Famille + Couple

Pourquoi les enfants de trois ans sont les meilleurs (et tout ce qu’ils ont à nous apprendre)

Threenager. def: Nom anglophone donné un enfant de trois ans agissant comme un adolescent.

Les Américains sont mes héros rien que pour les termes rigolos qu’ils inventent pour définir un concept. Ainsi, je viens d’apprendre que je vivais avec un Threenager, contraction entre Three et Teenager. Le Threenager est donc l’enfant de 3 ans qui agit continuellement comme un adolescent. Le Threenager est aussi têtu que celui qu’il sera probablement à 13 ans.

Il discute tout ce qu’on lui propose, argumente, vous ignore quand vous lui annoncez qu’il est temps de faire quelque chose qu’il n’a pas envie de faire (ranger, aller dormir, prendre un bain), n’a aucune patience (le feu est à peine devenu vert qu’Ezra crie: « Mais avaaaance ») et veut absolument tout faire lui-même, qu’importe la difficulté de la tâche.

Les articles américains qui parlent de ce Threenager nous disent à quel point les enfants de cet âge ont des choses à nous apprendre. Et je n’ai pas eu besoin de réfléchir bien loin pour être d’accord…

L’enfant de trois ans a confiance.

Il a confiance en vous, en son institutrice, il a confiance en l’avenir. Il est optimiste, il croit que tout ira bien. Il n’a jamais été confronté à la peine, au manque. Rien ne l’effraie, il se fout de ce qu’on pourrait bien penser de lui. Il est lui-même à 300 pourcents. C’est à prendre ou à laisser.

On devrait en tirer des leçons à l’âge adulte. Ne pas se laisser écraser par nos douleurs du passé, déjà. Et oser être soi. Bien entendu, la vie en société exige des compromis mais à force d’en faire, souvent, on s’oublie, on a tendance à arrondir les angles, à lisser les traits de notre caractère qui font pourtant de nous une personne exceptionnelle. A notre âge, il est temps d’avoir confiance en nous et d’être exactement ce que l’on souhaite être.

L’enfant de trois ans aime passionnément.

Et à la folie. Ou pas du tout quand il s’agit de légumes mais c’est un autre débat. Les câlins sont des coups de boule, les bisous se collent sur la bouche, il s’agrippe à notre corps comme un petit koala, il se jette dans nos jambes quand on ouvre la porte de sa classe. C’est intense et jamais feint.

Pendant ce temps, on tergiverse, on campe sur nos positions, on refuse de s’excuser, on en veut aux autres pour des bêtises et on oublie que la seule chose qui compte, c’est l’amour qu’on se porte. Et si on aimait un peu plus fort? Sans réfléchir? En laissant juste parler notre coeur?

Le Threenager est marrant.

Il est marrant parce qu’il n’a aucun filtre. Il n’a aucune conscience des sujets qu’il a le droit d’aborder ou non. Il ne connaît pas la gêne. Il provoque malgré lui des situations hilarantes. Il prononce encore mal certains mots, c’est souvent sujet à une franche rigolade. Il rigole à vos blagues de bon coeur et il commence à en faire. Vous ne les comprenez pas toujours mais n’empêche: c’est drôle.

Pendant, ce temps, on râle parce qu’il fait trop froid, parce qu’on a trop chaud, parce qu’on a mal dormi, parce qu’on n’a rien à se mettre. On sourit souvent mais ça fait longtemps qu’on n’a plus rigolé à en avoir mal au ventre. Stop à l’humeur maussade, remettons de l’humour dans notre vie.

L’enfant de trois ans est curieux.

Pourquoi le soleil se couche? Pourquoi les autres animaux, ils ont peur du loup? Pourquoi t’as pas de zizi? Pourquoi je dois aller à l’école? Pourquoi je dois manger des fruits? Il veut tout savoir, tout comprendre. Il n’a jamais peur de poser la question qui le taraude. Et il n’est jamais satisfait de la réponse: il veut toujours en savoir plus…

On voit le monde tel qu’il est et on oublie parfois de s’en émerveiller. Et parfois même de le questionner. Tout nous semble dû. Mon enfant de trois ans me rappelle que la magie est partout, qu’il suffit de la regarder. Il me rappelle aussi qu’il est bon de chercher les réponses aux questions qu’on se pose. « Parce que c’est comme ça » n’est pas une réponse acceptable. Avec l’amour, la curiosité, l’apprentissage est la base de tout.

Le Threenager est exigeant.

Avec lui-même et avec les autres. Il sait ce qu’il veut et où sont ses limites. Il formule ses exigences, refuse ce qui ne lui convient pas. Et il ne se contente généralement plus d’un « non » arbitraire, comme il le faisait à 2 ans. Désormais, il argumente, il développe ses idées avec la conviction d’un avocat de la défense, il n’est jamais à court d’idées pour vous rallier à sa cause.

Et si on osait taper du poing sur la table pour faire entendre nos arguments nous aussi? Ca changera du traditionnel « Comme tu veux » qu’on sert à tout va pour éviter d’avoir à se poser de réelles questions sur ce qu’on veut vraiment.

Publicités

(10 commentaires)

  1. J’adore ta manière d’aborder le sujet des enfants de 3 ans et tu m’as appris quelque chose avec le threenager !

    Tu as bien raison, nous avons beaucoup à apprendre des enfants, c’est dommage d’être passé par là et d’avoir perdu certaines façons de voir les choses.

    J’en parle aussi des enfants de 3 ans avec le côté plus ludique mais toi tu amènes une certaines réflexion qui ferait du bien à beaucoup d’adultes !

    https://ludiklife.com/2018/04/09/comprendre-les-enfants-de-3-ans-%F0%9F%98%89/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.