Famille + Couple

Tout ce que j’ai fait quand j’étais petite et que je veux que mon enfant fasse

Pour prolonger notre discussion sur Instagram, voici toutes les choses que j’ai faites, petite, et que j’aimerais que mon fils fasse aussi. Parce que je me souviens de ce sentiment de liberté qui m’étreignait alors, des éclats de rire qui faisaient mal aux joues, des guilis dans le ventre… Les souvenirs sont vivaces et tellement doux. Qu’ajouteriez-vous à cette liste?

  • Construire une cabane dans la forêt avec des branches et des feuilles.
  • Manger des Petits Princes en enlevant d’abord le biscuit du dessus avant de lécher le chocolat.
  • Dévaler une côte en vélo, sentir le goudron chauffé par le soleil sous les roues et le vent foutter ses joues.
  • Jouer à Docteur Maboul.
  • Prendre un bain de minuit.
  • Ecoutez le bruit des vagues dans un grand coquillage.
  • Lire des livres en se cachant sous la couette parce qu’il est censé dormir. Et faire semblant de dormir en entendant mes pas.
  • Dormir sous une tente dans le jardin en été.
  • Se coucher dans l’herbe, observer les nuages et y voir des éléphants ou des gâteaux.
  • Faire une bombe dans la piscine.
  • Observer les étoiles filantes.
  • Ecrire des petits mots à ses copains en classe. Et les garder dans une boîte à la cave, éternellement.
  • Dormir jusqu’à midi. Manger. Retourner faire une sieste à 14 heures.
  • Faire des descentes de luge aux premiers flocons de neige.
  • Marcher sur le trottoir sans toucher les lignes entre les dalles. Ou traverser la rue en sautant d’une bande blanche à l’autre.
  • Vibrer au son d’une musique particulière et l’écouter en boucle dans ses écouteurs.
  • S’installer devant le four en regardant le gâteau gonfler sous l’effet de la chaleur.
  • Remplir un cahier d’amitié. Et demander à ses amis de remplir le sien.
  • Chanter autour d’un feu de camp, les yeux rivés sur les braises qui crépitent.
  • Partir en classe verte. Ou en classe de neige. Mais avec ses copains de classe. Et prendre le lit du dessus, dans le dortir aux lits superposés, pour observer chaque mouvement.
  • Manger le quignon de la baguette sur le retour de la boulangerie.
  • S’endormir dans la voiture lors d’un long trajet. Entendre le moteur qui s’éteint, sentir l’air frais s’engoufrer dans l’habitacle quand la portière s’ouvre et se sentir être soulevé dans les airs et être porté jusqu’à son lit.
  • Ecouter les conversations de grands, mine de rien.
  • Economiser pour se payer un truc dont il rêve vraiment (mais pas un portable, pitié).
  • Faire un tour en cuistax sur la digue de la côte belge et manger une gaufre de Bruxelles au chocolat-crème fraîche après.
  • Faire d’une virée au Quick un moment de fête.
  • Avoir le coeur qui bat d’angoisse et d’excitation avant d’inviter une fille à sa première boum.
  • Feuilleter des albums de famille aux photos un peu jaunies et aux légendes écrites à la main.
Publicités

(18 commentaires)

  1. Quelle belle liste… Celle que j’ai vécue aussi (hormis la belgitude!) et que je rêve que mes filles aient l’occasion de vivre, même si ça va être difficile pour certains points. J’y rajouterai, entre autres, de mettre des framboises au bout des doigts pour les manger! Et d’accepter le petit billet que mamie glisse discrètement dans leur main.

  2. C’est vraiment une très jolie liste. Parfois j’ai l’impression que les enfants d’aujourd’hui sont un peu moins innocents que nous au même âge (ou alors c’est mon côté vieille conne, je ne suis pas sure)

    1. Non, je te rejoins… Je pense qu’on les occupe trop et que du coup, ils ont moins le temps de s’ennuyer et ils font moins d’effort pour se trouver des activités par eux-mêmes…

  3. Courir derrière la camionnette du marchand de glace, mettre les talons de ma maman et son rouge à lèvre le temps d’une soirée avec la babysit, manger des miracolis, faire des camps avec mon frère et ma sœur dans les travaux du TGV, aller chez le libraire acheter des auto-collants pour mon album d’Hélène et les Garcons, faire des listes avec les plus et les moins de mes deux amoureux pour savoir lequel je préférais…

  4. Cuistax? Je te rejoins pour le feu qui crépite, et les camps d’été. J’adorais ça ! Personnellement je passais alors ma vie au centre équestre. Enfant j’y étais toute la journée le samedi et le dimanche, et les vacances scolaires. C’était ma deuxième maison et finalement je n’ai pas tant de souvenirs à part ça. J’aimerais aussi qu’elles vivent des moments précieux avec leurs grands parents, leur tante et cousins, leurs parrains et marraines, des moments rien qu’à eux. Faire des plateaux repas devant des dessins animés. Se coucher très tard pour une occasion spéciale. Avoir un restaurant d’enfant favori, celui auquel elles ont toujours envie d’aller et où elles sont bien accueillies (mais pas un fast food). Lire jusqu’à tard dans la nuit. Imaginer mille moments. Qu’elles passent un dimanche soir avec leur amoureux ou leur amoureuse pour faire un pied de nez à la fin de semaine, qu’elles aient un ou une meilleur(e) ami(e) sur qui elles peuvent vraiment compter…

    1. Je te mets la définition du Larousse parce que j’ai du mal à t’expliquer: En Belgique, véhicule de promenade à pédales, en usage sur le littoral. 😀 Typique de chez nous mais il y en a aussi sur la côté sud en Californie… Perso, je passais ma vie à la danse, 4 heures de cours/semaine. On pourrait donc ajouter, effectivement, avoir une activité sportive qui le passionne… Pour les grands parents, j’aurais aimé aussi mais c’est plus compliqué niveau familial pour moi. Trop chouette tous tes ajouts. On va faire en sorte que nos enfants fassent tout ça, hein oui?

      1. Ooooh oui je faisais ça dans le jardin de ma voisine, je l’ai oublié dans ma liste, c’était trop chouette.

  5. Je n’arrive pas à mettre de mots pour le décrire mais j’ai vraiment à cœur que mon fils vive comme moi, enfant, le sentiment de liberté : jouer sans avoir de notion du temps, inventer des histoires sans fin avec ses amis, apprendre à s’occuper des escargots et des oiseaux, se balader sur les bords de plage le soir avec pour seul objectif de manger une glace et respirer l’air marin, se balader en forêt avec pour seul objectif d’être ensemble et de respirer la nature, … Quand on est adulte, tout est calculé, rentabilisé… J’espère que je saurai m’alléger des contraintes pour lui offrir ce que j’ai eu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.