fbpx
Working Mum

Travailler à la maison avec un enfant: les trucs qui fonctionnent vraiment

On ne peut jamais connaître les avantages et les inconvénients d’une situation sans l’avoir expérimentée soi-même. J’ai testé pour vous: le télétravail avec un enfant. Je vous disais ici ma vérité au sujet du travail à domicile. Depuis que mon fils est né, le challenge est encore plus difficile: je travaille à la maison et mon enfant est souvent présent. C’était plutôt simple quand il était bébé: j’ai eu de la chance, il dormait beaucoup, ça me laissait de longues plages où tout était possible. Il pouvait aussi passer de longs moments sur son tapis d’éveil ou dans son relax, à regarder les mouches voler… J’avais un enfant contemplatif. Il ne tenait qu’à moi de faire quelque chose d’intéressant de ces moments.

Les choses se sont corsées au fur et à mesure des centimètres pris par mon petit garçon. Maintenant, il exige jeux, occupations, discussions. Ce qui est génial, trois ans, c’est vraiment un âge super. Mais, c’est nettement plus compliqué niveau travail à domicile. Voici donc mes conseils en tant que warrior du télétravail. Oui, après dix ans d’expérience, c’est le badge que je me suis attribué…

On vous dira de fixer des horaires de travail et de vous y tenir. Bullshit! Que celles qui arrivent à faire exactement ce qu’elles souhaitent au moment où elles ont prévu de le faire avec un enfant dans les parages lèvent la main… Personnellement, ça fait trois ans que le timing est une question toute relative: je ne suis jamais aussi à l’heure que je l’espère et c’est toujours le jour où il faut quitter l’appartement à une heure précise qu’Ezra joue les prolongations de sieste. Bilan: j’ai arrêté de faire des plans.

Travailler à la maison avec un enfant: les conseils vraiment utiles. Image pour Pinterest.

On lâche la bride donc et on fait, autant que possible, en fonction des besoins de l’enfant. Si mon fils m’interrompt alors que je suis en train de travailler, j’essaie évidemment de lui faire comprendre que je suis occupée et que plus vite il me laisse me concentrer, plus vite je serai disponible pour lui. Parfois, ça fonctionne. Tant mieux. Parfois, il insiste, il veut grimper sur mes genoux, il râle. Plus je le repousse, plus il va tenter de forcer la barrière. Vous connaissez l’adage: Fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis. Ca fonctionne aussi quand on travaille à la maison avec un môme.

Je laisse tomber ce que j’étais en train de faire vingt minutes le temps de répondre à son besoin immédiat. Même si je suis tentée de m’énerver, je me rappelle que c’est à cause de mon organisation et de mes choix que cet enfant est là alors que je dois travailler. Pas la peine de lui en vouloir… Je fais donc un puzzle, je prends le goûter avec lui, je le regarde et je lui parle. Je suis vraiment là, sans écran interposé, et généralement, ça suffit pour le contenter. Une fois qu’il a goûté à sa dose d’attention, il est plus facilement raisonnable. Je peux alors retourner à mes moutons… Jusqu’à la prochaine interruption.

Pour qu’elle n’arrive pas trop vite, n’hésitez pas à avoir des activités en réserve. On pourrait penser que mon fils est gâté, je pense que ceux qui disent ça n’ont jamais dû faire deux choses en même temps. Activités de coloriage, jeux de réflexion à faire en solo, circuit de trains, livres, mon salon ressemble à une classe de maternelle mais mon fils peut s’occuper longtemps, seul. Si ça vous intéresse, dites-le moi en commentaire, je peux vous donner des idées pour occuper les enfants en solo.

Ordinateur, café, appareil photo, smartphone installés sur un bureau.

Pour travailler à la maison avec un enfant, il faut accepter les horaires à rallonge. Mon ordinateur reste souvent allumé sur mon bureau, j’y reviens souvent le soir pour clôturer l’une ou l’autre chose. Ca me donne le sentiment de travailler énormément et oui, la frontière entre vie professionnelle et vie de famille est très floue. Mais c’est le prix à payer pour ne pas avoir à supporter le stress des embouteillages. Aucune situation n’est parfaite, le travail à domicile a ses avantages mais il ne conviendra absolument pas à certaines personnes. C’est impossible de cloisonner et il faut accepter la situation telle qu’elle.

N’espérez pas bénéficier de la même concentration à la maison avec un enfant bruyant que dans un espace entièrement dédié au travail. C’est à cause de cet espoir-là qu’on peut se sentir frustrées à cause du travail à domicile. Accepter la situation veut dire qu’il faut, non pas réduire ses ambitions à la baisse, mais se faire à l’idée qu’elles prendront un peu plus de temps à être réalisées. Mais que le temps qu’on perd dans ses projets pro, c’est du temps gagné en famille, et ça n’a pas de prix… même si on ne parle ici d’euros gagnés à la fin du mois.

Je précise que pour que ça marche, il faut un conjoint compréhensif, qui accepte que l’ordi s’invite régulièrement dans le lit

Parmi les autres conseils que je peux vous donner, sur base de mon expérience, c’est de définir géographiquement votre espace de travail et d’interdire votre enfant de l’envahir. Quand je bosse à la maison et qu’Ezra est dans les parages, j’accepte l’idée qu’il retourne les pièces qu’il traverse, telle une tornade. Je ne lutte pas contre le désordre. Mais je suis intransigeante en ce qui concerne mon petit espace de travail. Je vire les petites voitures, les Playmobil, les bouts de papier de mon bureau. Mon temps de travail étant déjà plus que minuté, j’ai besoin de retrouver mes affaires quand j’en ai besoin. Si je dois me mettre à chercher parce que ma table a été envahie de trucs improbables, ça me rend tout de suite dingue.

Travailler à la maison, c’est aussi accepter parfois le rôle de baby sitter que la télé peut endosser. C’est bien d’avoir des principes mais c’est important aussi d’avoir du calme pour avancer. Allumez le petit écran si besoin et arrêtez de culpabiliser. Je sais bien que vous ne le mettrez pas devant la télévision huit heures par jour, ne vous justifiez pas. Rappelez-vous que quand on est maman, on fait bien ce qu’on peut et on ne décide pas toujours des défis que la vie nous impose. Pour moins vous en vouloir, optez pour des programmes malins, éducatifs, ou dans une langue étrangère, pourquoi pas? Là encore, ça pourrait faire l’objet d’un prochain article. Tout est dispo sur YouTube, je pourrais vous dire ce qu’Ezra regarde pour améliorer son anglais…

Parmi les astuces pratico-pratiques pas très glorieuses mais efficaces: le casque anti-bruit. Quand Ezra s’approche de moi et qu’il me voit coiffée de mon casque Sony (une merveille, franchement, que vous pouvez shopper là), il sait que je me suis coupée du monde et que ça ne vaut pas vraiment la peine de venir m’interrompre. Je précise que je ne garde pas ce casque toute la journée et Ezra est avec son papa dans l’autre pièce.

Autre conseil, que vous devez suivre impérativement si vous travaillez à la maison et ce, que vous ayez des enfants ou non: prenez une douche avant de bosser. Même si elle est rapide, même si vous n’avez pas le temps de vous sécher les cheveux après. Rester en pyjama toute la journée n’a jamais rendu quelqu’un productif.

Publicités

(6 commentaires)

  1. Merci pour ton partage d’expérience judicieux ! Ici aussi dès que je me pose et à besoin de concentration, c’est là que bébé ou ma deuz ont besoin et incistent… Je me souviendrais de ton conseil. Je stoppe, je leur donne de moi pdt le temps nécessaires et je retourne à mes moutons… Je le sais, mais j’ai tendance à être tellement dans mon truc et la volonté de d’en finir rapidement que j’oublie… Merci

  2. Pas simple en effet… Là, je suis à la maison avec mes deux filles qui ont une otite. Elles colorient et dessinent en ce moment, c’est bien, je suis tranquille pour travailler… Euh, qu’est-ce que je fais sur ton blog alors ? 😉
    Autre problème quand on bosse de la maison (je suis moitié à la maison, moitié au bureau), je me laisse beaucoup plus distraire à la maison. En même temps, je dois être concentrée pour le boulot qui m’attend et avec ma grande qui me montre toutes les minutes ce qu’elle a dessiné, c’est impossible.

  3. Et bien moi, je tire mon chapeau! J’ai un fils de 16 mois et c’est inenvisageable de faire autre chose (ne serait-ce que vider le lave-vaisselle) que de m’occuper de lui. Je m’y prends peut-être mal …
    Du coup, je suis assez intéressée par les idées pour occuper un enfant solo, même si c’est pour plus tard 😉

  4. Comme tjs ça rassure de lire tout ça… Avec le petit de 6 mois en effet ça pourrait encore être gerable il ne dort pas bcp ms s’occupe… Avec le grand de 2 ans par contre impossible. Il joue tout seul seulement si je suis là pour le regarder. Je peux me permettre un peu de rangement avec lui qd mm ms me concentrer sur des chiffres impossible… Mais je suis preneuse qd mm des video pr apprendre l’anglais suis certaine qu’il serait preneur 😉😊

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :