Famille + Couple

De couple à parents: tout ce qu’on a appris en trois ans

Bruxelles, 17 décembre 2015. 13h45. 16 degrés. Ezra est né sous des chaleurs tropicales. Il ne devrait pas être dépaysé pour ses trois ans… On le fêtera comme il se doit sous les palmiers de Palm Springs et je lèverai mon verre à ce qu’on est devenu ce jour-là: des parents. 

En trois ans, on a plus de cheveux blancs et nos rides au coin des yeux se sont creusées. Elles témoignent de toutes ces nuits sans sommeil, de celles qui commençaient bien mais qui prennent fin bien trop tôt et des autres, en pointillé, interrompues par une quinte de toux ou un doudou égaré sous la couette. Elles disent aussi nos fous rires. Parce que quand on est crevés, il faut rire pour ne pas pleurer. 

En trois ans, on a appris à se parler sans un mot pour ne pas qu’il comprenne. Et on a souvent chuchoté pour ne pas le réveiller. On a appris à emmailloter, à se faire confiance, à lui faire confiance, à lâcher prise. On a appris à rassurer, à consoler, à moucher. On a fait l’avion pour une cuillère de purée et le pompier quand il ne voulait plus de l’avion. On a testé toutes nos limites et toutes nos résistances: au manque de sommeil comme à la douleur. Ceux qui ont déjà marché sur un Lego ou une petite voiture en métal dans l’obscurité de la nuit savent de quoi je parle.

On a appris à partager notre lit et notre assiette. Je n’aurais jamais cru qu’un jour je n’aurais pas envie de planter une fourchette dans la main qui ose s’approcher de mes frites alors que je n’ai pas fini de manger… On a appris à se contenter d’un rien, à être moins égoïstes. On a appris les noms de toutes les voitures du dessin animé « Cars » et on apprend tous les jours à répondre à des questions qu’on ne se posait même pas. Les réponses ne sont pas toujours justes mais elles sont souvent drôles.

On a donné mille bains, autant de biberons. On s’est penché tous les soirs pour ramasser des jouets et des fringues qu’on retrouve au même endroit le lendemain. On est revenu chaque soir faire « encore un bisou ». Et puis « encore un câlin ». On a appris les paroles de « Wheels on the bus » et on sait réciter par coeur l’histoire des Trois petits cochons.

On a développé notre acuité visuelle en repérant les toilettes dès qu’on entre dans un endroit inconnu et nos réflexes en rattrapant un verre avant qu’il ne tombe de la table.

On a appris à ravaler notre frustration et toutes ces choses qu’on aurait dites, avant, et qui nous auraient mené à la dispute, peut-être. On a appris l’indulgence: on sait que l’autre fait généralement ce qu’il peut. 

En trois ans, on a perdu en intimité sexuelle. On a gagné en intimité tout court. On partage tout, on se sert les coudes, on se tient la main, on se réjouit ensemble. J’ai rangé mes talons, tu as rangé ton cuir. On écume moins les bars et nos rendez-vous dans les salles obscures sont plus rares. On est parfois nostalgiques de notre vie d’avant, de nos réveils tardifs, de nos lendemains de veille douloureux, de notre insouciance, de nos voyages/repas/verres/missions boulot improvisés. Mais quand je relève mes cheveux et toi la manche de ta chemise, un petit triangle tatoué nous rappelle qu’on a réalisé l’un des plus jolis projets de notre vie à deux. Alors Big Up, baby! On n’a pas trop mal géré, ces trois dernières années! 

On n’a pas d’alliances mais on a un tatouage. Le triangle qu’on a tatoué représente la famille: le père, la mère, l’enfant.
Publicités

(14 commentaires)

  1. Joliii ce symbole, :-)) surtout pour ceux qui planaient au cours de géométrie !

    Un enfant c’est une charge qu’il va falloir assumer, et longuement. Élever un ou des enfants nécessite une ample provende en moyens, en veille, en dévouement, en abnégation. Additionner ces contraintes et y faire face avec succès n’est pas si courant que cela.
    Et attendez un peu la suite, vous allez découvrir quelque chose de plus beau. Oui, car d’un autre côté, même si on ne le dit jamais par pudeur, par timidité ou par ignorance, quand on est ‘gosse’ nos parents sont comme qui dirait des êtres supérieurs. Il leur suffit de prononcer quelques paroles, d’intervenir, de corriger nos ratages, pour qu’on mette entre parenthèses cette impression d’être des Lilliputiens, qu’ils chassent les monstres de nos nuits, qu’ils calment nos frayeurs et éclairent ces points d’interrogation qui bloquent notre marche en avant. En bref, faire disparaître nos problèmes. C’est-y pas beau çaaa ?

  2. C est tellement vrai mais tellement bien écrit qu on en oublie les moments plus difficiles… .. et je ne te dis pas avec 3 enfants .. quoique c est le premier enfant suivante le plus nos vies d amants, de couple, de copains.. à près c est juste une question d organisation.. mais quelle organisation… A présent avec le recul on se demande comment on a fait.. on n était même pas conscient d être fatigués.. nous,avons gardé une place pour nous deux, un petit voyage sans les gosses, une petite soirée avec les copains et nous mettions tous les gosses dormir ensemble… , du temps aussi pour le sport en alternance une fois papa, un autre jour la maman.. maintenant nous sommes devenus,grands-parents avec beaucoup de joie … mais par contre je le sens plus angoissée par ce qui pourrait leur arriver alors que j étais plus sereine avec les enfants .. l âge peut être et l expérience .. une formidable route que je ne regrette pas … bises

    1. Oh bah dis c’est gentil mais bon on est comme tlm: on a nos hauts et nos bas… Même si dans l’ensemble pr l’instant et je trouver du bois pour que ça dure, c’est plutôt serein effectivement 🙂

      1. Les bas font que les hauts sont encore plus appréciables 😉 rassure toi, je sais bien que tout n’est pas aussi beau que ce que les photos peuvent laisser penser

  3. Quel bel article et un super tatouage!
    Pour info, ces rides aux coins des yeux que tout parent a attrapé, Tess les appelle des petits poissons (l’œil fait le corps et les rides la queue). Depuis, je les aime presque ces rides 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.