...
Famille + Couple

Les pires remarques qu’on m’a faites depuis que je suis mère (et ce que j’aurais dû répondre)

Il y a des phrases qui vous marquent dans le bon sens, qui deviennent des mantras et qui vous tirent vers le haut. Et puis, il y a les autres… Depuis que je suis mère, j’ai eu droit à des commentaires désagréables et des jugements à l’emporte-pièce. Certaines phrases m’ont plus marquée que d’autres. Voici quatre des pires remarques qu’on m’a faites depuis que je suis mère. Et vous, dites-moi: quels sont les commentaires qui vous ont heurtées, auxquelles vous repensez et pourquoi?

« Madame, c’est à vous de savoir, c’est vous la mère »

Ezra avait quelques semaines à peine. J’étais une jeune mère un peu perdue. J’avais l’humilité d’admettre que j’avais tout à découvrir et que j’étais avide d’apprendre. Quand mon tout petit bébé s’est mis à se tortiller régulièrement après le biberon, je me suis que peut-être avait-il mal au ventre. On m’avait tant parlé du reflux œsophagien et des coliques… J’avais les sens en alerte et je voulais, évidemment, bien faire.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

En me rendant à la pharmacie du coin pour acheter du lait en poudre, j’ai demandé au pharmacien ce qu’il pensait de l’attitude de mon enfant après avoir mangé. Est-ce qu’il était possible que ça soit du reflux? Il m’a regardée avec un œil bovin en me lâchant, sans pitié: « Madame, c’est à vous de savoir, c’est vous la mère. » Je n’ai rien su répondre mais ça m’a été droit au cœur. Je manquais déjà un peu d’assurance, j’avais besoin d’un conseil pertinent ou d’un peu de bienveillance au lieu d’un jugement agacé.

En me disant ça, il mettait en doute ma capacité à être une bonne mère. J’ai trouvé ça nul et j’y pense encore régulièrement. Ça fait partie des phrases qui m’ont donné envie d’ouvrir ce blog: il fallait que je canalise ma colère et que je trouve un moyen de faire exactement l’inverse de ce que mon pharmacien avait fait ce jour-là: rassurer les mères au lieu de les enfoncer.

Ce que j’aurais dû répondre

J’aurais dû lui dire qu’il m’avait blessée, que j’essayais juste d’avoir un conseil pertinent de quelqu’un qui pouvait peut-être s’y connaître mieux que moi. Qu’en lui posant cette question, je lui avais fait confiance et que son attitude n’était pas digne de sa blouse blanche.

« A quoi servent tous ces seins? »

Je vous en avais déjà parlé ici. Mais ça fait partie de la palme des remarques les plus débiles que j’ai entendues depuis la naissance de mon enfant. C’est à un dermatologue examinant mes grains de beauté qu’on la doit. Je venais de lui annoncer que je n’allaitais pas. Ça a été sa réaction. Je ne comprends toujours pas pourquoi on a parlé allaitement ce jour-là.

Ce que j’aurais dû répondre

Les médecins ont toujours une sorte d’emprise sur leurs patients. On leur fait confiance et certains en profitent. J’aurais dû signaler son attitude au secrétariat à la sortie et demander ce que je pouvais faire contre ça. Parce que ça me semble assez évident que s’il se permet cette remarque avec moi, il le fait également avec d’autres. Et ce n’est pas normal d’être mal à l’aise à ce point lors d’une consultation.

« Ta situation aux USA est trop précaire, tu vas traumatiser ton enfant »

C’était un commentaire sur Facebook, venant d’une abonnée actuellement aux USA et qui a, selon ses critères, une meilleure situation d’expatriée que la mienne. Sous prétexte qu’on partage certaines pensées intimes, les gens croient qu’ils connaissent tout de votre vie et qu’ils ont donc tous les éléments en main pour juger. J’ai trouvé cette analyse de mon retour temporaire déplacée et hyper brutale sachant que mon objectif en tant que mère est de trouver le bon équilibre entre mes envies d’adulte et les besoins de mon enfant. Le problème n’est pas que les gens pensent ça, mais la façon dont ils le formulent. Ici, ce n’était pas une interrogation ou une inquiétude, c’était un jugement lapidaire sans aucune possibilité de discussion.

Ce que j’aurais dû répondre

J’ai répondu sur les réseaux sociaux en lui expliquant que son commentaire était déplacé et que je n’avais pas besoin de son jugement. Elle a été surprise que je puisse le prendre comme ça. Souvent, les gens derrière leur ordinateur ne se rendent pas compte qu’ils ont dépassé les bornes. Finalement, c’était peut-être un malentendu?

« Il serait temps de lui couper les cheveux, non »

Je ne compte plus les commentaires de ce genre reçus sur la longueur des cheveux de mon fils. Je sais bien qu’ils sont longs, plus longs que la moyenne pour un petit garçon, trop longs à cause du confinement qui a fermé le coiffeur chez qui j’avais prévu de me rendre avec lui en mars. Mais ses cheveux étaient déjà longs avant la pandémie de coronavirus et c’était voulu. On aime bien son petit look de surfeur. On l’entretient. Et les gens se permettent de dire devant moi et, pire, devant lui: que c’est « trop long », qu’on dirait « une petite fille ». Brad Pitt a eu les cheveux longs et ça n’a jamais choqué personne. Ashton Kutcher a les cheveux mi-longs et il est très sexy comme ça. Tom Cruise, Johnny Depp, Justin Bieber, Jake Gyllenhaal, ils ont tous eu les cheveux longs. So what?

Ce que je devrais répondre

Je devrais dire que critiquer le physique d’une personne en général et d’un enfant en particulier, c’est déplacé. Et que je n’avais, de toute façon, pas sollicité un avis sur la question. Qu’une remarque désagréable sur les cheveux de quelqu’un, peu importe l’âge de ce quelqu’un, c’est comme une remarque sur le poids: ça ne se fait pas. On ne commente pas le physique d’une personne publiquement. Les goûts des uns ne sont pas les goûts des autres. On ne fait pas remarquer à une petite fille qu’elle serait « plus mignonne » en jupe, on ne dit pas à un enfant qu’il ferait mieux « d’arrêter de manger parce que qu’est-ce que c’est que ces grosses joues? », on ne dit pas non plus à un petit garçon qu’il doit aller chez le coiffeur « parce que sinon on va te prendre pour une fille ».

Et vous, quels sont les remarques les plus énervantes qu’on vous a faites depuis que vous êtes maman?


Soutiens-moi: paie-moi un caféSoutiens-moi: paie-moi un café
.
Publicités

(14 commentaires)

  1. Merci pour ce billet très nécessaire et vrai! Le coup du « c’est vous la mère, vous devriez savoir », je crois qu’on y a toutes le droit. De mon côté, je crois que le pire a été ma propre mère, qui n’a pas trouvé mieux, lorsque je lui avais demandé de l’aide pour la garde de mon 2ème enfant parce que j’étais débordée, de me dire : « tu as pris un congé parental, ça sert à s’occupper de son enfant » alors que j’avais juste l’aîné et la maison à gérer en plus .
    Au-delà des remarques désagréables et débiles : je suis régulièrement touchée par les personnes qui ne comprennent pas qu’on est juste en 2020 et qu’on ne vit plus comme du temps de nos parents!

  2. Comme
    Tout le monde : tu devrais le laisser’pleurer : un bb c’est fait pour rester dans son parc/ tu l’allaites’pas? Tu devrais / moi de mon temps / faut lui acheter des chaussures / …

  3. Pas vraiment en réponse à ton post mais je n’avais genre JAMAIS remarqué qu’Ezra avait les cheveux longs. Enfin si, min œil a du le voir, mais mon cerveau est passé au dessus de ce détail. Les gens me font flipper avec leurs commentaires/jugements à gogo!

    1. Disons qu’on essaie de le coiffer mais il peut vite avoir une tête d’enfant sauvage pendant la journée, avec cheveux dans les yeux… C’est plus visible du coup!

  4. Coucou! Le commentaire bateau : c’est vous la mère, c‘est vous qui savez… j’y ai eu droit aussi!! Mais le pire dont je me souvienne tant il m’avait choqué, c’est chez le coiffeur justement 😉 avec ma première, après avoir demandé si elle prenait bien les bébés, elle m’a répondu : oui, mais si elle est sage et qu’elle ne pleure pas!! Mais comment anticiper ça avec une petite de moins de deux ans?! C son premier coiffeur, la découverte quoi… Les gens se rendent parfois pas compte de l’absurdité de leurs propos!! 🙄

    1. Oui en gros c’est une remarque qui te met déjà la pression avant d’y aller. Evidemment que tu espères que ton enfant sera gentil… Pas la peine d’enfoncer le clou. C’est déjà un défi en soi.

  5. Des remarques difficiles j’en ai pris et j’en prends encore avec ma 3ème…j’ai juste appris à relativiser (la plus part du temps 🙂 ). Le commentaire qui a été le plus dur pour moi, est venu du premier pédiatre de mon aîné. Mon fils d’un mois, allaité, avait perdu environ 100gr (il faisait plus de 4kg à la naissance donc rien d’hyper alarmant non plus). Et sans poser aucune question sur nos habitudes,…j’ai eu droit à un « maman n’a pas bien fait son travail » et des mauvais conseils pour l’allaitement.

  6. Un commentaire qui m’a marqué et auquel je repense souvent: Je venais de reprendre le travail après un congé parental de 3 mois, j’étais contente de rependre, je ne ressentais pas de culpabilité, je savais mon bébé de 6 mois entre de bonnes mains. Bref, j’étais sereine. Mais un des premiers soirs , après avoir récupéré mon fils je passe à la pharmacie et le dit bébé pleurait un peu dans sa poussette. Je dis à la pharmacienne qu’il est sûrement fatigué de ses premières journées différentes (en y repensant je me demande bien pourquoi j’ai ressenti le besoin de me justifier et donc de m’excuser que mon enfant ne rit pas aux éclats devant elle…) et la voilà qui s’adresse à mon bébé en lui disant: oh tu es triste que ce ne soit plus ta maman qui te garde? Je lui réponds que non, je ne pense pas qu’il soit triste. Je n’ai pas pris la décision de retourner travailler pour rendre triste mon enfant merci. Et là, elle insiste, bah oui il faut bien aller travailler, mais y’ a rien de mieux que d’être garder par sa maman quand même…. Je ne suis pas du tout d’accord avec elle et surtout je ne le vivais pas bien du tout qu’elle s’adresse à mon bébé pour lui dire ce qu’il devait ressentir.
    Pendant un moment j’ai évité cette pharmacie et j’étais très énervée contre cette dame, et puis après réflexion je me suis dit qu’elle avait peut-être projeté sa propre situation, ou un truc qui chez elle s’était pas bien passée…
    Bon entre temps j’y suis retournée et elle a été super sympa et n’a jamais re jugé mon manque d’organisation par exemple ou mes questions chelou 🙂
    Mais quand même cette situation m’a marqué….

    1. Oui, je crois que les gens ne se rendent pas compte… Elle a probablement voulu compatir et elle a dit un truc que tu n’avais absolument pas envie d’entendre à ce moment là… C’est souvent de la maladresse. Mais ca n’empêche que c’est très énervant.

  7. Pour moi la pire remarque a été d’une vendeuse de chez Orchestra (Drogenbos). Situation inverse, j’ai allaité et une fois qu’il a eu 6 mois, j’ai voulu passer au biberon. Mon bouchon refusait totalement. Je me suis rendue chez Orchestra pour essayé de trouver une autre tétine, dans l’espoir qu’il l’accepte enfin. J’explique mon problème à la vendeuse qui se trouve en rayon qui me répond : C’est de votre faute, il ne fallait pas l’allaiter si longtemps maintenant il ne voudra plus jamais du biberon.
    Je n’ai rien répondu et je suis partie les larmes aux yeux. Au final, j’ai allaité jusqu’à 8 mois et demi et j’ai fini par trouver une tétine qui lui plaisait…

    1. J’ai eu une très mauvaise expérience chez Orchestra Drogenbos. J’avais trouvé la vendeuse détestable. C’était peut-être la même?

      1. C’est bien possible, mon fils à 3 ans et demi maintenant et je n’y ai plus remis les pieds et je ne compte pas y retourner 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :