Expatriation en famille à l’île Maurice: J-42 jours

by seayouson

Ça y est, je commence à compter en jours, ça veut dire que l’échéance se rapproche à grands pas. Nous nous envolons pour une nouvelle expatriation à l’île Maurice dans 42 jours exactement. J’avais déjà fait un point à J-3 mois (l’article est ici). Voici où on en est et tout ce qui me passe par la tête actuellement.

La découverte de ce matin concernant notre expatriation à l’île Maurice

J’ai découvert ce matin que Wise (anciennement Transferwise) ne permettait pas de faire des virements depuis mon compte européen en Roupies Mauriciennes. J’utilisais Wise sans cesse aux USA. C’est grâce à ça que je payais mon loyer, mes factures, l’école… Mais il est vrai que j’avais ouvert un compte américain une fois sur place, pour les dépenses de la vie quotidienne. Il va falloir que j’ouvre un compte bancaire mauricien pour les transactions classiques. Une petite louche supplémentaire de paperasse, madame? Voici et bon appétit.

Je crois que j’ai trouvé une maison (et une voiture)

J’ai trouvé une maison. Du moins, je crois que j’ai trouvé une maison. Je n’ai pas encore signé le bail donc tant que ce n’est pas fait, j’y crois à moitié. Et d’ailleurs, une fois que le bail sera signé, je n’y croirai pas non plus tant que je n’aurai pas les clés dans la main et ensuite, dans la serrure. C’est pareil avec la voiture: je crois que j’ai trouvé une voiture mais le monsieur que j’ai eu au téléphone via Whatsapp m’a dit qu’on ferait le contrat ensemble, le jour de la livraison de la voiture. Parce que oui, ils la livrent là où j’habite apparemment.

Et oui aussi: ils sont tous hyper fans de Whatsapp à Maurice. J’envoie des mails, on me répond par Whatsapp. Surprenant.

Bref, je crois que j’ai une voiture mais j’y croirai quand je m’installerai au volant et que je tenterai de rouler à gauche, pour la première fois de ma vie. Les routes ne seront en tout cas pas les mêmes qu’en Californie ou en Belgique. Je sens qu’on va rire. Lisez l’article: La conduite en Californie: je double par la droite et je passe ma vie au drive-in.

Concernant la maison, elle est jolie en photos. Elle l’était aussi en vidéo. On est passé par une agence immobilière qui nous a fait le tour en direct. En Californie, on trouvait un appartement lorsqu’on était déjà sur place. J’espère que ça correspondra à ce qu’on a vu, mais je sais, pour l’avoir déjà vécu, que Dan, Ezra et moi, on se contente de peu pour être heureux. En Californie, on a vécu deux ans en dormant sur un matelas à même le sol, il y avait des cafards de l’espace qui traversaient ma cuisine par période (on vivait dans le désert californien, ça faisait partie du décor) et on avait un vélo et pas de voiture (Mon article à ce sujet: Au pays de la bagnole, je me suis mise au vélo: je n’ai jamais autant aimé me faire klaxonner.)

Je me contente de peu (mais ça dépend où)

C’est intéressant d’ailleurs: je me contente de peu, ailleurs, mais ce n’est pas forcément le cas quand on est en Belgique. J’ai plus d’exigences quand je vis dans le pays où je suis née. J’attends plus de ma vie ici, j’ai plus d’ambitions, je me compare beaucoup plus à ceux qui m’entourent, je suis plus hargneuse. Ailleurs, je suis instantanément plus légère: tant que j’ai mes hommes, du soleil, et un toit au-dessus de ma tête, je suis contente.

Le chat et la méthode Coué

Je n’ai toujours pas de réponse pour le chat. Je le regarde gambader comme un bienheureux dans notre jardin du Brabant Wallon pendant que je vous écris et je me dis que c’est normal. Je me convaincs que c’est normal. La méthode Coué vous connaissez?

La maison se vide et mon fils m’épate

Je suis assez zen en vidant notre maison. Je vends des bouquins sur Vinted au fur et à mesure de notre tri. Tous les jours, un petit peu. Plus les jours passent, moins j’ai envie de garder des choses. Ezra vit de mieux en mieux l’idée de se séparer de ses jouets. On se détache tous les trois du matériel.

Il me fait des piles de livres et de jeux de société en me disant: voilà, ça tu peux vendre, mais on le lit ou on y joue une dernière fois. Je m’exécute. Il arrive de lui-même à la conclusion qu’il a grandi et que ces jeux ou livres-là ne l’intéressent plus vraiment. Ça se fait dans la douceur, sans forcer. Mon grand garçon m’épate tous les jours. J’ai tellement hâte de vivre ce nouveau grand voyage avec lui.

La promesse que je ne tiendrai probablement pas

Je ne sais pas trop ce que j’ai envie de prendre avec moi. Je crois que je commence à me connaître. En Californie, j’ai vécu dans le même short en jeans Levis pendant trois ans (il a fini par rendre l’âme d’usure). Je suppose que je vais me trouver ma tenue mauricienne rapidement et ne plus jamais la quitter. J’envisage un maillot de bain. D’ailleurs, j’ai envie de faire des longueurs. On aura une piscine privée. Du coup, je me dis que ça serait bête de ne pas en profiter pour me remettre en forme.

Je suis en forme d’ailleurs, j’ai fait plein de rendez-vous médicaux pour m’en assurer avant de partir: cardiologue (j’ai des palpitations depuis toujours), dermato, gynéco… Je me marre en écrivant ça parce qu’on avait une salle de sport dans le complexe d’appartements où on vivait en Californie. Je me voyais déjà, telle une vraie Californienne, aller suer sur mon tapis de course chaque matin. En vrai, j’y allais une fois toutes les trois semaines: je préférais aller lire un bouquin sur un transat. Qu’en sera-t-il à Maurice? Le suspense est à son comble.

J’ai demandé à mon homme à quoi il pensait, lui, à 42 jours du départ…

Je viens de demander à Dan à quoi il pensait à 42 jours de notre expatriation à l’île Maurice. Il m’a répondu: « C’est comme la naissance d’Ezra: j’y penserai quand on y sera. » Pendant la grossesse, il avait du mal à se projeter. Il est devenu père à l’accouchement, quand c’était concret. Vous allez peut-être penser: sympa, la charge mentale. Mais dans notre couple, chacun gère ses domaines, sans que l’autre interfère. On se fait confiance, c’est très efficace comme méthode.

L’expatriation à l’île Maurice (ou ailleurs), donc, c’est moi! Je gère tout le pratique: la maison, l’administratif, les visas, l’école… Je fais des points réguliers avec Dan sur mes découvertes. Je lui expose ce que je crois bien. Si j’hésite alors que j’ai bien étudié la question qui m’occupe, je le laisse trancher. Il a le recul que moi je n’ai plus. Efficace, je disais.

Donc Dan est en train d’enchaîner les montages sonores de notre projet de podcast privé A cœur ouvert, il fait les montages vidéos de mes capsules vidéos pour la télé, tout ça en plus de son temps plein en tant que monteur vidéo pour un site d’info et accessoirement, il fait de la musique et donne des cours de guitare. « Tu crois que j’ai le temps de penser à l’île Maurice? », me dit-il. Je me marre. L’ambiance est bonne mais on est tous les deux débordés.

On commencera à comprendre ce qu’on a fait quand on sera dans l’avion, le 2 août.

Inscris-toi à la newsletter du dimanche Sea You Sunday et reçois un mail de ma part chaque dimanche. Rejoins-moi sur InstagramFacebookYouTube et Pinterest. Si tu aimes le blog, tu peux aussi me payer un café pour le soutenir. Enfin, tu peux également te procurer mon Guide de la Belgique en famille qui rassemble 100 activités à faire en famille à travers tout le pays.

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.