...
Famille + Couple

Personne ne le sera à votre place alors soyez fière de la maman que vous êtes

Je peux vous dire ce que je fais mal, ce que je devrais faire mieux, là où j’hésite ou panique, je peux vous lister les angoisses personnelles que je reporte sur ses petites épaules, les questions qui tournent dans ma tête et m’empêchent de dormir. On a du talent pour ça, nous, les mamans: on insiste sur ce qui ne va pas, sur nos ratés, nos approximations. On voit tellement le verre à moitié vide qu’on oublie qu’il est aussi à moitié plein et que c’est ça que nos enfants retiendront de ces précieuses années à nos côtés. Il est temps d’être fière de la maman que l’on est! Non?

Mon fils pourrait manger plus de légumes et moins de sucre, les mises au lit devraient être plus courtes et plus faciles. Je m’énerve parfois sur lui pour des choses dont il n’est pas responsable, je devrais faire attention à ce que je dis devant lui et notamment surveiller mon vocabulaire, pas toujours adapté aux oreilles d’un petit de quatre ans. Mais à-côté de ça, en tant que maman, il y a des choses que je fais bien et dont je peux être fière. Et je sais que vous aussi.

Rejoignez-moi sur Instagram et sur Facebook

Il est temps d’être fière de la maman que l’on est

Il est temps d’être fière de tout ce qu’on fait de bien, de marquer un temps d’arrêt pour se féliciter. Personne ne le fera à notre place. On ne recevra pas de diplôme qui dira qu’on a relevé le défi de l’éducation avec mention. La voisine ne viendra pas sonner chez nous pour nous congratuler. Vous savez ce qu’on dit: on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Alors, regardez vos enfants et demandez-vous ce qu’ils vous doivent. Quel trait de caractère leur avez-vous transmis? Quelle qualité doivent-ils à l’éducation qu’ils ont reçue, que vous leur avez donnée? De quoi pouvez-vous être fière?

Mes fiertés

Moi, en tant que maman, je suis fière de constater que mon fils de 4 ans n’a jamais peur d’exprimer son opinion et son amour. Il se sent assez en confiance pour dire ce qu’il pense tout haut. C’est parfois un peu maladroit mais c’est toujours émouvant de le voir parler librement. Il dit aux gens qu’ils les aiment, spontanément, à des moments parfois incongrus, comme si c’était des sentiments trop grands et trop forts pour être contenus. Je trouve que c’est une belle qualité dans le monde d’aujourd’hui et je me dis que c’est un peu grâce à moi: depuis qu’il est né, je lui dis que je l’aime. Tout le temps, partout, même quand il m’énerve.

Lisez aussi: Comment passer du temps de qualité avec son enfant dans une vie à cent à l’heure

En tant que maman, je suis fière qu’il ne réclame pas d’écran dès le premier temps mort. On a parfois lâché du lest sur la télé, on a tout de suite regretté, parce que c’était loin de le rendre aimable, et on a immédiatement corrigé le tir. Ce n’était pas toujours facile mais on a tenu et on a bien fait. La règle est désormais bien ancrée dans notre quotidien. Il n’a jamais tenté d’allumer la télévision sans nous en parler, il ne demande pas mon téléphone au restaurant, il n’a jamais cherché à connaître le code ou à l’allumer dans mon dos. Il ne demande jamais l’iPad dans la voiture, même quand le trajet dure plusieurs heures. Ça me demande de l’énergie: il discute, il raconte, on fait la conversation. Et il est intarissable. Mais ce sont des échanges passionnants. Et je préfère mille fois ça à un gamin qui ne lève pas ses yeux de l’écran.

Dans le même ordre d’idée, j’adore l’entendre me réclamer une histoire, voir ses yeux se perdre dans le vide lorsqu’il écoute sa Lunii, le regarder « lire » des livres assis dans son lit, sa lampe frontale éclairant les pages qu’il tourne en se marrant. Je l’ai laissé toucher, manipuler, mordre des livres dès son plus jeune âge. J’ai l’impression que ça a porté ses fruits. J’espère que c’est une chose qui l’animera longtemps et que ça lui donnera un goût pour la lecture en solo.

Et vous, quelles sont les choses où vous vous dites en tant que maman: waouh, là-dessus, j’ai géré et je suis trop fière de moi?


Achetez mon livre: Journal de bord d’une maternité décomplexée en cliquant ci-dessous.


Soutiens-moi, paie-moi un caféSoutiens-moi, paie-moi un café
.

(1 commentaire)

  1. Pareil pour la lecture, ma petite fille de 23 mois s’assoit dans son petit fauteil, pousse parfois le confort jusqu’à attraper sa couverture et la déposer sur ses genoux et « bouquine » ses livres en faisant des bruitages ou en racontant l’histoire à sa façon. Je suis à chaque fois sous le charme. Elle nous écoute quand on lui dit « non » et même si j’ai parfois envie de craquer quand je la vois pleurer parce qu’elle n’a pas ce qu’elle veut, je réalise qu’avoir tenu bon tout ce temps la rend déjà respectueuse des adultes et des limites… elle nous a dit ses premiers « je t’aime » sortis de nulle part la semaine dernière et mon coeur a fondu. Je me dis que c’est grâce à mon côté démonstratif 🙂 merci pour ce rappel de réaliser tout ce qu’on fait bien <3 (PS: je dois aussi bosser sur la mise au lit… elle s'endort beaucoup plus vite avec son père qu'avec moi 🙂 )

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :