mais avec un enfant unique, on en a quand même plus que ceux qui ont plusieurs enfants. Quand mon fils fait la sieste, si je suis fatiguée, je peux m’allonger avec lui. Je n’ai pas besoin de rester réveillée pour m’occuper d’un deuxième enfant. J’ai même le temps de cuisiner ou de travailler pendant qu’il regarde un dessin animé. J’ai le temps de me doucher et même de me maquiller pendant qu’il joue.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

J’ai du temps pour lui

J’ai du temps à consacrer à mon enfant unique, je n’ai pas l’impression de courir en permanence, je ne dois pas jongler entre différents agendas pour contenter tout le monde. Quand on est ensemble, je lui accorde toute mon attention, je ne dois pas détourner la tête parce que son frère ou sa sœur m’appelle dans une autre pièce. Je peux aller le conduire à l’anniversaire de son copain et même avoir le loisir de discuter avec les parents. Personne ne me presse à partir.

Mais il va se sentir seul, non?

Je viens d’une grande famille mais je n’ai pas besoin de faire des frères et sœurs à mon enfant pour avoir l’impression d’avoir réussi la mienne. Nous sommes trois et nous sommes une famille. Enfant unique, est-ce qu’il se sentira seul un jour ? Peut-être. Mais la solitude nous étreint aussi parfois même quand on a des frères et sœurs. Parfois même à cause de ces mêmes frères et sœurs. J’aime me dire que ce qu’on n’a pas connu ne peut pas réellement nous manquer. Les enfants uniques qui disent le contraire fantasment un peu sur la question.

enfant seul skateboard

J’adore mes frères et sœur mais une grande fratrie, ce n’est pas la pub Ricoré tous les jours. Il est possible de ne pas s’entendre même si le même sang coule dans nos veines. Ça peut être génial d’avoir des frères et sœurs mais ça peut aussi être horrible. Et on ne peut rien prévoir à l’avance. Ce n’est pas une question d’éducation, puisqu’on a grandi sous le même toit, avec les mêmes parents (a priori), mais bien de personnalité, qu’on a tous différente.

J’ai du temps pour ma carrière

J’aime mon fils mais j’ai besoin de travailler. J’ai besoin de m’épanouir professionnellement. J’ai besoin de penser à autre chose qu’à lui et d’être considérée par la société autrement que par mon statut de mère. Avoir un enfant unique me permet de travailler plus ou moins convenablement. Je pars en voyage pro en me disant que le papa va pouvoir gérer. Parce qu’un enfant pour un adulte, c’est gérable, non ? D’ailleurs…

Pour le faire garder, c’est plus facile

Demander à quelqu’un de garder un seul enfant, c’est plus facile que de demander à cette même personne d’en garder trois, on ne va pas se mentir…

Je n’ai pas les moyens

Je ne suis pas pauvre. Je ne suis pas riche non plus. Je n’aurai pas d’héritage, je me suis faite toute seule. On a réussi à acheter un petit appartement et on se réjouit de se dire qu’un jour, si on est malin et qu’on ne divorce pas, cet appartement reviendra à notre fils. Il aura une base pour se lancer dans la vie. On pourra l’aider un peu financièrement.

Si on lui fait un frère ou une sœur, ça risque d’être compliqué ou en tout cas beaucoup moins intéressant. Les romantiques me diront que l’argent ne devrait pas être un critère. Je disais ça aussi, avant… En vieillissant, je suis plus pragmatique. Je n’ai pas trouvé qu’un bébé coûtait cher. Il faut acheter peu mais de façon intelligente. Mais je pense à l’après. Et je préfère être raisonnable.

Je n’aurai pas la même énergie

Je veux offrir à un supposé deuxième enfant la même vie qu’à mon premier. Et aujourd’hui, je ne suis pas sûre de trouver l’énergie nécessaire pour me lever à 7 heures le samedi pour l’emmener à la piscine, comme je l’ai fait pendant un an avec mon fils. Celui-ci ayant déjà grignoté ma patience, je ne suis pas sûre que j’arriverai à être aussi zen avec un deuxième. Et tant que je me dis que je ne suis pas capable de faire « au moins aussi bien » (déjà que ce n’est pas parfait), je préfère ne pas remettre le couvert.

J’ai peur de la suite

C’est l’argument massue, le plus tendance. Et franchement, je souris souvent quand ce sont les parents de famille nombreuse qui me parlent de mon empreinte écologique… Mais je commence à avoir peur du monde que mon fils va devoir affronter quand je ne serai plus là. J’ai accouché alors qu’il y avait une menace d’attentat terroriste qui planait sur les hôpitaux en Belgique. Depuis, le réchauffement climatique promet problèmes pulmonaires et asthme à la jeune génération. Demain sera inévitablement sombre. Parfois, je me demande ce qui m’a pris de faire un enfant dans cette galère. Je n’arrive pas à me dire que je vais retrouver assez d’innocence (ou d’inconscience ?) pour remettre ça…

Je n’en ai pas l’envie

Évidemment, ça reviendra peut-être, mais aujourd’hui, je n’en ai pas envie. Je n’ai rien au fond des tripes qui me dit que je dois absolument refaire un bébé sous peine d’être malheureuse toute ma vie. J’ai besoin de sentir au fond de moi que je suis prête. Sans ça, je sais que je manquerai de patience, d’amour, d’écoute… Qu’on me donne l’envie, d’abord. Et puis, je verrai.

Il n’y a que les imbéciles qui…

Je ne dis pas que je ne finirai pas par faire un deuxième enfant. J’ai encore quelques années pour laisser cette fameuse envie revenir. Je fais malgré tout l’éloge de l’enfant unique. S’il reste seul, on aura, toute notre vie, le loisir de le regarder grandir en ne ratant aucun moment, des plus infimes aux plus importants. On ne sera pas distraits par une deuxième petite personne qui réclamerait notre attention elle aussi et à raison. On aura plus de temps pour s’accomplir professionnellement. On aura plus de possibilités de faire de la place à notre couple. On dépensera moins d’argent, on voyagera plus souvent.

J’ai tendance à penser qu’on aura encore du temps pour être curieux et continuer à s’instruire ce qui fera peut-être de nous, des parents dans le coup, pas trop largués et aptes à comprendre ce qui ne manquera pas d’arriver à notre enfant. Je ne dis pas que ceux qui ont plusieurs enfants n’y arrivent pas. Pas du tout. Je dis juste que c’est encore plus prenant, encore plus épuisant… Ils sont probablement plus courageux que moi.

Nous sommes trois et nous sommes une famille. Pas plus et pas moins que les familles plus nombreuses. Nous avons les mêmes galères, les mêmes questionnements, le même amour intense pour nous unir. Mais comme une mère de famille nombreuse en a marre des regards étonnés ou accusateurs que la société pose sur elle, j’en ai marre qu’on m’interroge sur le deuxième bébé qui tarde à se pointer.

Qu’importe le nombre d’enfants qu’on a notre actif, personne ne détient la vérité absolue sur ce qui fait une vraie famille. On a tous notre propre définition de la question et elles sont toutes acceptables. Et pour ceux qui s’inquiètent au sujet de la santé mentale et du comportement des enfants uniques, je vous laisse lire cet article de Slate qui explique que les enfants uniques s’en sortent très bien, sinon mieux que les autres.

Tu as aimé? Paie-moi un café?Tu as aimé? Paie-moi un café?

enfant unique
Publicités

(13 commentaires)

  1. Ouais, demande aux parents de plus d’un enfant qui te reprochent ton empreinte écologique s’ils utilisent des couches lavables pour leur enfant, s’ils font eux-mêmes leur produit de lessive, s’ils mangent végétarien et local etc. 😀

    1. Comme je me retrouve dans ce que vous dites.
      Moi aussi j’ai souvent la remarque : Bah alors la petite sœur c’est pour quand ??? Il va pas rester tout seul quand même ????
      Et bien si, nous n aurons qu un enfant, c’est notre choix, on est très heureux comme ça et on en profite de notre enfant UNIQUE.

  2. L’argument affreux que je vois le plus revenir pour soutenir le fait de faire plusieurs enfants c’est: « Et si l’un décède, tu auras encore l’autre »…
    Je comprends la logique de l’argument mais je le trouve très triste…

  3. Il est chouette ton article et il me parle tellement.
    La seule raison pour laquelle il restera enfant unique c’est que je n’ai pas envie d’un deuxième.
    J’adore notre famille telle qu’elle est.
    Ce fameux deuxième on l’a toutefois tenté 7 ans plus tard pour de mauvaises raisons : âge et ras-le-bol professionnel. 2 fausses-couches plus tard on a abandonné l’idée. Au fond de moi ce deuxième enfant n’était pas un réel désir juste le « moyen » que j’avais imaginé pour passer à autre chose.
    Aucun regret.

  4. Évidemment, tu as tout à fait raison, et quelques soient tes arguments en fait, même s’ils ne tenaient pas debout! C’est un sentiment et une décision emminement personnelle (ou non décision d’ailleurs, ce n’est parfois pas un choix). Après, dans mon choix d’avoir plusieurs enfants j’avoue que, pour ma part, j’ai vu plus loin que ces différents points que tu abordes – je les ai bien considérés, mais je me suis dit qu’ils ne représentaient au fond qu’un temps, très court au final! Dans tous les cas, enfants uniques ou multiples, ou même non-enfants – lâchons la grappe aux gens, chacun doit pouvoir tranquillement faire ses choix sans pression!

    1. Super article ! Merci 💖
      Pour ma part, on me saoûle tellement avec cette question, que je finis par répondre : « Non, vraiment pas de deuxième. D’ailleurs, déjà celui-ci, je ne suis pas certaine de le garder ! » Ça choque tt le monde et on peut enfin passer à autre chose 😅😜😁

  5. C’est vraiment un choix de couple qui ne se discute pas. Certains arguments que tu déroules sont tout à fait vrais (entre autre la fatigue, la difficulté à confier ses enfants, la question financière même si on apprend à vivre plus simplement), d’autres me paraissent moins valides (l’argument écolo entre autres, les couples avec plus de pouvoir d’achat sont potentiellement plus pollueurs, voyagent plus, consomment plus etc…). En fait, je crois surtout que le choix d’avoir un enfant unique demande que les parents ne soient pas uniquement tournés vers leur enfant – ce qui est le danger. Avoir ses parents rien que pour soi, c’est super quand on est petit; mais c’est très chiant quand on est ado.
    Je crois que c’est surtout pour l’enfant que ça peut devenir un gros poids, avec une injonction à ne pas décevoir, à répondre aux attentes des parents puisqu’il est le seul à pouvoir le faire, etc. Sans compter les soucis des parents vieillissants qui sont sur ses seules épaules.
    Quand on a bien cela en tête et qu’on est vigilant à ne pas étouffer son enfant d’affection, que les relations avec les amis sont très fortes et qu’une sorte de « fratrie » amicale est recréée, pourquoi pas si en tant que parents, on est déjà comblés !

    1. Tu as raison pour l’argument écolo. Enfin, je comprends ce que tu veux dire. Mais d’un côté, avec un seul enfant, tu fais moins de trajets en voiture pour aller le conduire à droite ou à gauche, par exemple. Avec plus d’argent ne veut pas forcément dire qu’on consomme plus. On a besoin de moins de ressources: on mange moins à trois qu’à six, qui. Et je voyage plus mais je n’achète pas plus de fringues par exemple. Enfin tout ça est très perso. L’idée dans ce post était surtout de donner une voix à celles qui manquent d’arguments. Tu auras remarqué que je suis très à l’aise à l’idée de donner mon opinion sur ce blog. 😀

    2. Je comprends tout à fait ton commentaire. Cependant, je crois que, comme pour tout, on ne peut pas généraliser. Par exemple, même avec une fratrie, il se peut qu’un seul enfant porte le poids de ses parents vieillissants: mon père a 3 soeurs, et c’est lui seul qui s’est occupé de mon grand-père à la fin de sa vie, tout simplement car 2 de ses soeurs vivent loin, et la 3e était totalement brouillée avec son père. Donc…

      Je crois que, enfant unique ou avec fratrie, on peut vivre de bons comme de mauvais moments, s’entendre ou non avec ses frères et soeurs, s’ennuyer ou non en tant qu’enfant unique etc. Je pense que ça dépend beaucoup du caractère de l’enfant, et de l’éducation qui lui est donnée. Après effectivement, c’est aux parents de ne pas mettre de pression sur les épaules d’un enfant, unique ou non.

      Pour ma part j’ai un fils de 2 ans et demi, et il restera très probablement enfant unique (il ne faut jamais dire jamais, mais je doute très très fortement de la probabilité de faire un 2e). Pourquoi? Pour toutes les raisons énoncées dans l’article, et surtout parce-qu’on en a PAS ENVIE. Je vais dire un truc tabou, mais honnêtement, on s’est dit, mon conjoint et moi, que si c’était à refaire, on est pas sûrs qu’on le referait. Ca n’enlève rien à l’amour que je porte à mon enfant. J’aime mon fils de tout mon coeur, d’un amour viscéral. Mais la maternité n’est pas forcément faite pour tout le monde. Et faire un 2e enfant dans cet état d’esprit, même avec tous les avantages que pourrait apporter une fratrie pour le bien-être de mon fils, c’est aller droit dans le mur.

      Alors oui, on va faire en sorte d’ouvrir notre petit garçon au monde, d’inviter ses copains à la maison en temps voulu, on joue beaucoup avec lui et on propose régulièrement des sorties. Pour le moment ce n’est pas toujours évident car il n’est à l’aise qu’avec nous et sa nounou (même avec ses grand-parents ce n’est pas trop ça), j’espère que l’entrée en maternelle fera bouger les choses!

  6. Merci!!! C’est exactement ce que je ressens, j’aurais presque pu écrire cet article! Avec l’argument supplémentaire que je suis fille unique et n’ai jamais eu le sentiment d’être seule ou de m’ennuyer. L’argument supplémentaire qu’il y a toujours de la place à la maison pour accueillir un(e) petit(e) copain/copine… mais aussi (peut-être même surtout): je ne me sens pas (encore?) capable d’aimer un autre enfant comme j’aime ma première… wait and see de toute façon, on ne sait pas de quoi demain sera fait, mais ce « et le deuxième, c’est pour quand? » comme si c’était une obligation, bah c’est pénible!

  7. Merci pour cet article tellement LIBERATEUR et dans lequel je me retrouve mais complètement !
    Qu’on laisse les gens mener leurs vies comme bon leur semble…Chacun est libre de faire ce qu’il a envie
    On ne devrait même pas avoir à se justifier 🙂
    Maman d’un garçon de 3,5 ans, je ne sais plus combien de fois je l’ai entendue cette question.

    Et merci à vous pour votre blog rempli de bons conseils et de bonne humeur, ça fait du bien 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :