...
Belgique

Microaventure en Belgique: le jour où on a libéré un fantôme à l’Abbaye de Villers

Il y a un truc qu’il faut que je vous avoue: j’adore découvrir de nouveaux horizons en dehors des frontières où je suis née mais je connais finalement assez peu mon propre pays. J’ai décidé de profiter de ce break forcé dans notre expatriation pour regarder mon pays avec des yeux de touriste, pour faire fi de mes a-priori et oublier tout ce que je crois connaître. Il paraît que le voyage commence en bas de chez soi. Je vais donc visiter la Belgique et j’ai fait ma première microaventure en Belgique à l’Abbaye de Villers.

Staycation, l’aventure en bas de chez soi

Les voyages de proximité sont, en fait, très à la mode. On appelle ça la microaventure, donc, ou le staycation: contraction de to stay, qui veut dire rester en anglais, et vacation, qui se traduit par vacances. L’idée est de refuser la routine qui s’impose naturellement à nous quand on travaille à temps plein et quand on est parents et de mettre de la joie et de la découverte dans notre quotidien.

Le staycation, c’est une véritable façon de vivre pour de plus en plus de gens. On pollue moins, on évite le tourisme de masse, on s’offre des mini-vacances régulièrement au lieu d’attendre, exsangue, notre break annuel qui tarde à venir et qui est, de toute façon, toujours trop court. Nos expéditions se feront principalement le week-end et en début de semaine: au lieu de prendre un gros break annuel, j’ai posé les lundis et mardis d’été de congé.

Lisez aussi: Trois logements insolites en Belgique pour une nuit en famille inoubliable

Microaventure en Belgique: l’Abbaye de Villers

Rendez-vous donc à l’Abbaye de Villers pour notre première microaventure en Belgique. L’Abbaye a été fondée en 1146, sur l’invitation du chevalier Gauthier de Marbais et de sa mère Judith. L’abbaye fut d’abord de style roman avant de subir un lifting gothique, 40 ans plus tard. Au 18e siècle, l’abbaye est réaménagée en style néo-classique. En 1796, c’est le début de la fin: la Révolution française chasse les moines, l’abbaye est saccagée. Depuis, les ruines ont été restaurées et consolidées et l’Abbaye de Villers est classée patrimoine exceptionnel de Wallonie.

L’endroit est assez magique: à côté des ruines majestueuses, on se sent bien peu de choses. On imagine sans trop d’effort, grâce aux explications détaillées et franchement bien foutues, l’endroit où les moines mangeaient ou dormaient. Je me suis souvenue que j’avais vraiment bien aimé mes cours d’histoire consacrés au Moyen Âge en secondaire.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

On peut se balader dans les jardins, dont l’un est consacré aux plantes médicinales. L’occasion d’expliquer aux enfants qu’avant, on ne contactait par le médecin à chaque petit bobo mais qu’on se soignait avec des plantes. Il y a également un vignoble. L’occasion d’expliquer aux enfants que ça aussi, c’est une forme de médicaments pour les grands…

La trop bonne idée pour les minus

Pourquoi aller à l’Abbaye de Villers en famille? Parce que l’endroit est parfait pour les fans de l’époque des chevaliers, qu’il y a de l’espace pour se dégourdir les jambes et un petit carnet très bien fait pour les enfants. Les explications historiques sont à leur portée et le petit fascicule propose des jeux et des énigmes à résoudre à chaque étape. Avec son livret baptisé « Moi, Radulphe », du nom du moine qui l’invitait à le suivre, Ezra n’a pas vu le temps passer. Radulphe lui demandait de l’aider à « libérer le fantôme » de l’abbaye. Pour les enfants de l’âge du mien (4 ans), c’est un défi qui fonctionne évidemment du tonnerre.

Et pour les grands: un crime à résoudre

Pour les plus grands, à partir de 10 ans, une grande enquête criminelle est organisée dans l’Abbaye. Le corps d’une femme a été retrouvé dans les ruines. Qui l’a tuée et pourquoi? Voici le pitch de Meurtre à l’Abbaye. C’est génial pour s’instruire en s’amusant. Ça change en tout cas des visites que je faisais avec mes parents en traînant les pieds. C’est beaucoup plus didactique, voire même interactif, qu’avant.

Quand le passé rencontre le futur: la tablette interactive

Justement… Un autre truc à tester en famille pour cette microaventure en Belgique à l’Abbaye de Villers: la tablette interactive qui « superpose des images de synthèse à la perception de réalité ». À certains endroits précis de l’abbaye, vous tendez la tablette devant vous et elle montre à quoi ressemblait l’abbaye au Moyen Âge. On peut voir ce qui a disparu et là encore, il y a une énigme à résoudre pour les enfants. Pour les fanas des écrans, c’est une façon comme une autre de les faire bouger du canapé avec un peu de motivation.

Lisez aussi: Non, l’été n’est pas annulé… alors qu’est-ce que vous attendez?

L’Abbaye de Villers est historique et dynamique: il y a toujours de chouettes événements sur ses terres. Ainsi, cet été, il y aura Les Estivales: des concerts intimistes organisés dans l’église abbatiale. Sont annoncés: Saule, Marka, Bai Kamara Jr., BaliMurphy… De quoi s’en prendre plein les oreilles et plein la vue à la fois. Je n’ai jamais assisté à un concert sur place mais je suis sûre que l’acoustique doit être dingue.

Les informations pratiques sont ici mais sachez que l’entrée est payante: 9 euros pour les adultes, 4 euros pour les 6-12 ans, gratuit en-dessous.


Soutiens-moi: paie-moi un caféSoutiens-moi: paie-moi un café
.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :