fbpx
Famille + Couple

Chères mères célibataires, comment faites-vous?

C’était une nuit où être mère prend tout son sens. Dans l’obscurité, l’enfant au front chaud et à la toux sèche blotti contre moi, j’ai pensé à celles qui géraient ça toutes seules. Ces mères célibataires qui le sont par choix ou non. Celles qui ont fait un bébé toutes seules parce qu’elles n’ont pas trouvé le père alors que leur horloge biologique s’apprêtait à sonner le glas. Celles qui n’avaient pas prévu d’être mères célibataires mais qu’on a plantées là. Ou celles encore qui aimaient l’homme mais pas le père et pour qui le passage d’amants à parents s’est mal passé.

Je pensais à ces femmes qui se retrouvent à tout gérer, qui sont devenues des expertes en jonglage, en agenda, en organisation et en sourire de façade. Parce que j’imagine les litres de larmes ravalées, j’imagine les épaules solides qu’il faut avoir pour éduquer un enfant et assumer l’entière responsabilité des choix que ça implique. Je les imagine si fortes, parce qu’obligées de se faire confiance, obligées de trancher, d’assurer. Par la force des choses. Parce que la vie en a décidé ainsi.

Rejoignez-moi sur Instagram pour toutes les photos en direct de notre vie en Californie.

Elles sont sur tous les fronts, dans toutes les circonstances, à l’eau, au moulin et le nez dans les comptes. Elles n’ont pas le droit de défaillir, de faiblir, de pleurer, de se plaindre. Ou en tout cas, elles ne se l’accordent pas. Elles n’ont personne à accuser en cas de raté. Elles ne délèguent pas, elles n’y pensent même pas. Elles n’ont pas de charge mentale, elles ont la charge tout court.

Lisez aussi: Il y a un enfant dans mon lit la nuit…

Elles sont la mère, le père, et même quand la tempête fait rage, elles gardent le cap, elles tiennent la barre, elles s’accrochent, serrent les dents et ne quittent jamais des yeux l’objectif: l’horizon apaisé, au loin. Faire de l’enfant agité un adulte bien dans ses baskets.

Lisez aussi: Les calendriers de l’Avent pour enfants qui changent de l’ordinaire

J’imagine la solitude et la fatigue. En couple, on partage les inquiétudes, les nuits difficiles, les trajets d’école, et les fous-rires. Les prises de tête aussi. Je pense à elles parce qu’elles s’endorment avec leurs peines et leurs joies et que personne n’est là pour pleurer ou se réjouir avec elles, personne n’est là pour leur dire que oui, ce moment-là était précieux et que oui, elles le chériront jusqu’à la fin de leur vie. Elles se font des souvenirs toutes seules, il n’y a pas d’autres témoins qu’elles de ce qu’elles vivent en famille. Elles sont celles sur qui on compte mais qui n’ont personne sur qui compter.

Lisez aussi: Pourquoi mon fils n’a ni parrain ni marraine

Chères mamans célibataires, vous avez toute mon admiration et toute ma compassion. Soyez fières de vous, de ce que vous arrivez à faire, pardonnez-vous vos errances et vos hésitations, autorisez-vous quelques heures en solo, sans culpabiliser, baissez les armes. Vous êtes des warriors, ne l’oubliez jamais.

Tu as aimé? Paie-moi un café!Tu as aimé? Paie-moi un café!

Publicités

(9 commentaires)

  1. J’ai pleuré en te lisant. Suite à un divorce j’ai été maman solo 2 ans avec 2 enfants qui avaient 1 an et 8 ans au moment du divorce. Biensur il y a un papa. Mais c’est moi qui avait (a) les enfants et qui gère tout le quotidien et les angoisses qui vont avec.

    Ma plus grande angoisse à cette époque était « je n’ai pas le droit d’être malade, grave malade.. ». J’ai eu une pyelonephrite avec scepticemie. J’ai refusée l’hospitalisation parce que je n’en avais pas le choix…

    Merci pour ton article.

    Aujourd’hui à nouveau en couple. C’est plus facile. Oui on peut se reposer et partager nos émotions et le quotidien. On se sent moins seule mais j’ai gardé cette habitude de gérer…

  2. Maman solo depuis 4 ans… 3 enfants de 5, 6 et 8 ans aujourd’hui
    Je n’arrive pas a refaire confiance à un homme… d’ailleurs je ne trouve ni le temps ni l’énergie d’essayer
    Ton texte est tellement juste que les larmes ont coulé toutes seules…
    « Celle sur qui tout le monde compte mais qui n’ont personne sur qui compter… »
    Juste merci

  3. Je n’avais pas trouvé le temps de venir lire ton article avant… Je viens de pleurer en le lisant et je voudrais te remercier d’avoir su mettre des mots sur notre vie. MERCI
    Amandine, 32 ans, maman célibataire depuis bientôt 3 ans, de Marius 5 ans 1/2 et Antonin bientôt 4 ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :