Enfant, etc

Mes névroses maternelles ou pourquoi j’interdis les raisins à mon fils

Ezra grandit et mes angoisses avec lui. Je vous avais parlé de cette inquiétude sourde qui ne vous quitte jamais une fois que vous devenez mère. Mais je me rends compte que je bloque sur des détails très précis. Et ce n’est pas forcément explicable. Journaliste, je suis amenée à faire état d’accidents domestiques pas si rares même si méconnus. Des familles sont anéanties par des drames que personne n’a vu venir alors qu’on aurait pu les prévenir. Je vous fais la liste de mes délires maternels du moment, qui exaspèrent régulièrement ceux qui m’entourent.

La noyade sèche

La noyade est l’une des causes de mortalité les plus fréquentes chez les enfants. Elle est silencieuse et parfois même, à retardement. Elle prend alors le nom de noyade sèche. L’enfant boit la tasse et, c’est ça qui m’angoisse, ce n’est pas forcément spectaculaire. Ses petits poumons se remplissent d’eau sans qu’on ne puisse rien y faire. Il n’y a pas de bouton rouge qui clignote sur son front pour nous avertir du danger. A la sortie de la piscine, tout va bien… Mais la mort peut survenir jusqu’à 72 heures plus tard. Il y a évidemment quelques symptômes: le teint devient grisâtre, l’enfant tousse régulièrement, il change de comportement… Bref, après chaque baignade, j’examine mon fils sous toutes les coutures. Une victime de noyade sèche peut s’en sortir si elle est détectée à temps. Pour éviter ça, je suis avec lui dans l’eau en permanence et il est équipé de brassards. Malgré tout ce que je mets en place pour le (et me) prémunir, j’y pense dès qu’on met l’orteil dans l’eau.

Le raisin et les olives

J’ai un jour lu un article qui m’a appris que le raisin était une cause fréquente d’étouffement mortel pour les enfants. Leur forme ovale et leur surface douce et lisse fait une sorte de joint étanche qui peut totalement empêcher le passage de l’oxygène dans les voies aériennes d’un jeune enfant s’il venait à en gober un tout entier. Idem pour les tomates cerises et pour les olives. Si Ezra doit en manger (mais je préfère éviter), je les coupe en quatre. Bon, pour le moment, il n’aime aucun des trois. Pour une fois, vous me voyez ravie de son manque de curiosité pour tout ce qui ne ressemble pas à un spaghetti.

Les escalators

Ado, mon grand frère travaillait dans un centre commercial. Il a vu une vieille dame chuter dans un escalator… et mourir. L’année passée, un ado belge a été sérieusement blessé à la jambe en essayant de passer par-dessus la rampe (bon, ce n’était pas très malin). En Chine, un enfant a vu sa main être engloutie sous la rampe de l’escalator. Ce sont des accidents, certes, mais atroces. Evidemment, les escalators excitent Ezra à mort. Quand je le vois s’approcher d’un escalier automatique, je panique grave, je sue, je le porte systématiquement (à son grand désarroi) et je m’énerve sur mon mec par réflexe, s’il est là.

Kidnapping

Bon, c’est un classique pour qui a grandi à l’époque de l’affaire Dutroux mais j’ai une trouille bleue des enlèvements. Un film pas terrible a récemment réveillé mes angoisses. « Kidnap » avec Halle Berry raconte l’histoire d’un enfant enlevé dans un parc sous les yeux de sa mère. Elle passe tout le film à poursuivre les kidnappeurs. Les statistiques sur les enlèvements d’enfants en Amérique ont de quoi faire peur: le film annonce qu’aux Etats-Unis, un enfant disparaît toutes les 40 secondes. Les plaines de jeux sont géantes en Californie, j’ai du mal à regarder Ezra jouer au loin en restant assise sur un banc. Je l’accueille donc à la sortie du toboggan, je l’accompagne sur les ponts de singe, avec une souplesse évidemment admirable et le ridicule chevillé au corps. On ne se refait pas.

Mais rassurez-vous, je ne suis pas la seule à être zinzin? Dites-moi: quelles sont vos névroses maternelles?

(17 commentaires)

  1. Je peux te dire qu’il y en avait eu et qu’il y a en a encore plein en ce qui me concerne (tu as ta journée ?) (:p):
    – les fausses routes (cacahuètes, olives, petits bonbons)
    – le kidnapping
    – le fait de les perdre dans le métro ou un bus bondé
    – le viol
    – la noyade (mon fils a fait une crise quand je l’ai interdit d’aller un peu plus loin lors des vagues d’Aquaboulevard)
    – etc etc
    :/

  2. J’avoue que si je garde ces angoisses dans un fond de ma tête, elles ne me paralysent pas au quotidien…Sinon, tout peut devenir un risque. Je rajoute les knackisà tes angoisses – à couper en deux dans la longueur avant de les couper en petits morceaux ;o)

  3. Ton article me réjouis (oui, oui) car j’étais ce matin même en train de me demander si je n’étais pas complétement névrosée ! La noyade sèche me fait flipper exactement comme toi. Les olives, les tomates cerises, les raisins, je les coupe aussi. Tiens d’ailleurs, j’ai aussi pris le pli de couper les saucisses dans le sens de la longueur car il parait que les knackis notamment sont régulièrement sources d’étouffement. Les escalators me font peur aussi. Et maintenant je vais aussi avoir peur des kidnapping ;-). Et puis j’ai aussi mes trouilles, le harcèlement scolaire, la pédophilie, les chutes … Bref; on n’est pas au bout de nos peines 😉 !!

  4. Le kidnapping, horrible ! Moi qui avant ne fermait jamais la porte de mon appartement, la ferme à double tour.
    La peur de la mort du nourrisson me quitte pas non plus … Je vérifie régulièrement qu’elle respire encore plus en journée bizarrement

    1. La première fois qu’on est venu en Californie avec lui, il était tard, le trajet était interminable, ils avaient perdu nos bagages… Il faisait torride. On était en juillet. En arrivant du côté de Palm Springs et ses 48 degrés, Ezra s’est endormi dans son siege auto, torse nu. Endormi profondément comme rarement. J’ai passé tout le trajet à le secouer légérement pour voir s’il respirait encore. Je compatis.

  5. C’est la noyade sèche et la noyade de façon générale qui me font personnellement peur. Mais c’est aussi dû à mon manque de souplesse intellectuelle : je m’aperçois parfois qq secondes trop tard que l’une de mes filles n’est plus à côté de moi. Et autant ma grande est super attentive aux dangers autant la plus jeune n’en a aucunement conscience. Bref, j’éduque au maximum et j’utilise mes derniers neurones pour redoubler de vigilance. Sinon, côté kidnapping, mon cœur de battre s’est un instant arrêté l’autre matin, alors que je venais de dire à ma fille aînée qu’on allait partir et que je voulais juste faire un saut à la salle de bains. Trois minutes plus tard, je suis de retour dans le salon et je vois la porte ouverte et elle au loin à côté de notre voiture. Elle avait’voulu Prendre de l’avance vu que j’arrivais …….

  6. La mort subite du nouveau-né m’a angoissée à chaque naissance, jusqu’à au moins 2 ans pour chacun de mes enfants. Noyade, kidnapping également. Je suis plus relax maintenant concernant l’étouffement et les fausses routes car je leur ai appris très tôt à mastiquer fort leurs aliments. C’est pourquoi je leur autorise, sous surveillance, les cacahuètes.

  7. on non rassure toi tu n’es pas seule….
    Moi je me rapproche de toi avec les raisins mais je rajouterai aussi les cacahuètes, les amandes, les carrés de chocolat….
    Et depuis peu, les piles plates (tu sais les petites….). j’ai entendu des choses abominables récemment là-dessus. je regardais la vidéo à 23h50 il y a 3 semaines et je suis allée réveiller mon chéri pour qu’on dégage toutes celles qui pouvaient traîner. la folle…
    Ah et puis je fais gaffe aux chiens….je suis bien placée pour savoir que même ceux qu’on dit « toujours très gentils » sont malheureusement capable de mal comprendre l’intention de quelqu’un….(je ne raconterai pas l’histoire ici je ne veux pas être responsable d’autres névroses lol).

  8. Oh mon Dieu moi aussi j’ai tellement d’angoisses… Et depuis que j’ai regardé The Affair, la noyade sèche en fait partie (je ne savais pas que cela existait avant)! J’ai aussi l’angoisse qu’il monte sur une chaise, ouvre la fenêtre pour regarde dans le vide et tombe. Et j’ai très peur qu’il tombe dans l’escalier de la maison de mes parents, qui est ultra raide…

    1. The Affair… mon angoisse s’est peut-être renforcée en regardant cette série maintenant que tu le dis. Même si je me souviens en avoir été consciente avant. Parce que devant l’écran, j’ai pensé: Ah ben voilà, je l’ai toujours dit. 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.